dimanche 26 octobre 2014

L'esprit survivaliste (version sommarisée)

Qu'est-ce que l'esprit survivaliste?

J'ai donné une conférence sur le sujet le 27 septembre dernier à Montréal en compagnie de Piero San Giorgio. Le titre était « Survivre à l'Effondrement et l'Esprit Survivaliste ».

D'entrée de jeu, je ne veux pas énoncer des conditions sine qua non qui font que si vous collez à la définition vous l'avez et si vous ne collez pas totalement, vous ne l'avez pas. Ce n'est pas le genre de la maison et vous le savez.

Si j'ai choisi de parler de l'Esprit Survivaliste à cette occasion et maintenant, ce n'est pas parce que je trouve le sujet attrayant ni sexy, c'est tout le contraire.

La raison en est simple: avec la trajectoire qu'a pris le survivalisme qui s'est énormément « mainstreamisé » depuis 18 à 24 mois j'ai pu observer un glissement de ton mais aussi d'approche au survivalisme. Je n'ai rien contre la démocratisation du sujet, je l'appelle de tout mon coeur car je le dis souvent, si tous mes voisins sont survivalistes, s'il survient un événement profondément perturbateur, nous serons plusieurs à rester stables et solides, ce qui augmente la sécurité globale de ma famille.

Par contre j'en ai contre l'assimilation au Système mercantile. Et ça, ça craint.

Il y a bien sûr les Marchands du Temple qui débarquent d'on ne sait où et qui se mettent à donner des conseils (erronés en plus) sur le survivalisme et qui ont un produit à vendre. Il y a ceux qui depuis toujours flairent la bonne affaire, il y a les pubs qui ne portent pas leur nom, il y a la récupération par les institutions et les médias.

Puis il y a ceux qui sont restés honnêtes et intègres, qui avancent au grand jour et qui donnent leur temps et leur savoir à ceux qui jugent pouvoir en tirer quelque chose. J'ose croire en faire partie.

Bref.

L'Esprit Survivaliste

Quand on veut toucher tout le monde et donc développer le plus grand marché possible, on utilise le plus petit dénominateur commun. Le PPDC restera toujours ce qu'on peut toucher et prendre dans ses mains, ou ce qu'on désire posséder pensant que ça augmentera nos capacités: le matériel ou les objets. 

Ça tombe bien, les gens sont acheteurs d'objets!

Une personne commence sa démarche survivaliste, elle a besoin de se sentir progresser. Cette personne a deux choix: se développer dans une discipline du survivalisme ou acquérir des objets recommandés dans d'innombrables revues de matériel survivaliste.

Lequel de ces deux choix est le plus immédiatement gratifiant? L'objet bien sûr! C'est bien sûr l'objet qui est valorisé, tant dans les choix des débutants que chez les Marchands du Temple qui flairent la bonne affaire. Alors la personne achète.

Après 8, 10, 20 objets acquis, elle les aligne sur son sofa ou par terre et elle les prend en photos qu'elle partage sur FB en disant « voici mon EDC » ou « c'est mon kit d'évacuation ». Et la elle devient à so tour une des innombrables sources de revue de matériel survivaliste!

Elle ne sait pas combien de litres d'eau la cartouche de gaz de son réchaud peut faire bouillir par moins 15 dehors ni si son briquet va s'allumer par cette température mais elle est « équipée » donc elle est devenue « survivaliste ».

90% des nouveaux survivalistes en sont là et beaucoup n'en sortent jamais, faute d'exemples plus formateurs...

Les quatre composants de l'Esprit Survivaliste

L'esprit survivaliste n'est pas un concept désincarné et purement intellectuel. Bien au contraire. Si l'esprit est immatériel en revanche il ne rime à rien s'il n'est pas arrimé dans la matière à travers une chaîne qui vient progressivement rejoindre le tangible, c'est à dire ce qu'on peut toucher.

  • État d'esprit
  • Savoir
  • Savoir-faire 
  • Matériel 

En fait l'esprit survivaliste est l'exact contraire de ce qui est proposé et popularisé chez la grande majorité des intervenants dans le survivalisme. Il permet de concevoir dans l'immatériel et d'arriver au matériel, au lieu de partir du matériel et construire peu autour des objets.

Marketing 101

Dans mes cours en Marketing j'ai eu un prof qui nous parlait d'un produit qui a fait un tabac en France mais qui n'a pas levé aux USA. La raison? Ce produit (de beauté) était vendu aux USA comme en France et avec la même campagne de pub, tournée localement avec des vedettes US, bien entendu.

Or, on ne s'adresse pas aux Nord-Américain comme on s'adresse aux Français. Selon ce professeur, aux Françaises on vend les qualités du produit et on explique comment il agit. C'est une approche plus intellectuelle. Aux Américaines on vend le résultat. C'est une approche fonctionnelle.

Les Françaises: « explique-moi comment ça agit? »
Les Américaines: « j'ai un problème, règle-le! »

Le survivalisme « démocratisé », c'est à dire le marché du survivalisme, a bien entendu une approche américaine puisque c'est celui qui permet de vendre des produits plus facilement: il s'adresse aux émotions et non à la raison. Comme les nouveaux survivalistes sont venus au survivalisme par suite d'une prise de conscience, naturellement chargée d'émotions, ils sont une cible idéales pour les marketeux.

Tu as un problème d'eau? Je te vends un Katadyn. Tu veux développer ta résilience? Tu ne peux absolument pas le faire sans un couteau CRKT;. Tu veux des réserves alimentaires? J'ai du lyophilisé à te proposer.

Alors quand on ne voit que ces propositions commerciales, souvent très habiles et présentées sous forme de revues d'équipements, et qu'on commence notre démarche survivaliste, il est très facile de croire que le survivalisme n'est qu'une question d'équipement.

Non, vous le savez au fond de vous, ce n'est pas une question d'équipements.

Pourquoi je parle de ce procédé commercial? Parce que j'en vois une abondance. Parce qu'on m'a proposé, à une dizaine de reprises depuis 18 mois, de faire de la pub pour des produits sous forme de revue d'équipements sans que ça en ait l'air.

Aparté:
Sachez-le: les rares fois où je fais de la revue d'équipement, ces équipements ont été payés de ma poche et je m'arrange même pour que ceux qui me le vendent ne sachent pas qu'ils vendent à un blogueur en survivalisme.
C'est pourquoi j'en fais peu! :)

Comme je l'ai déjà dit, je n'ai aucun problème avec le fait qu'une personne fasse de la pub quand il est manifeste qu'il s'agit d'une pub. Je valorise beaucoup l'honnêteté dans ma vie et il est tout à fait honnête et correct pour une personne de faire de la pub si on sait que c'est de la pub. Point. J'en fais pour moi-même à la fin de mes vidéos.

Ceci étant dit retour sur l'esprit survivaliste:


Tout commence dans l'esprit

La volition est une chose de l'esprit. Les idées aussi, les émotions, motivations, ouvertures et blocages, tout ça relève de l'esprit, de même que l'action ou l'inaction.

Il serait juste qu'en survivalisme on fasse démarrer les choses d'abord dans l'esprit mais qu'on respecte aussi une forme de cheminement qui conduit progressivement de l'immatériel au matériel:
  • État d'esprit qui conduit au
  • Savoir qui conduit au
  • Savoir-faire qui conduit au
  • Matériel qui est la manifestation de tout ce qui précède.
Si on fait l'inverse et qu'on part du matériel, non seulement notre destination immatérielle est restreinte et imprécise mais en plus on s'enferme dans une définition fondée sur l'usage prévu de nos objets et on développe une conception dissolue, chaotique des choses.

Des survivalistes sans l'esprit survivaliste

De par mes activité, je peux évaluer très souvent l'état de préparation de mes clients et de mes lecteurs qui me demandent leur avis.

Peu sont prêts et à quelque part, ils le sentent. Être prêt ne veut pas dire tout avoir, être prêt veut dire être capable de composer avec une réalité différente et perturbée, avec ce qu'on possède mais surtout avec ce que nous sommes.

Oui bien sûr je ne dis pas qu'il ne faut pas de préparation matérielle, je dis qu'il faut aussi de la préparation matérielle. Celle-ci doit être élaborée en réponse à une démarche et non comme point de départ de la démarche.

Je lis dans beaucoup de listes de surviva-listes la présence d'un shitload (!) de papier Q. Mais à profusion. De quoi torcher une division entière de soldats atteints de dysenterie. Ou essuyer l'intérieur d'un politicien. Ou d'un journaliste. Et attention, il en faut beaucoup pour ça.

Le papier Q a quoi, 100 ans, 120 ans d'existence? Merdre (!) comme disait le Roi Ubu, comment l'humanité a-t-elle fait pour devenir ce qu'elle est sans papier Q?!?

Et, sans vouloir en remettre une couche (!), comment survivra-t-elle sans papier Q dans ces temps (e)scatologiques? ;)

Surtout ne faites pas l'erreur de penser que parce que c'est écrit sur l'emballage du papier Q: « fait de fibres recyclées », que votre papier Q est recyclable après usage. Pas plus que les fibres qui ont composé votre menu que vous venez d'essuyer. Sitôt utilisé, sitôt jeté, disparu dans la Fange de l'Histoire...

Trève de plaisanteries, c'est pourtant le réflexe normal des gens: conserves, bouteilles d'eau, aliments congelés, aspirine, diachylons, etc. Et papier Q.

On s'entend pour dire que des milliers d'années de civilisation humaine ont fait sans papier Q et nous pourront vivre des milliers d'années en nous en passant. Mais pourquoi fait-il partie de toutes les listes des surviva-listes?

Pourquoi? parce qu'on envisage généralement notre préparation comme la continuité de notre vie actuelle transposée dans l'avenir. Et si on l'envisage ainsi, c'est qu'on l'envisage avec un esprit normal, non survivaliste. Comme si demain sera la suite d'aujourd'hui parce qu'aujourd'hui est la suite d'hier. Sauf que parfois il y a des rupture de trame et la suite n'est plus toujours en ligne avec ce qui précède. Ces esprits sont impréparés à des changement de paradigme.

On ne peut pas faire après comme avant, si après n'est pas comme avant...

L'esprit actuel commande de stocker en grande quantité tout ce qu'on consomme, donc avec un présupposé insconscient que nous vivrons des ruptures de stocks et non un changement du tissus économique. Comme si nous allions vivre 5 jours d'ouragans mais qu'après, tout reviendra comme avant. Eh bien non, tout ne reviendra pas toujours comme avant et les survivalistes n'ayant pas développé l'esprit survivaliste auront une préparation inadaptée à la nouvelle réalité. Ils sont préparés à du changement temporaire mais pas à du changement permanent.

Ouais bon, c'est pratique le papier Q quand même mais ce n'est pas, de loin, dans les 100 premiers items que je stocke parce que quand on le remet à sa place, dans les priorités des choses nécessaires à la vie, il arrive très très loin dans la liste.

À bonne question, bonne réponse

En fait l'esprit survivaliste c'est de savoir poser les bons jalons, trouver les bonnes questions et apporter les meilleures réponses du moment, sachant qu'en évoluant on en trouvera un jour de meilleures.

À partir de la, on peut aussi inférer de l'esprit survivaliste qu'il est auto-suffisant, en ce sens qu'avec un bon état d'esprit qui distingue les besoins réels des besoins perçus, il saura trouver les solutions lui-même plutôt que d'attendre qu'on les lui donne sur Youtube ou sur un blogue, par exemple.

Cela n'empêche pas la consultation auprès d'autrui, parfois c'est le meilleur moyen à votre disposition. Cependant c'est exceptionnellement qu'on ira chercher les réponses ailleurs, pas dans un mode coutumier..


Tout le contraire du consommateur...

Épilogue

L'esprit survivaliste en est un d'autonomie et d'indépendance. Il présuppose qu'il posera les bonnes questions et y répondra de manière adéquate, sans dépendre d'avis extérieurs mais sans les rejeter non plus.

Quand il n'a pas les outils, qu'ils soient intellectuels, expérientiels ou matériels, il se les donne afin de disposer en tout temps des meilleures options. Et s'il faut des semaines, des mois ou des années afin de développer ces outils, il se les donnera quand même.

Il sait reconnaître ses lacunes et surtout, ne prend pas ses savoirs pour acquis. Rien n'est pire que la certitude subjective car dans tout ce qui est subjectif, c'est du Soi comparé à Soi, sans référencement extérieur donc sans possibilité de mesure et de comparaison.

Enfin, c'est un esprit à haute adaptivité qui a envisagé et préparé la capacité de changer ses référents quand le contexte et l'environnement le commandent.

Le Marché nous offre des biens à partir desquels nous devrions construire (improviser) notre démarche survivaliste. Ce procédé entretient la dépendance et ne développe ni le savoir, ni le savoir faire, ni l'état d'esprit. C'est à chacun de nous qu'il revient de rejeter cette proposition mercantile et d'investir dans ce qui nous rapportera toujours: soi-même.

dimanche 19 octobre 2014

Guide pratique: Équipements de protection personnelle contre Ebola

Je commence une série d'au moins trois articles sur la protection contre Ebola en cas d'épidémie et si on doit sortir de son habitation et par conséquent, s'exposer.

Le premier (celui-ci) parle des sorties en milieu infectieux, le second parlera d'une protection de base, le troisième de la décontamination après la sortie.

--------------------------------------------

Ebola cogne à la porte de l'Occident et si nos conditions sanitaires sont généralement bien supérieures à celles des zones africaines frappées par ce virus, en revanche nous avons des faiblesses à savoir: nos populations connaissent une bien plus grande mobilité associée à une grande promiscuité, spécialement dans les centre commerciaux et en milieu de travail. De sorte qu'il est tout à fait envisageable qu'une seule personne infectée contamine toute une rame de métro, un avion, un édifice à bureau dans deux ou trois foyers à des dizaines voire des centaines de km de distance, la même journée.

La crise d'Ebola à l'Hôpital Presbytérien de Dallas où le Libérien décédé d'Ebola a contaminé du personnel indique des lacunes très graves, frisant l'incompétence, dans les services médicaux. Cela c'est sans parler des cas en Espagne.

Il devient donc

Face au risque d'une épidémie ravageuse, il convient de se préparer, notamment par des mesures de protection de base et, si nous devons quitter notre abri sécuritaire, c'est à dire notre domicile, par équipements de protection personnelle.

Rappel: le meilleur comportement possible

Dans Guide pratique pour crise épidémique, j'indique en étape 3 quoi faire: 

  • Quarantaine obligatoire et stricte de la famille à l'intérieur du logis.

Si vous appliquez cette seule directive, vous êtes à l'abri de toute contamination. Cela implique:

  • Des réserves alimentaires
  • Un approvisionnement d'eau saine
  • L'autonomie énergétique
  • Le tout pour quelques mois
Un bémol: si vous vivez dans un édifice avec climatisation centrale qui touche tous les logements, vous ne seriez pas à l'abri dans un tel environnement puisque si la maladie se déclare dans un des logements, le système d'aération pourra véhiculer les agents pathogènes dans tout l'immeuble.

Les portes d'entrées pour les infections

Les virus sont les plus petits agents pathogènes qui soient. Ils peuvent passer là où les bactéries ne passent pas. La peau humaine est parsemée de microlésions qui sont invisibles à l'oeil nu mais qui sont néanmoins des portes d'entrées pour les maladies.

Il convient donc de couvrir toute la peau afin d'éviter l'entrée de virus dans notre organisme. Rappelons qu'il suffit d'un à dix virions d'Ebola pour infecter une personne. 

La couverture de la peau doit être hermétique, ce qui signifie que des vêtements ordinaires sont nettement insuffisants.

Qui plus est, il ne doit pas y avoir d'air qui entre ou qui sorte du vêtement de protection puisque les ouvertures sont des appels et des sorties d'air. 

Une combinaison de pompier, par exemple, sert à protéger son porteur contre la chaleur et l'eau. 

Le tissu est certes hermétique mais les points de jonction des vêtements ne le sont pas: le besoin du pompier est un besoin de couverture, pas d'isolation hermétique. 

Cette tenue ne conviendrait pas pour se protéger des virus. Idem pour les imperméables communs, surtout ceux qui "respirent".

En matière de protection virale, il faut des vêtements et des équipement conçus aux fins spécifiques de protéger contre les virus.


Sortir

Une fois en mode Bug-In, c'est à dire enfermé chez soi, on ne devrait pas sortir afin d'éviter de s'exposer.

Si toutefois on devait sortir, voici des exemples de ce que nous devrions porter comme protection contre l'infection contagieuse.

Les équipements recommandés par le Center for Disease Control (USA)

Le CDC recommande une tenue "standard" mais qui apparait insuffisante.

À gauche sur la photo c'est l'équipement standard, à droite c'est l'équipement révisé qui comporte comme changement essentiel une tenue Tychem QC ®.

Cette tenue est certifiée à l'épreuve des virus, couvre tout le corps de la tête aux pieds et est résistante.

Toutefois des indices laissent penser que le virus Ebola peut être transmis de manière aérienne et les masques chirurgicaux n'offriraient pas de protection suffisante pour les poumons et les muqueuses buccales.

Les équipements de protection optimale ont ces attributs:

  • Résistance aux perçages et aux déchirures
  • Isolation de l'environnement (le corps est complètement isolé de l'environnement)
  • Source autonome d'oxygène ou filtration d'air assistée par moteur électrique
  • Surpression dans la combinaison (si un trou est fait dans la combinaison, l'air sortira au lieu d'entrer)
  • Masque couvrant tout le visage et doté de sa propre filtration, assistée ou non
  • Un seul joint de fermeture de la combinaison
  • Gants et bottes
C'est la fameuse combinaison HazMat qu'on voit dans les films de catastrophes bactériologiques ou virales.

Une tenue HazMat optimale peut coûter plus de 1500$ (1000 euros) et ce n'est pas à la portée de toutes les bourses.

Les équipements de protection minimale ont ces attributs:

  • Résistance aux perçages et aux déchirures
  • Vêtement Tychem C ou QC ® ou équivalent (vêtement Tyvek ® recouvert de polypropylène)
  • Filtration d'air par respirateur ou masque avec filtre N95/P100 (filtration des vapeurs organiques)

 

  • Lunette de protection si respirateur

  • Visière de protection couvrant le visage si respirateur

  • Gants (deux paires couvrant l'avant-bras portées une par dessus l'autre)


  • Bottes hermétiques

  • Ruban adhésif hermétique spécialisé ou Duct tape sur les joints


Cet équipement protégerait adéquatement contre la transmission d'Ebola.

Ceux qui opteraient pour un respirateur qui ne couvre pas totalement le visage pourront couvrir les parties exposées du visage avec du duct tape ou du ruban adhésif spécialisé, auquel cas la visière ne serait plus nécessaire.

TOUS LES JOINTS doivent être scellés avec de l'adhésif afin d'assurer une protection adéquate. 

Décontamination et protocole post-sortie

La décontamination et le protocole post-sortie seront abordés dans un prochain article et ils sont aussi critiques que les équipements de protection.

Overkill?

Certains trouveront exagérées — voire paranoïaques — tant de précautions. 

Comme je l'indiquais, il vaut mieux ne pas sortir de chez soi en cas d'épidémie galopante. Si vous deviez toutefois le faire pour des raisons impérieuses alors il vaut mieux être protégé adéquatement et s'assurer ne pas ramener cette saloperie à la maison.

SI vous choisissez de vous équiper, vous savez maintenant quoi vous procurer.

Où, quoi, comment?

Vers le 10-11 octobre j'ai commencé à regarder les magasins en ligne vendant les équipements de protection que je désirais acheter. Vers le 16-17 octobre, les sites comme Amazon.ca ou Uline.ca n'avaient plus ou pratiquement plus de vêtements Tychem QC. 

Il faut aller du côté des magasins spécialisés en sécurité industrielle ou médicale/biologique pour en trouver et il est probable que ces vêtements soient vendus à la caisse et non à l'unité.

Comme les combinaisons Tychem QC sont jetables après usage, en disposer de douze plutôt qu'une est une bonne option.  

Je ne donne pas d'adresse de ces magasins puisque ça me générera une quantité astronomique de courriels à gérer: "y'a-t-il moins cher ailleurs et où?", "je n'en trouve pas à cette adresse", "tu m'as dit qu'on en trouverait à xyz.com et je ne trouve pas de Tichem là-bas" [erreur d'orthographe], etc.

C'est donc à vous de faire vos recherches de fournisseur. Je ne répondrai pas aux demandes d'adresses.

On peut trouver des gants de protection, des bottes convenables (genre caoutchouc) lunettes de protection, des visières et des respirateurs demi-visage dans les quincailleries et certaines grandes surfaces, veillez à choisir des respirateurs avec la norme NIOSH et des filtres N95/P100 pour les vapeurs organiques.

Mais faites vite. Il y a définitivement une grande demande pour ces produits chez le public et évidemment chez les agences gouvernementales. Quand des cas avérés d'Ebola se produiront dans votre région, la demande augmentera radicalement pour les équipements et les vêtements de protection. Quand des cas de transmission locale surviendront, vous ne pourrez probablement plus trouver de vêtements anti-viraux adéquats en moins de 24 heures.

C'est maintenant qu'il faut acheter les vêtements Tychem QC et les combinaisons HazMat. Maintenant.



lundi 13 octobre 2014

Questions du mois d'octobre 2014

Conservation des fromages
ou
Je me suis planté!!!


Salut Vic
Depuis quelques temps je te lis.
(vidéo sur youtube, puis ton blog)
et, en réaction à certains propos dont : Comme chacun sait le parmesan ne se conserve pas 25 ans dans du mylar... (in la soupe survivaliste) ou à l'absence de parmesan en stockage longue durée chez la plupart des survivalistes,
je voulais te donner une info :
(citation)
"Notez enfin qu'il existe des fromages très secs qui se conservent indéfiniment. On a trouvé des parmesans et des sbrintz de plusieurs siècles qui avaient conservé (encore qu'un peu durcis) tout leur goût - et leur principes nutritifs."
Source : Pierre ANDROUET, Guide du Fromage, Editions STOCK - 1971, p533.
Le même auteur (petit-fils et fils de "maître" fromager et affineur, lui-même fromager et affineur de grande notoriété) rappelle aussi que bien souvent les meilleurs fromages de l'été étaient conservés dans de l'huile (avec des arômates), et que ces bonnes vieilles habitudes de nos grands-mères sont en train de se perdre.
On trouve d'ailleurs d'excellents petit chèvres (en vieille France) ayant trois ans d'affinage, et qu'on peu plonger dans l'huile, et conserver encore de nombreuses années...
Je suis sûr qu'avec ça tu va faire évoluer la dimension arômatique et protéique de tes réserves de secours.
Au plaisir de te lire encore.
Cordialement,


Questions sur mon autonomie et les armes 

Bonjour, J'ai beaucoup appréciés vos réponses à mes questions (questions des lecteurs du mois de mai). Ce que vous dîtes de la permaculture me donne espoire de pouvoir atteindre un bon niveau d'autonomie d'une façon qui s'intègre à mon mode de vie.
J'ai encore quelques questions à ce sujet et au sujet de la défense.
Est-ce que vous produisez un grande proportion de ce que vous mangez présentement? Est-ce qu'on est obligé de déjà produire pratiquement toute sa nourriture pour arriver à le faire en situation de perturbations majeures? Je vais bientôt avoir mon PPA et je veux m'acheter une carabine qui sera bonne pour le tir à la cible, la chasse et la défense. Je pense spécéfiquement à la norinco m305. Il y a des chargeur de 10 balles pour la m305 qui sont légaux et disponibles (chargeur concu et fabriqué pour une arme à verroue mais compatible avec la m305/m1a/m14) http://www.youtube.com/watch?v=QJqp1NtFFt8
Que pensez-vous de cette arme et quel est votre expérience avec celle-ci?
Comment un civile peut s'entrainer pour devenir efficace avec son arme? Est-ce qu'il y a des formations que vous recommandez? Est-ce que les lances flammes sont légaux ainsi que la napalm. Je me dis que ça peut donner un appuie lourd à courte portée en plus de divertir et amuser les grands enfants... Une version statique peut offir une portée de 150m... http://www.youtube.com/watch?v=8pRihxvk4YY
On organise nos défenses pour pouvoir s'en servir sans mettre le feu à nos installations et ça viendrait remplacer (et même dépasser) des armes capables de tir en automatique à courte portée.
Merci.



Survivalisme: mode d'emploi

salut vic
j'aimerais savoir sur quel pied dancer en ce qui concerne le survivalisme car cela ne me parait pas très clair pour l'instant
pourrait tu faire une video ou tu donnerait une base clair sur le survivalisme avec quelques conseils concrets pour des gens comme moi qui sommes débutant
merci d'avance
Cordialement,


Avenir

Salut Vic Je viens de terminer une vidéo de Pierre Hillard et Michel Drac.
Comme j'ai cru comprendre nous filons vers un chaos contrôlé et ensuite un chaos non contrôlé.
Que va-t-il nous arriver à nous le peuple ?
Comment vois-tu l'avenir ?
J'ai l'impression de vivre le livre que je lisais étant enfant c'est à dire 1984 de Orwell.
Cordialement,