Rechercher dans ce blog

Chargement...

dimanche 19 avril 2015

Guide pratique: débuter des réserves alimentaires survivalistes

NOTE PRÉLIMINAIRE #1: cet article s'adresse aux gens qui veulent commencer leur préparation de manière simple et avec des aliments qu'ils consomment dans leur quotidien. La préparation d'un débutant ne ressemble pas à celle d'un survivaliste aguerri. Vous ne verrez donc pas de référence aux techniques de conservation comme les aliment emballés sans oxygène sous mylar.

NOTE PRÉLIMINAIRE #2: les conseils prodigués dans cet article ne nécessitent l'achat d'aucun équipement spécial, sauf indication contraire, ni aucune connaissance spécifique en conservation des aliments.

NOTE PRÉLIMINAIRE #3: cet article ne concerne que les aliments. Pour l'eau, Cliquez ici.

NOTE PRÉLIMINAIRE #4: ayez en tête que des réserves alimentaires que vous consommerez en situation d'urgence ne recréeront pas votre régime alimentaire normal puisque vous ne serez pas dans une situation normale. Ajustez vos attentes en conséquence. Vous ne mangerez pas TOUT ce que vous mangez normalement mais vous mangerez des aliments familiers.

NOTE PRÉLIMINAIRE #5: cet article, comme tous mes articles, peut être imprimé via le bouton "print pdf" au bas du document.

Soyez généreux envers vos proches et partagez cet article par courriel ou par réseau social, plus il y aura de gens préparés, moins les gens paniqueront le cas échéant!


----------------------------------------------------------------------

Les nouveaux survivalistes, qu'ils le soient devenus par suite d'une évolution de conscience ou sous le coup d'une révélation, ont généralement deux priorités qui l'emportent sur tout le reste: des armes et de la bouffe/eau.

Si vous lisez cet article, félicitations! Vous serez dispensé de lire celui-ci:  Guide de préparation dernière minute pour nouveau survivaliste.

Pour les armes, il faut respecter les lois locales et à moins de posséder toutes les autorisations, il faudra se plier aux exigences de la loi et cela demande du temps. Du temps d'action (cours, démarches, demande de permis, etc.) et du temps d'attente. Idem pour les aménagements apportés à votre terrain, votre maison, votre approvisionnement en électricité et en eau.

Par contre la nourriture est un domaine dans lequel on peut agir immédiatement. Cela ne nécessite ni autorisation, ni permission, ni installation particulière, ni quelque ingérence extérieure que ce soit: vous êtes seul maître à bord en cette matière. Profitez-en!

Commençons.

Destination
  • Avec ce guide, vous développerez une méthode pour augmenter vos réserves
    • En durée: vous pourrez augmenter la période pendant laquelle vous pourrez nourrir votre famille en ne comptant que sur vos propres ressources.
    • En qualité: vous aurez plus de choix de repas et ceux-ci seront plus équilibrés que si vous deviez improviser.
    • En familiarité: en planifiant des réserves d'aliments vous diminuez le stress et l'insécurité et vous conservez le rituel de préparation des repas, des repas qui auront du goût et qui seront satisfaisants.

Constantes générales
  • Un foyer normal de deux adultes et deux enfants contient normalement de quoi alimenter la famille pendant deux à trois semaines.  
    • Ces deux à trois semaines de nourriture rempliront votre estomac, quitte à, la dernière semaine, ne manger que des restes de garde-manger qui s'agencent peu.
    • Les célibataires ou les couples sans enfants possèdent en général moins d'aliments, toute proportion gardée, donc disposent de moins d'autonomie alimentaire. 

Erreurs communes

  • Erreur commune 1: achat de réserves préparées et pré-traitée dans le commerce. 

    • Ces réserves sont souvent des aliments déshydratés ou lyophilisés ou encore des rations militaires. Tout ça coûte très cher pour ce qu'on obtient. Ces aliments ont néanmoins deux qualités uniques qui, si vous en avez besoin, rendent leur achat justifiable.
1) Préparation rapide et peu énergivore: les aliments déshydratés ou lyophilisés ne nécessitent pas de cuisson, juste de l'eau chaude et peuvent être préparés rapidement. Les rations militaires peuvent être plongées dans l'eau chaude ou encore être réchauffées par le chauffe-ration chimique fourni (attention, vapeurs toxiques).
2) Stockage: quand ils viennent en sac, ces aliments occupent peu d'espace.

    • Si vous avez besoin d'aliments à préparation rapide ou peu énergivores, leur achat est justifié. Notez que les rations et les aliments déshydratés du commerce se conservent moins longtemps (5-10 ans) que les aliment lyophilisés (jusqu'à 25 ou 30 ans).

Aliment lyophilisé: c'est un aliment super-déshydraté. L'aliment est congelé à très très basse température et quand il est complètement congelé, on retire tout l'air de son environnement. L'eau sera extraite de l'aliment à cause du vide ainsi produit. On les emballe sans les exposer à de l'humidité. On ne peut pas faire cela à la maison, il faut des équipements industriels pour réaliser des aliments lyophilisés.
    • Erreur commune 2: les dates de péremption des aliments. Les dates de péremption ne sont pas des indicateurs de la durée réelle de conservation des aliments. Certains aliments peuvent se conserver des années au delà de leur date de péremption, surtout les conserves du commerce.

      Principes généraux de stockage d'aliments
      • En fonction de votre rythme de consommation normale, ne stockez jamais d'aliments dont une partie ne sera consommée qu'après qu'ils aient commencés à se détériorer.
        • Exemple: la farine conserve ses propriétés pendant un temps limité. Considérez un an comme une durée de conservation maximale. Si vous consommez 10 kg par année, n'en stockez pas 20 kg.
        • Il est de votre responsabilité de vous renseigner sur la durée de conservation optimale réelle pour chaque aliment. Les dates de péremption des aliments sont des mentions légales et ont peu à voir avec la durée de conservation réelle des aliments.
      • Les produits secs (légumineuses, légumes déshydratés du commerce, etc.) se conservent jusqu'à un an sans perte de qualités nutritives une fois déballés. Les pâtes se conservent encore plus longtemps.
      • Les conserves du commerce durent beaucoup plus longtemps que ne l'indiquent leurs dates de péremption.
        • Les viandes en conserves du commerce sont généralement comestibles pendant 25 ans et plus 
        • Les légumes en conserves du commerce (peu acides) sont généralement comestibles pendant 10 à 15 ans
        • Les fruits en conserves du commerce (acides) sont généralement comestibles pendant 5 à 7 ans (sauf les ananas, dont l'acidité élevée cause une détérioration plus rapide)
        • Le tout à condition que les boites de conserves ne soit pas cabossées et qu'elles soient conservées dans un environnement tempéré. Une conserve du commerce qui est gonflée est contaminée et doit être jetée sans même être ouverte
      • Dans votre vie quotidienne normale, faites la rotation des aliments stockés: les plus âgés seront consommés d'abord et les plus récent ensuite.
      • Identifiez toujours la date d'achat de vos aliments sur son emballage ou sur une étiquette ainsi que la date appréhendée de fin de vie de l'aliment.

      Bonne pratique de départ

      Une bonne pratique de départ est une pratique qui est facile à comprendre, facile à déployer et facile à maintenir.

      L'idée est d'augmenter progressivement la quantité d'aliments qui se trouvent dans votre garde-manger, jusqu'à vous donner une certaine période de temps d'autonomie si vous ne deviez vous nourrir que de ce que vous avez à la maison.

      • Établissez combien de temps vous voudriez durer avec vos seules réserves. 
        • L'expérience démontre qu'en cas d'événement très perturbateur, il faut parfois plusieurs semaines avant que des réseaux d'aide alimentaire soient en place et fonctionnent de manière optimale.
        • Ayez en tête que vous pourriez être plusieurs semaines à ne pouvoir compter que sur vos réserves.
        • Six semaines d'autonomie apparaissent comme un minimum.
      • Ouvrez votre garde-manger. Regardez ce que vous y trouvez. Doublez ce que vous avez. 
        • Refaites l'opération dès que vous en avez les moyens jusqu'à ce que vous évaluez pouvoir durer en mode 100% autonome le temps que vous avez fixé.
      • Identifiez des aliments secs à longue conservation que vous aimez parmi les légumineuses, les pâtes, le riz, la semoule, et tous les aliments secs de base. 
        • Essayez des recettes n'utilisant de préférence que des aliments à longue conservation.
        • Stockez massivement les ingrédients requis pour ces recettes.
      • Achetez des conserves d'aliments que vous mangez normalement frais. Vous pouvez en acheter pour plusieurs années d'avance (voir plus haut sur la conservation des aliments en conserves).
        • Intégrez l'usage de conserves dans votre alimentation.
      • Stockez des épices et des fines herbes en quantité, elles donnent du goût aux aliments fades. 
        • Si par exemple il ne reste plus de sauce pour les pâtes, vous pouvez les assaisonner avec des herbes et du sel d'ail, après les avoir fait sauter dans l'huile.
      • Ayez en tête que les sauces agrémentent bien des aliments fades. 
        • Portez une attention particulière aux épaississeurs de sauce (farine + corps gras, fécule, etc.).
        • Développez des recettes de sauces qui ne nécessitent aucun aliment périssable
      • Évaluez votre consommation annuelle des éléments suivants et stockez-en massivement. Assurez-vous préalablement de connaître tous les usages de ces produits.
        • Sel
        • Vinaigre
        • Bicarbonate de soude
      • En terme de sucré, stockez du miel. C'est un sucre nourrissant et il se conserve indéfiniment s'il n'est pas dilué. Le sucre, quand même inévitable, se conserve aussi indéfiniment s'il est hermétiquement emballé.
      • Farines et autres aliments de base à moyenne conservation: stockez en pour un an de consommation normale. 
        • Si vous consommez normalement du pain acheté, développez l'habitude de faire votre pain et ajustez les quantités de farine que vous stockerez en conséquence. 
        • Faire tout votre pain vous-même et stocker la farine requise vous garantira un approvisionnement ininterrompu de pain peu importe les circonstances.
        • Si vous avez la possibilité d'acheter des grains de blé et de les moudre au besoin, achetez-en, ceux-ci se conservent 25 ans si entreposés dans les bonnes conditions.
      • Stockez de l'huile alimentaire (au frais et dans l'obscurité) qui se conserve beaucoup plus longtemps que le beurre, ou encore de la margarine. 
      • Les bases de soupe en poudre (poulet, bœuf, légumes, etc.) sont d'excellents passe-partout donnant du goût (et du sel) à vos aliments. Sauf proscription diététique, stockez-en.
      • Quand vous consommez un aliment, remplacez-le lors de vos prochaines courses..
      • Quand vous préparez vos repas ordinaires: 
        • imaginez comment vous pourriez substituer vos aliments frais par des aliments secs ou en conserve faisant partie de vos réserves.
        • Tentez d'adapter vos recettes et vos menus de manière à n'utiliser que vos aliments mis en réserve.
      • Les soupes-repas ou soupes consistantes sont un excellent moyen de purifier de l'eau (par ébullition) tout en utilisant des ingrédients qui sont en eux-mêmes peu intéressants en termes gustatifs, spécialement pour les enfants. 
      • Stockez des suppléments alimentaires (vitamines et minéraux) que vos prendrez en surplus de vos aliments afin de favoriser une santé optimale.

      En lien se trouve un tableau (en anglais) sur la durée de conservation d'une variété d'aliments.


      Prévoir des aliments caloriques de dépannage

      Il est important de pouvoir compter sur un apport rapide et abondant de calories supplémentaires pour les cas où vous devriez vous dépenser physiquement pendant une certaine période de temps (bûchage, évacuation, construction d'abri permanent, etc.).

      • Ces calories doivent idéalement se présenter ainsi:
        • Longue conservation 
        • Consommation facile et sans grande préparation
        • Compactes et facilement transportables
      • Exemples:
        • Huile d'olive : 
          • 15 ml (1 cuillerée à table) = 119 calories 
          • bidon 3 litres = 22600 calories
          • Conservation: 2 à 3 ans après date de péremption
        • Beurre d'arachide :
          • 15 ml (1 cuillerée à table) = 94 calories
          • 1 kg = 5880 calories
          • Conservation: 1 an après date de péremption

      Les enfants n'ayant pas atteint l'âge de raison

      Quand les enfants ont moins de 7 ou 8 ans, il est difficile de les raisonner et de les inciter à manger des aliments qu'ils n'aiment pas ou qui ne ressemblent pas à ce à quoi ils ont été habitués.
      • Prévoyez des repas familiers pour les jeunes enfants
      • Stockez du lait en poudre pour trois semaines de consommation normale. 
        • Après une semaine, réduisez et rationnez pour allonger la période de disponibilité du lait.
        • Prévoyez d'autres breuvages de remplacement qui ne soient pas que du sucre aromatisé artificiellement.
        • Compensez l'apport de calcium manquant du lait rationné.
      • Prévoyez des douceurs nutritives (sirop d'érable, miel, chocolat noir) pour récompenser leurs efforts, et rappelez-vous toujours que si l'appétit vient en mangeant, il vient assurément en ne mangeant PAS.
      • Faites évoluer leurs goûts alimentaires avant les périodes de privations pour lesquelles vous vous préparez.
      • Impliquez-les dans la préparation des repas avant et surtout pendant, le cas échéant, les périodes où vous ne pourrez compter que sur ce que vous avez stocké. Ils seront plus enclins à manger s'ils ont "aidé" à préparer le repas.
      Accès à l'eau
      • Vous devez avoir accès à de l'eau en quantité suffisante pour préparer vos aliments.
        • Si vous dépendez exclusivement du réseau d'aqueduc, stockez de l'eau en quantité suffisante.
        • On a besoin en moyenne de 4 litres d'eau par personne par jour. Une bonne part de l'eau consommée provient des aliments. 
        • Prévoir de l'eau supplémentaire pour la cuisson et l'hygiène. 
      Matériel
      • Ayez en tout temps quelques ouvre-boites fonctionnels et durables.
      • Stockez beaucoup d'allumettes et de briquets.
      • Vous devez disposer d'une source autonome de chaleur pour la cuisson de vos aliments. 
        • Si vous cuisinez déjà au gaz à partir d'une source autonome (bombonne ou bouteille), vous avez ce qu'il faut. 
        • Sinon, rendez vous autonome pour les cas d'urgence — bouteilles de gaz, réchaud de camping au besoin. 
          • Quand c'est possible privilégiez le propane au butane (la France et quelques autres pays ont des politiques ridicules quant au propane, ce qui le rend plus difficile à utiliser et à stocker).
          • Dans les régions qui connaissent le gel, le propane est impératif.
      Le congélateur

      Miser sur le congélateur pour ses réserves alimentaires en cas de besoin n'est pas une stratégie fiable. Si les réseaux de distribution alimentaire sont rompus et que vous ne pouvez plus acheter d'aliments, les réseaux de distribution électrique peuvent tout aussi bien être rompus eux aussi.

      • Vous pouvez toutefois allonger la vie de vos aliments dans un congélateur non alimenté en y ayant placé au préalable beaucoup de sacs d'eau ou de seaux d'eau. 
        • Cette eau gèlera et si le courant électrique manque, votre congélateur deviendra une glacière, allongeant ainsi de plusieurs jours voire de plusieurs semaines la conservation de sa température de congélation, pour peu que vous ayez stocké assez d'eau à l'intérieur.
            • N'oubliez pas que l'eau qui gèle prend du volume, ne remplissez vos contenants d'eau qu'aux trois quarts.
        • Plus le congélateur est rempli et moins il y reste d'espace vide, plus il conservera sa température de congélation longtemps sans être alimenté.
        • Cette eau glacée fera partie de vos réserves et vous pourrez la récupérer au besoin. 
      Le gros bon sens
      Je vous ai proposé une méthode pour commencer à mettre de côté des aliments afin de vous constituer une réserve de quelques semaines de nourriture.

      Cette méthode ne fait appel qu'aux produits que vous consommez couramment et ne nécessite aucun traitement particulier de conservation, uniquement 1) de plus grandes quantités, 2) une rotation des aliments pour éviter les gaspillages 3) la capacité de substituer aux aliments frais des aliments à plus longue conservation.

      Si vous désirez aller plus loin, vous devrez maîtriser notamment des techniques de mise en conserve, de salaison, de lactofermentation, de fumigation, de déshydratation et de conservation en milieu anaérobique (sans oxygène).

      Toutefois, il est possible de constituer des réserves d'aliments pour plusieurs mois d'autonomie en appliquant ce guide intégralement donc sans maîtriser de techniques de conservation. Vous devrez réaliser que vous mangerez, en situation d'autonomie totale, des aliments familiers mais pas nécessairement des repas auxquels vous êtes habitué.

      En saison, vous pouvez semer ou cueillir des herbes, des feuilles et des plantes qui donneront du goût et des saveurs à vos repas. Familiarisez-vous à identifier et cueillir les aromates que vous pouvez trouver.

      Si vous désirez aller plus loin dans les réserves alimentaires, je vous suggère ces articles:

      ALIMENTS

      EXEMPLES DE RECETTES DE BASE AVEC DES ALIMENTS SECS

       RÉCHAUDS

      PRÉPARATION MENTALE

      Puisque vous commencez en survivalisme, il ne vous fera pas de tort de lire L'esprit Survivaliste.
      Si ce sujet vous intéresse, je vous invite à regarder la conférence conjointe donnée par Piero San Giorgio et moi-même en septembre 2014.


      N'oubliez pas: cet article est imprimable et distribuable!

      Partagez-le autour de vous.




      dimanche 12 avril 2015

      Le survivaliste et la révolution

      Sur mon facebook et sur les pages de bien des gens que je suis, je tombe régulièrement sur des appels actifs à la fameuse Révolution et cela, aussi de la part d'intervenants survivalistes.

      Attention.

      C'est une chose d'écrire cela derrière un clavier, c'en est une autre de la vivre en première ligne et de se manger des bastos en plein visage.

      Il est, à la rigueur, contraire à l'esprit survivaliste d'appeler, souhaiter, susciter ou participer à des troubles civils, des insurrections ou des révolution.

      Non ce n'est pas une opposition idéologique car le survivalisme n'en a pas. C'est une opposition fonctionnelle, une proscription cohérente et conforme aux objectifs du survivalisme: le développement de notre autonomie en toutes circonstances. On est difficilement plus autonome avec un bras en moins ou en prison.

      Faire, appeler, organiser la révolution, c'est :

      • Être sous surveillance policière et ainsi constituer un danger pour les gens qu'on fréquente, qui seront aussi fichés
      • Être placé sur une liste noire entraînant notamment l'interdiction de prendre l'avion, la confiscation du passeport, l'échec pour raisons de sécurité nationale aux enquêtes pré-embauche, la perte d'emploi, des contrôles fiscaux fréquents, etc.
      • Risquer une arrestation pour activité séditieuse, révolutionnaire ou encore une détention préventive dès que le climat social se détériore et que l'État sent le besoin de se protéger
      • Quitter sa maison, sa terre, sa BAD pour aller combattre
      • Risquer de se faire tuer et de ne plus pourvoir aux besoins de sa famille
      • Risquer d'être blessé et handicapé et de ne plus pourvoir aux besoins de sa famille, pis, constituer une charge supplémentaire, charge qui aurait pu être évitée
      •  Risquer des représailles sur soi et sa famille ainsi que sur les biens familiaux

      J'aimerais citer le Dr. David Duke. Ce sont d'ailleurs ces mots qui m'ont inspiré l'idée de cet article.

      Dr. David Duke
      « Si vous développez une profonde colère et que vous vous sentez poussé à faire quelque chose de stupide, comme une action violente, NE LA FAITES PAS!

      C'est ce que vos ennemis veulent que vous fassiez. Ils contrôlent les médias, [...], si vous faites une chose de la sorte, vous vous ferez du mal et vous ferez du mal à votre cause et ils vont démoniser votre cause.

      Le terrorisme, laissez ça aux juifs du Mossad.
      [...] Soyez honorable dans votre vie et aimez les vôtres. Aimez tous les gens. » 
       Traduction libre par Vic Survivaliste

      Qu'est-ce qu'une révolution?

      C'est un mouvement organisé destiné à prendre le pouvoir des mains d'une structure organisée.

      Tant que le niveau d'organisation ne dépasse pas un seuil critique, ce qui se prétend révolution n'est en fait que des troubles civils, peu dangereux et surtout peu susceptibles de provoquer les changements souhaités.

      Dans nos sociétés contemporaines, il est illusoire de croire qu'on peut organiser des révolutions à l'insu des autorités! Tous les téléphones portables peuvent voir leur micro et leur caméra être activés à distance sans que leur propriétaire ne le sache. Des télévisions vous mouchardent, vos fournisseurs de biens, de crédit et de services vous vendent, sans compter sur les gens infiltrés partout qui sont chargés de rapporter les différentes informations critiques qu'ils trouvent. Ce n'est pas de la paranoïa, cela existe depuis qu'il existe des polices secrètes.

      Maintenant que la table est mise, poursuivons.

      La grande majorité des révolutions du XXe et du XXIe siècle sont des révolution organisées par des puissants et en vue de s'approprier le pouvoir dans un pays. Oh, et la révolution bolchévique de 1917 alors? Elle est l’œuvre d'une communauté bien déterminée (surtout pas russe orthodoxe) avec l'appui massif de... Wall Street.

      Le nazisme allemand des années 30, le communisme soviétique des années 10, le libéralisme et le néolibéralisme contemporains, ce sont trois volets d'un même plan: le mondialisme et la domination planétaire par le moyen d'une idéologie. C'est le plus performant qui a gagné, le libéralisme anglo-saxon.

      Non, les révolutions populaires ne sont jamais populaires mais elles utilisent allègrement les peuples et par le mythe qui en ressort, elles permettent aux nouvelles élites de se maintenir sans trop d'effort.

      La vérité, c'est qu'il y a de très grandes probabilités pour que toute révolution qui naisse soit en fait instrumentalisée par des gens qui n'y participent pas et qui ont le pouvoir de bouleverser une société.

      Quoi faire alors?

      Il ne s'agit pas d'être tiède ni indifférent au sort de nos peuples respectifs. Il ne s'agit pas de se désintéresser des événements du siècle en se croyant bien à l'abri dans sa BAD au fond de la forêt.

      Nous vivons dans une époque où les moyens énergétiques et technologiques font en sorte que personne ne peut demeurer isolé et à l'abri des intervention extérieures.

      Non, il s'agit plutôt d'être intelligent, rationnel et conscient des effets de nos décisions.

      Il n'est pas faux de dire que la vaste majorité des survivalistes est composée de gens allumés, forts conscients des limitations de nos sociétés et des mensonges institutionnalisés dont celui de la démocratie et celui de l'information.

      Il n'est pas faux non plus d'affirmer que si ces survivalistes avaient un tant soit peu de pouvoir de changement ils s'en serviraient pour changer les choses positivement et en faveur du peuple, pour une fois. Mais voilà, individuellement, nous sommes bien peu de chose. Comme survivalistes, notre priorité c'est la pérennité de notre démarche et de nos efforts. 

      Le salut, si j'ose dire, est dans la solidité de nos plans survivaliste mais aussi dans la solidité de notre éducation.

      Les systèmes d'éducation des pays occidentaux ne visent qu'une chose: créer une main d’œuvre qualifiée et malléable, peu équipée culturellement et très mal outillée politiquement.

      On voit le résultat. La très grande majorité des électeurs élisent des gens qui ne leur ressemblent pas, qui ne connaissent pas leur réalité de classe moyenne et qui ne travailleront de toutes façons pas pour eux. D'élection en élection. De promesse brisée en promesse brisée. De coup de Jarnac en coup de Jarnac.

      Les survivalistes qui veulent combattre l'Hydre doivent donc s'armer... d'autonomie et de communication. Les armes à feu, ce n'est pas utile à qui veut changer les choses.

      Autonomie et communication

      L'autonomie est une arme défensive qui sert à nous prémunir contre les détériorations socio-économiques en nous assurant de l'essentiel, peu importe les circonstances. En principe, nous survivalistes y travaillons déjà.

      Notre arme offensive, c'est la communication. C'est d'une part notre compréhension des choses et d'autre part notre capacité à la partager avec les non-survivalistes.

      Je dis souvent que si tout le monde était survivaliste, le système serait réellement en danger car il a besoin de notre argent et de notre travail pour se maintenir. Demain matin, que tout le monde cesse de travailler et un mois plus tard, l'État tombe comme un fruit mûr. 

      Bien entendu, un tel mouvement de masse est utopique car les gens capables de se passer de revenu pendant un mois sont rares. Ils sont rares car personne ne s'y prépare, et personne ne s'y prépare donc ceux qui en sont capables sont rares. C'est un cercle vicieux qui repose sur la dépendance, très chère à nos gouvernements et nos financiers. Sans compter, avouons-le, que la perspective de ne pas jouir en consommant n'est pas une approche sexy pour nos congénères.

      C'est pourtant la seule manière intelligente de changer les choses et c'est le seul pouvoir que nous avons. Qui plus est, cela ne nécessite aucune destruction de biens ou d'immeubles et ne coûte aucune goutte de sang.

      C'est l'essence du message du Dr. David Duke dont j'ai reproduit un extrait. Ne pensez pas violence, pensez autonomie. Ne méprisez pas ceux qui n'ont pas compris les dangers dans lesquels nos dirigeants, occultes et apparents, nous plongent mais au contraire aimez-les assez pour leur apporter du vrai, pour les amener à réaliser leur pouvoir et pour les conduire à se donner les moyens de l'exercer.

      Car il faut le reconnaître, les gens ne savent plus réfléchir en général. Faites l'essai: énoncez une proposition vraie mais choquante sur un sujet et invariablement, quelqu'un se lèvera pour dire que ce n'est pas vrai car il connait une personne qui... Réfuter une règle générale par une exception, cela n'indique qu'une chose: la pauvreté du raisonnement et la faiblesse du jugement.

      La route sera longue mes amis! Il y a du pain sur la planche. Toutefois, nous aurons le temps car nous sommes préparés et surtout, nous n'irons pas nous faire stupidement tuer dans une vaine révolution. Car nous sommes survivalistes, pas cons.


      mardi 31 mars 2015

      Changement de paradigme

      Il arrive qu'on chemine dans la vie et qu'on réalise qu'on a fait fausse route.

      Certains ne s'en remettent jamais et finissent au bout d'une corde.

      Les plus adaptés, eux, prennent les moyens de changer leur approche de la vie afin de la rendre plus en adéquation avec ce qu'ils sont réellement dans leur for intérieur mais aussi en réponse aux conditions de notre environnement social, économique, matériel et parfois même, idéologique.

      C'est le changement de paradigme.

      La capacité de s'adapter aux nouvelles circonstances et à de nouveaux paradigme est une qualité essentielle que doivent posséder les survivalistes. Il en va de notre survie dans un environnement  souvent hostile.

      Je suis passé par là moi aussi et j'ai réalisé un entretien avec une personne que vous connaissez sûrement et qui vient de terminer ce genre de cheminement.

      Voici donc le bilan du processus de changement de paradigme de deux personnes, qui témoignent de leur expérience personnelle.







      Partagez!