dimanche 31 août 2014

Guide pratique: Désinfection chimique de l'eau

Ce guide vous présentera deux approches de désinfection ("purification") chimique de l'eau et les moyens de fabriquer ces produits.

Dans un cas ils s'agit de réaliser une solution avec un produit peu cher et disponible sur le marché.

Dans l'autre cas il s'agit carrément de fabriquer une solution par catalyse et avec des produits du quotidien.

Et les comprimés micropur forte (tm)? L'action désinfectante des micropur forte (tm) réside dans la molécule DCCNa, le dichloro-isocyanurate de sodium. Peu de gens impréparés en possèdent et au prix que ça coûte, ce n'est pas une solution économique ni souhaitable pratiquement parlant. Surtout, aucune personne "mainstream" n'en possède ni n'en achète dans ses emplettes hebdomadaires.

Les deux approches que je propose sont à la portée de tout le monde.

La désinfection fait référence à l'action de désinfecter, c'est à dire d'éliminer tout agent pathogène vivant (bactérie, virus, champignon) ou proto-vivant (spore, prion) qui pourrait se trouver dans l'eau en rendant leur environnement impropre à leur existence tout en rendant l'eau propre à la consommation humaine.
Sujets traités:
  • Désinfection chimique par hypochlorite de calcium — Ca(ClO)₂ et hypochlorite de sodium — NaClO ou « eau de javel ».
    • Méthode de traitement de l'eau à rendre potable
  • Fabrication d'une solution d'hypochlorite de calcium 
    • Dilution, stockage et durée de vie
  • Fabrication de NaClO (eau de javel) avec ce qu'on trouve à la maison
    • Réalisation de la catalyse
    • Dilution, stockage et durée de vie
  •  Usages possibles
    • Désinfection de l'eau
    • Désinfection des plaies (eau de Dakin)
    • Désinfection des surface et des habitats
  • Pro / Cons et limites

Vous pouvez imprimer ce document, comme tous les autres, à l'aide du bouton "print PDF" situé au bas de cet article. Imprimez-vous une copie et imprimez-en pour vos proches qui pourraient un jour en avoir besoin.



Désinfection chimique

Il existe deux produits facilement employables par des personnes sans expérience dans le domaine: l'hypochlorite de calcium et l'hypochlorite de sodium (eau de javel).

L'hypochlorite de calcium et l'hypochlorite de sodium sont deux produits qui désinfectent l'eau par l'action notamment du chlore qu'ils contiennent. Les deux produits sont utilisables sous forme liquide (instructions de préparation plus bas)

Méthode de traitement de l'eau à rendre potable

  • Utilisez des contenants refermables propres, préférablement en verre ou en plastique de qualité alimentaire HPDE (polyéthylène haute densité), l'acier inoxydable peut se corroder au contact répété de ces produits.
  • Prenez de l'eau filtrée (i.e. de laquelle on a retiré les corps solides par filtration) à température de la pièce.
  • Mesurez la quantité de litres d'eau à traiter. Versez cette eau dans le contenant de traitement.
  • Versez deux gouttes d'hypochlorite de calcium OU d'hypochlorite de sodium PAR LITRE d'eau à traiter. 
  • IMPORTANT: remuez lentement votre eau avec un instrument propre pendant une minute.
  • Couvrez votre contenant et laissez reposer 30 minutes.
  • Retirez le couvercle, attention aux vapeurs de chlore qui peuvent se dégager (produit très toxique).
  • Si l'eau est toujours trouble, recommencez le traitement
  • Si l'eau dégage, après 30 minutes, une faible odeur de chlore ou pas du tout, vous pouvez alors la consommer.

Dilution, stockage et durée de vie

  • Deux gouttes d'hypochlorite de sodium ou d'hypochlorite de calcium traitent un litre d'eau. 
  • L'eau traitée doit être consommée et si elle est stockée, elle doit être stockée dans un contenant hermétique et une demi-heure après le traitement.
  • L'eau de javel (hypochlorite de sodium) dure quelques mois. Après ouverture et/ou exposition à la lumière, elle perd rapidement de sa puissance désinfectante.
  • Une fois la solution d'hypochlorite de calcium fabriquée, elle se conserve un peu mieux que l'eau de javel. Pour plus de sûreté, la considérer comme de l'eau de javel dans sa durée de vie.
  • Les deux liquides doivent être conservés au frais, dans des contenants hermétiques et à l'abri de la lumière.
 
Fabrication d'une solution d'hypochlorite de calcium

L'hypochlorite de calcium — Ca(ClO)₂ — est un produit qu'on trouve dans le commerce. Il est principalement connu du public sous le qualificatif de « traitement choc » pour les piscines.

Toutes les personnes qui ont une piscine ou un bain à remous sont susceptibles de posséder de l'hypochlorite de calcium.

On trouve ce produit en quincailleries, chez les détaillants de matériel de piscine et dans certaines grandes surface.

L'hypochlorite de calcium se présente sous forme de poudre ou de granules. Il doit être mis en solution avant de pouvoir être utilisé comme désinfectant liquide d'eau.

Méthode

  • Achetez un paquet ou une boite d'hypochlorite de calcium ayant une teneur en chlore actif de 70 à 75%
  • Mesurez 750 ml d'eau et la verser dans un contenant refermable en verre ou en plastique HPDE. À défaut vous pouvez prendre un contenant vide d'eau de javel.
  • Mesurez deux cuillerées à thé rase (10 ml) de poudre ou de flocon d'hypochlorite de calcium et les verser dans l'eau.
  • Remuez afin de dissoudre les flocons ou la poudre.
  • L'eau changera légèrement de teinte au fur et à mesure de la dissolution et vous sentirez une odeur de chlore.
  • Quand la dissolution est terminée, vous obtenez une solution utilisable telle qu'elle, à raison de deux gouttes par litre d'eau à traiter pour la consommation.

Fabrication d'une solution d'hypochlorite de sodium par catalyse

NaClO, c'est la formule chimique de l'eau de javel. Il s'agit donc de prendre des substances et de les "travailler" afin qu'elles s'assemblent en NaClO, c'est à dire en eau de javel.

Sans faire dans le détail, en mélangeant du sel à de l'eau et en en faisant la catalyse (application d'un courant électrique au moyen d'électrodes - anode et cathode), le NaCl (le sel) sera "brisé" en Na+ et Cl-, l'eau sera "brisée" en H2 et en O et le tout se recombinera en NaClO.

Pourquoi utiliser la catalyse pour obtenir de l'hypochlorite de sodium alors qu'on peut acheter de hypochlorite de calcium en magasin pour trois fois rien et sans devoir faire rien de plus compliqué que mélanger de la poudre à de l'eau?

1) Deux c'est un et un c'est zéro: savoir que deux produits font le même boulot donne le choix du produit.

2) L'hypochlorite de calcium se trouve facilement en magasin maintenant. En cas de perturbation majeure, on n'en trouvera plus. L'hypochlorite de sodium se fabrique avec de l'eau, du sel et de l'électricité et ça, on en trouve dans toutes les maisons et à toutes les époques depuis l'électrification des communautés.

3) À plus long terme: l'hypochlorite de calcium en poudre ou en flocons se conserve 10 ans, après quoi il perd de sa puissance. Si nos réserves s'épuisent et qu'on ne peut plus s'en procurer, on pourra fabriquer un produit équivalent avec l'eau le sel et l'électricité, et au besoin.

Matériaux:

On a besoin:
  • Eau (H2O) (250 ml)
  • Sel idéalement non iodé (NaCl) (10 ml) (2 cuillerées à thé combles)
  • Électrodes
  • Une source de courant continu
  • Récipient en verre

Eau: prendre de l'eau pure, déminéralisée si vous pouvez mais l'eau du robinet fera aussi l'affaire.

Électrodes: Une électrode est une matière conductrice d'électricité. Certaines électrode servent à la réaction qu'on cherche à obtenir (par exemple de placage d'or ou d'argent) alors que dans d'autres cas, on ne veut que le courant qu'elles apportent et non leur composition dans notre réaction.

Les meilleures pour produire de l'eau de javel sont les électrodes en graphite car elles ne réagissent pas à l'eau, au sel et aux autres substances produites. Vous pouvez les acheter sous forme d'électrodes ou ... à la limite utiliser la mine d'un crayon de bois dont vous aurez retiré le bois après un long trempage dans l'eau.

L'acier inoxydable peut servir de pis aller mais il y aura corrosion et dépôt dans le fond du récipient.

Courant continu: de 4,5 volts à 12 volts (3 piles de 1,5 volts ou 9 piles de 1,5 volts, une batterie automobile ou marine ou de moto, une bloc d'alimentation en courant continu, etc.). Inutile d'y envoyer trop de courant, l'effet Joule transformera le courant en chaleur et ce courant sera perdu pour la réaction tout en chauffant inutilement votre eau.

Mise en garde: il y aura dégagement d'oxygène (O2), d'hydrogène (H2) et de chlore (Cl), ce dernier étant toxique. Faites la manip dans un endroit aéré et sans flamme nue ni source de chaleur.

Fabrication
  • Mélangez le sel (10 ml) à l'eau (250 ml)
  • Insérez vos électrodes dans un support
  • Déposez votre support au dessus du contenant en faisant tremper le maximum des électrodes dans l'eau et uniquement les électrodes
  • Reliez vos électrodes à votre source de courant, une électrode à la fois et sans jamais toucher à l'autre électrode
  • Les électrodes formeront des bulles et votre eau se troublera: la réaction est commencée
  • De la vapeur/fumée se dégagera au dessus du contenant - ATTENTION C'EST TOXIQUE
  • Durée de la réaction: de 45 (6 volts / 4 piles AA) à 60 minutes (4,5 volts / 3 piles AA)
Voici une vidéo qui vous explique comment.

NOTE: DANS MA VIDÉO JE FABRIQUE UNE SOLUTION BEAUCOUP PLUS CONCENTRÉE QUE LA RECETTE NE L'INDIQUE.

POUR FABRIQUER DE L'EAU DE JAVEL TRÈS CONCENTRÉE, SUIVEZ LES INDICATIONS DE LA VIDÉO
POUR DE L'EAU DE JAVEL EN CONCENTRATION NORMALE, RÉFÉREZ-VOUS  À CETTE PAGE, LA VIDÉO NE SERVANT QU'À VOUS MONTRER COMMENT SE PASSE LA RÉACTION.




Pro - Cons et limites

La meilleure méthode de désinfection de l'eau demeure l'ébullition, qui tue TOUT pathogène à 100%. Cependant le traitement chimique de l'eau constitue une solution aussi pratique qu'économique pour obtenir une eau désinfectée, en grande quantité et plus rapidement qu'avec un filtre Berkey (tm) ou Sawyer (tm). Il est envisageable de traiter chimiquement 1000 litres d'eau en une heure pour quelques cents/centimes, une durée impossible à égaler par les filtres du marché.
  • De manière générale, les bactéries comme les virus sont inactivés par le traitement chimique exposé ci-haut.
  • Par contre certains parasites ne seront pas affectés. Cependant, un filtre qui retient tout ce qui est supérieur à 1 micron de taille les bloquera.
  • Tous les filtres ne bloquent pas tous les virus. Vérifiez avant d'acheter un filtre à eau.

De plus ces produits peuvent aussi désinfecter les surfaces et l'intérieur des maisons tout comme les plaies sous forme d'eau de Dakin (rajouter 10-11 parts d'eau à une part d'eau de javel).

Comparaison:
  • L'hypochlorite de sodium a l'avantage d'être fabriqué sur demande avec les moyens du bord. Le sel nécessaire se conserve indéfiniment.
  • L'hypochlorite de calcium a l'avantage de pouvoir être stocké pendant dix ans sous forme de flocons ou de poudre. Il suffit de le mélanger à l'eau dans les bonnes proportions pour obtenir un liquide de désinfection.
  • Tous deux, une fois mis en solution, ont une durée de vie comparable, c'est-à-dire quelques mois.
Il n'existe pas de solution miracle. En l'absence de filtre à eau ou pour ne pas le sur-utiliser, vous pouvez traiter l'eau avec de l'eau de javel ou de l'hypochlorite de calcium.

Maintenant, vous savez fabriquer de l'eau de javel, ce qui vous rend autonome à vie en cette matière.

vendredi 29 août 2014

Sujet qui fâche: Acta et verba mais surtout verba...


[Article sans vidéo]

Tous les survivalistes s'imaginent qu'ils survivront à un événement de grande envergure et durable, comme un effondrement économique et civilisationnel ou une grande épidémie. Ils croient aussi que les zombies, c'est à dire les gens qui ne se sont pas préparés, mourront massivement et qu'à la fin, il ne restera que les vertueux survivalistes.

Possible.

Juste possible, moi je doute.

Selon mes estimations, fondées sur quelques années d'expérience, d'observations et surtout de discussions avec des centaines de survivalistes, en personne, par courriel ou par skype, voici ce que je constate.

Ces observations n'ont aucune prétention scientifiques ni n'ont la prétention d'être un fidèle portrait de la réalité.Néanmoins, je les crois justes.

Autonomie réelle

Environ 30% des survivalistes ont peu de réserves (de deux semaines à quatre semaines d'autonomie de base)

Environ 50% des survivalistes ont de quoi fonctionner pendant un à trois mois (nourriture, eau, médicaments, énergie minimale)
 Environ 15 % des survivalistes ont de quoi fonctionner pendant trois à douze mois (nourriture, eau, médicaments, énergie minimale)
Environ 4% des survivalistes ont de quoi passer une année en autonomie minimale et ainsi pouvoir attendre des récoltes

Environ 1% des survivalistes sont réellement autonomes (eau, production alimentaire, énergie, de quoi faire du troc)
Beaucoup commencent, beaucoup commencent petit et augmentent leur capacité de résilience progressivement, beaucoup se donnent un minimum et s'arrêtent là pour donner dans le superflu. 

La Base Autonome Durable

La majorité des survivalistes avec qui j'échange ont une conception erronée de la BAD. Elle est pour eux un endroit pour se réfugier alors que dans les faits elle est un endroit de vie permanente et fournit en toute autonomie les choses nécessaires à la vie d'au moins une famille et idéalement d'une petite communauté.

Beaucoup de gens qualifient pompeusement de BAD un chalet, voire parfois un terrain sans installation permanente ni champs à cultiver. L'idée n'est pas de les pointer du doigt mais plutôt d'attirer leur attention sur le fait qu'être autonome, ce n'est pas pouvoir l'être un jour, c'est l'être maintenant.

Un lieu de vie ne devient une BAD que s'il possède de quoi rendre ses propriétaires autonomes (eau, nourriture, énergie) et dès lors qu'il est occupé et exploité en tant que BAD.

Énergie
 
Les besoins énergétiques sont généralement largement sous-estimés par une très forte proportion d'entre nous (sauf peut-être au Québec et dans les régions très froides où c'est une nécessité vitale qui ne peut être ignorée ou sous-estimée).

Ces besoins énergétiques sont comblés par des solutions reposants sur la Distribution et la technologie pour produire cette énergie (approvisionnement en gaz, batteries à remplacer aux 5 à 10 ans, etc.). Les choix énergétiques faits pour assurer l'autonomie dépendent soit des approvisionnements de la Distribution, soit d'une ressource qu'ils ne possèdent pas.

La solution hélas universelle: l'évacuation

Pour une grande proportion de survivalistes, l'essentiel de leur plan repose dans un sac à dos nommé "sac d'évacuation". Vous connaissez mon sentiment sur cette question: plus souvent qu'autrement, il devrait être qualifié de "sac de réfugié".

L'écrasante majorité de ceux qui fondent leur plan survivaliste sur l'évacuation ont au mieux, comme destination, un refuge dans une région perçue comme plus sécuritaire et au pire, aucune destination précise.

Cela est surtout vrai en Europe.

Au Québec, on se fie plutôt au savoir de nos ancêtres, Premières Nations ou coureurs des bois, un savoir qui pourtant est disparu avec eux... Deux approches différentes, même échec garanti.

L'évacuation doit être un moyen et non une fin en soi. Si un plan survivaliste culmine en l'évacuation sans lieu préparé ni refuge sûr, ce n'est pas un plan survivaliste, c'est un plan de réfugié qui gagne des jours avant la prise en charge.

Bushcraft et survie

Le bushcraft et la survie sont des disciplines nomades et qui se déploient sur une très courte durée. Tout le monde peut vivre deux jours en forêt avec un minimum de préparation. Bien peu de gens peuvent y vivre deux mois de manière autonome, même avec une bonne préparation.

Le survivalisme est sédentaire ou alors ce n'en est pas.

Le mercantilisme et la consommation survivalistes

Il y a un marché florissant d'équipements à destination des survivalistes. Ça veut dire aussi qu'il y a une demande.

Si on prend de la distance et qu'on observe le phénomène, le discours dominant entendu dans le survivalisme est essentiellement une affaire de possession d'équipements: plus on possède de choses, celles à la mode de préférence, plus on a de chances de survivre.

Il y a des choses essentielles et des choses superflues. Dans une société mercantile, l'accent est mis sur le commerce et toutes les formes de publicité qui vont de pair.

On vante le superflu comme étant essentiel et de l'essentiel, on ne dit pas grand chose, car il ne rapporte rien aux Marchands du Temple. Et on ignore le savoir-faire qui lui, est la clé de l'autonomie.

Seulement, le savoir-faire ne se vend pas clé en main. 

Beaucoup d'entre nous compensent le manque de savoir-faire par de l'équipement, pensant faire une bonne affaire. Erreur: l'équipement peut augmenter la performance quand on plante des choux mais ça ne donne pas la connaissance de la culture du chou.

Beaucoup achètent des lampes de poche hyperperformantes multi-fonctions mais ne pourront plus s'éclairer s'il survient une impulsion électromagnétique ravageuse pour les dispositifs qui contiennent des circuits logiques, comme ces lampes de poche, ou ne pourront plus charger leurs piles si le secteur n'alimente plus leur chargeur.

Demain, si tout s'arrête, qui sait produire de l'électricité avec les objets du quotidien? Qui sait construire une génératrice à vent, voire même une génératrice à main? Plus prosaïquement: qui pourra s'éclairer durablement (à long terme) sans électricité?

Avoir ne remplace pas le savoir.

Dénaturer la Nature

La Nature est analogique, lente, diversifiée et inefficace. Nos solutions sont numériques, véloces, uniformisées et terriblement efficaces. 

En survivalisme nous dépendons ultimement de la Nature car c'est Elle qui nous nourrit.

Le numérique véloce uniforme efficace est l'exact contraire de notre support ultime. Dans notre paradigme nous ne pouvons comprendre ni faire corps avec la Nature.

C'est notre paradigme qu'il faut changer et non la Nature à s'adapter à nos besoins.

Il ne s'agit pas de désirer vivre comme dans La petite maison dans la prairie. Toutefois il faut comprendre cette vie, ses rythmes saisonniers, l'ordre dans lequel les choses doivent être faites.

La recherche de la Panacée

La solution miracle n'existe pas. Pourtant on voit beaucoup de survivalistes se lancer à corps perdu devant la Panacée-saveur du jour. Ah oui! la permaculture répond à tous nos besoins. Hier c'était la culture d'avant-guerre et demain ce sera le biointensif. 

Il n'y a pas de "one size fits all". Il n'y a pas de "meilleure formule au monde". Il n'y a pas d'équipement ultime car demain un autre prendra sa place.

L'approche axée sur l'acquisition de matériel est voué à l'échec car au lieu d'apprendre à faire et ensuite on choisit ce qu'il convient le mieux, on choisit l'objet pour ensuite comprendre comment il fonctionne le mieux. Pendant ce temps, la tâche à laquelle il est destiné est négligée.

Trop de bruit

La sagesse vient quand tout est calme, tant dans sa tête qu'autour de soi. On doit, à un moment, s'asseoir et s'isoler de tout ce que ce bruit et comment à se poser la question, calmement, sans influence:

De quoi ai-je réellement besoin pour assurer l'autonomie de ma famille?

Alors on s'entendra se répondre: la production et la sécurité alimentaire, un logis tempéré, la sécurité tout court, des perspectives d'avenir, de la culture, du savoir, un environnement humain sain avec de bons voisins, de bons amis, des liens solides avec ses proches.

Quelle est l'essence du survivalisme? C'est vivre, le mieux possible, dans toutes les conditions possibles et en dépit de tous les perturbateurs exogènes. Pas d'être sur-performant en éclairage hi tech et médiocre en capacité de s'alimenter.

Vers l'avant

Y'a du boulot les amis...

James Bond a toujours une tonne de gadgets qui servent à des usages hyper-spécialisés et à des situations extrêmement précises. 

McGyver lui, n'a jamais rien mais pourtant réussi toujours à fabriquer quelque chose.

James Bond se fait donner des gadget, McGyver lui, les imagine.

James Bond utilise ses gadgets, McGyver, lui, les construit.

Qui voulons-nous être: un James Bond avec quelques gadgets spécialisé qui seront peut-être, peut-être, utiles, ou un McGyver qui sait observer, déduire, identifier un besoin et fabriquer ce qui est vraiment utile? La vie n'est pas un scénario de film.

Il est temps que les survivalistes sortent du carcan matérialiste et se fassent violence pour ne plus céder à la faiblesse de vouloir posséder le cool et le tentant. Qu'ils se concentrent sur ce qui est vraiment essentiel: des dispositifs matériels mais avant tout mentaux et cognitifs qui couvrent toutes les bases et qui permettent d'affronter l'imprévu comme l'adversité.

dimanche 24 août 2014

Questions du mois d'août 2014

À partir de ce mois-ci, je vais faire une vidéo pour chaque question traitée dans le mois.

Cela permettra aux gens qui ne s'intéressent pas aux autres questions d'accéder rapidement à ce qu'ils veulent.

D'abord, les questions auxquelles je ne réponds qu'ici car la réponse est rapide.

Questions répondues par écrit


Non ça n'existe pas. Il y a les RSF mais personne au Québec n'organise d'activités de rencontre. Ça a l'air que ça ne plait pas aux survivalistes d'ici de quitter le virtuel.

Crédibilité des informations


Je débusque les nouvelles partout: média mainstream, alternatifs, forum, listes de diffusion, bloques, facebook, twitter, etc.

Ensuite je compare les nouvelles, les sources, le discours mainstream, je fais la critique interne et externe des documents, je compare, je fouille parfois l'histoire des éléments reliés à la nouvelle et je me fais mon idée. Je n'ai pas toujours le temps de faire tout ça mais pour les informations critiques qui affectent ma perception des choses ou mes plans, j'utilise rigoureusement cette méthode. Notamment pour mon niveau d'alerte.

Je suis diplômé de droit et d'histoire. Ça ne fait pas « Autorité » et je n'aimerais pas que ce soit ce que les gens en retiennent quand j'en parle. Par contre ça m'a donné des méthodes d'analyse et de validation, une culture vaste et une capacité de mettre les choses en perspective. « The proper methodology » répète toujours Sheikh Imran Hosein :)

Maintenant je passe plusieurs heures par jour à écumer les médias, lire, regarder, comparer, parfois questionner des gens dans mon réseau de contacts. Étant donné le nombre d'infos à digérer et la variété de sujets qui m'intéressent, je peux parfois me planter. Ça fait mal à l'égo quand ça se produit mais comme ça ne m'arrive que sur des sujets non-déterminants, c'est sans conséquences.

Quand je publie mes infos, je les publie à titre informatif et toujours dans le but que les lecteurs s'en servent comme base de réflexion et de recherche. Maintenant si les gens s'en servent seulement pour se positionner « pour » ou « contre », être « d'accord » ou « pas d'accord », je n'ai pas le contrôle là dessus et surtout, ça n'apporte rien en terme d'information.

Idem quand une info déplait. On peut vouloir la réalité différente mais ça ne la changera pas.

« Une guerre approche en Europe »


Je crois (ma seule opinion hein! je ne suis pas géopoliticologue) que nous connaîtrons une guerre mondiale d'ici deux à trois ans, sauf accident qui la déclencherait plus rapidement. Plus elle sera rapprochée, plus elle sera nucléarisée.

Là dessus je me suis rallié aux thèses de Pierre Hillard selon lesquelles le Monde est sous la coupe d'Oligarques et qu'ils sont en compétition pour avoir la main haute sur l'ensemble. Là, il apparait que la Russie (ses Oligarques) défie les Thalassocrates (Oligarques de la lignée anglo-saxone). Ce défi apparait imprévu et les armées des pays occidentaux, occupées depuis 10 ans à faire la guerre asymétrique, ne sont plus prêtes à une guerre conventionnelle avec des fronts où ils affronteraient des armées susceptibles de retourner les coups avec la même intensité.

Diffusion de vidéos non-survivalistes

Je ne suis pas "inconditionnel". De qui que ce soit ou de quoique ce soit, y compris du survivalisme. Je soupèse toujours.

J'admire Alain et le travail de son équipe depuis plusieurs années, mon admiration demeure intacte mais ça ne fera jamais de moi un inconditionnel de quoi que ce soit ou de qui que ce soit. Je tiens à ce que ça soit dit.

Voici ma politique éditoriale:

1) Je ne publie que mon travail original. Je ne copie jamais personne, je ne "m'inspire" jamais d'articles parus en anglais aux USA ou du travail d'autrui sauf en une occasion où j'ai traduit une partie d'article US, et je l'ai clairement indiqué à cette occasion.

2) Je ne publie que des informations survivalistes ou en rapport au survivalisme.

3)  Je ne publie pas la production d'autrui sauf si ces personnes veulent créer quelque chose via mon blogue.

Bien que je touche à la Politique (pas la partisane, celle des affaires de la Cité), c'est par ricochet uniquement. Concernant Alain Soral et E&R, mes articles ont été repris à quelques reprises par E&R (dont récemment), ce qui est une source de fierté. D'ailleurs la couverture de ma page facebook est une saisie d'écran prise sur la page d'E&R.


Donc en vertu de ma politique éditoriale, je ne posterai pas de tels documents vidéos, non par désaveu ou désapprobation mais parce que j'ai ma rigueur de rédaction. Comme disent les chinois: forum non conveniens, ce n'est pas le bon endroit. Je garde ça pour Facebook où je prends plus de libertés.

J'en profite néanmoins pour saluer Alain Soral et lui présenter mes respects.

Questions répondues par vidéo

D'abord une mise au point:




La situation dans le Donbass (Ukraine)



Attention: la vidéo a un son inégal, cette situation sera corrigée dans quelques heures.




Un étudiant qui demande conseil pour son avenir


Attention: la vidéo a un son inégal, cette situation sera corrigée dans quelques heures.



Rumeurs de pannes électriques massives en Belgique