Articles

Affichage des articles du mai, 2011

Bug Out Location: le/les bâtiments.

Image
En matière de Bug Out Location, il existe une grande variété d'aménagements possibles. Sans être un spécialiste du bâtiment, loin de là, je vais présenter quelques alternatives au traditionnel bunker NBC (Nucléaire, Bactériologique, Chimique) chers aux survivalistes de l'ère de la Guerre Froide!
Note importante: quand je parlerai de prix, je ne veux surtout pas être pris à la lettre. Si mes estimations sont inexactes, svp m'en aviser! Je ferai les corrections.
Outre les cas de guerre nucléaire ou chimique ou bactériologique qui nécessitent le sus-cité bunker, toutes les autres situations peuvent être affrontées avec un BOL qui répond aux besoins de solidité, de sécurité, d'efficacité énergétique, d'espace de vie agréable. Maintenant, lançons nous.
Maison mobile
La maison mobile comme BOL est une habitation toute faite, bien isolée, bien aménagée, prête à habiter sans préavis ou préparation lourde. Toutefois elle est conçue pour utiliser de l'énergie électrique …

Les Listes

Préparer c'est lister.

C'est aussi rassembler, inspecter, empaqueter, désempaqueter pour inspecter, rempaqueter, etc.


Mais tout commencera par une liste. Des listes, en fait, puisque notre préparation doit couvrir plusieurs scénarios envisageables.

1) Réfléchir

À la base, avant même de commencer sa première liste, il faut en premier lieu identifier les situations que nous pourrions être appelés à vivre. Cela déterminera évidemment ce qu'il nous faudra préparer.

Pour cela, il faut avoir ou développer la capacité de nous projeter dans l'avenir et d'imaginer les embûches et les obstacles que nous pourrions rencontrer. Par exemple si les villes deviennent invivables pour cause d'insuffisance énergétique, par exemple, il faudra non seulement imaginer comment nous allons nous nourrir et nous tenir au chaud l'hiver mais aussi que nous pourrions devoir évacuer la ville, que les soins médicaux seront difficiles à obtenir, que le carburant ne sera plus distribué, etc…

Seriez-vous aussi mal pris?

Image
2011-05-30. Voilà plus de cinq semaines que des résidents du bassin de la Richelieu sont inondés. Certains légèrement mais d'autres très sévèrement.

Beaucoup tiennent tant bien que mal. Certains se plaignent qu'on ne les aide pas assez. Je les comprends, moi aussi je voudrais de l'aide. Mais voilà: si au lieu de 1,500 familles, c'étaient 150,000 familles? Ou 500,000 familles qui se retrouvaient incapable de lutter contre les éléments?
Ces 1,500 familles parviennent à continuer grâce à "l'extérieur": des emplois à l'extérieur de la zone, de la parenté ou des amis à l'extérieur de la zone, des ressources de l'extérieur qui viennent sur place, de la relocalisation à l'extérieur de la zone, des employés municipaux et bénévoles du secteur mais qui ne sont pas inondés, etc.

Sur les 1,500 familles, combien étaient prêtes et combien attendent qu'on vienne les sortir de leur pétrin? Je parie qu'il n'y a pas 5% des familles…

Préparation égale paranoïa?

Faut-il être paranoïaque pour devenir un "prepper"? Après tout nous préparons le pire ou le pire du pire. Pour anticiper des événements catastrophiques il faut bien se douter qu'ils surviendront, non?
La réalité est, comme toujours, un peu plus complexe.
Il y a une différence entre croire que ça PEUT arriver et croire que ça VA arriver.
Mais il existe toutefois des signes que des choses sont en branle. Dans les années 1960 et 1970, un salaire faisait vivre une famille; maintenant, deux salaires suffisent à peine. L'écart entre les riches et les pauvres s'accentue. Il existe de fortes pressions sur la disponibilité et le prix de l'énergie. Il existe de fortes pressions sur la disponibilité et le prix de la nourriture. Il existe de fortes pressions sur la disponibilité de l'eau. Les changements climatiques font déjà sentir leurs effets. La diminution du niveau de vie fait, comme dans les années 1930, monter la Droite (ce qui est paradoxal car c'est ell…

Le réseau

J'ai mentionné à plusieurs occasions à quel point il peut être important de disposer d'un réseau de preppers, peu importe la nature de ce réseau et son importance.
Le fait est que nous réussissons mieux en travaillant à l'unisson que chacun de notre côté.
Maintenant, examinons comment nous pouvons travailler en groupes. Pour ce faire je vais présenter différents types de réseaux.
1) Réseau familial / amical.
C'est le réseau le plus accessible. Quand ça va mal, les familles se rassemblent. On laisse de côté tous les petits différents et on se serre les coudes. L'aide provenant d'un réseau familial est presque acquise. La faiblesse est que certains seront plus préparés que d'autres dans une même grande famille. Mais si toute la grande famille vit avec une perspective de préparation, nous sommes en présence de la plus forte structure sociale qui soit.
2) Réseau communautaire.
C'est un type de réseau avec un des potentiels d'intégration le plus élevé. …

L'argent, papier ou métal? Et l'or?

Lorsqu'on se prépare, on accumule des biens et des vivres mais il ne faut pas oublier l'argent. En effet, au début d'une crise les commerces vont continuer à fonctionner tant qu'ils auront du ravitaillement. Avoir avec soi une somme d'argent raisonnable est aussi nécessaire que le reste. Quelques centaines de dollars suffisent, ils permettront de payer les frais d'évacuation comme le carburant, des repas, des biens oubliés.

Mais que se passe-t-il si la crise s'éternise? si elle est globale ou planétaire? si elle touche justement la valeur des monnaies? En effet, la plupart des monnaies sont en fait des reconnaissances de dettes émises par les États. Voir à ce sujet l'excellent documentaire "L'argent dette". En bref, l'argent de papier est garanti par d'autre argent de papier et en soi, n'a aucune valeur. On ne peut le manger, on ne peut en faire des outils, on ne peut le faire pousser!

En revanche, il existe des métaux précieux…

Le "prepping", un hobby?

Difficile de faire une réponse claire tant il y a de modèles de "prepping" et de degrés d'implication. Une chose est sûre: plus une personne consacre de temps, de pensées et d'énergies à se préparer, plus elle sera en mesure de faire face à une multitude de situations et d'étendre sa survie sur une plus longue période.
La "preppeuse", le "prepper" qui pense quotidiennement à sa préparation au travers de ses activités, par exemple en visitant un lieu nouveau et en évaluant son potentiel en terme de survie, ou qui découvre un nouveau gadget, un nouvel outil et l'évalue en terme de prepping, cette personne là en a fait un hobby.
C'est un hobby comme un autre, c'est à dire que c'est une activité de détente, qui apporte du plaisir ou de la satisfaction, qui fait passer le temps et qui produit un résultat. À travers ce hobby on en découvre d'autres: comment chasser, comment éviscérer, comment couper la viande de gibier, comment …

Partir ou rester: et partir, pour aller vers quoi? Partie 2

Dans le précédent article je parlais en termes généraux d'un BOL (Bug Out Location). Maintenant je veux plus discuter des équipements à posséder.
Je précise encore une fois qu'il s'agit d'une réflexion destinée à inspirer la vôtre.
Mon approche du BOL est simple: je privilégie la sécurité, la fiabilité et la capacité de survivre au confort. Cela signifie que mon approche sera moins technologique et plus fondamentale. Autrement dit, la technologie sera un bonus mais je ne crois pas qu'il faille se reposer dessus.
1) DÉPLACEMENTS
La capacité à se déplacer est une composante importante de la survie. Elle étend nos terrains de chasse et de cueillette, elle nous permet le ravitaillement quand il est possible et le retour vers la civilisation si celle-ci a survécue.
Pour le transport routier, il y a toujours le véhicule dans lequel nous sommes arrivés au BOL. Un véhicule tout terrain de type 4 roues est une option intéressante, surtout pour ramener du gibier un peu lour…

Partir ou rester: et partir, pour aller vers quoi?

Image
Beaucoup de preppers n'ont pas le choix en cas de crise: rester dans son appartement en plein centre-ville serait du suicide. Ceux qui ont le choix seront éventuellement placés devant le choix de rester ou de partir.
Vient alors le choix du où et surtout du comment. Oui partir, quitter sa maison ou son appartement, mais partir vers quoi?
Se pose alors la question de l'aménagement de notre lieu de retraite.
La lieu de retraite est communément désigné "BOL", acronyme de "bug out location".
Chaque survivaliste a sa notion de ce que doit être un BOL et de ce qu'il doit contenir. Je vais vous exposer ma version idéale d'un BOL, non en tant que modèle à suivre  mais plutôt pour vous permettre de lancer votre réflexion.
En fonction de mes besoins personnels, Un BOL doit être situé:
En campagne Près d'une foret ou d'un boisé suffisamment dense Près d'un ruisseau ou d'un lac À moins d'une heure de route de sa résidence principale Hors d…

Comportement des masses

L'être humain est un mammifère. En d'autres termes, un animal, doué de raison mais tout de même un animal. On n'y peut rien: c'est ainsi que nous sommes faits.
À preuve: nous possédons ce qu'on appelle un cerveau reptilien, siège des émotions et le néocortex, siège des opérations logiques et de la raison. C'est évidemment une explication simplifiée.
Lors de situations anxiogènes, de situations de crises ou de stress, le cerveau reptilien a tendance à vouloir prendre le contrôle et génère des pulsions très puissantes, qui nous font poser des gestes que normalement nous n'envisagerions même pas de poser.
Lorsque survient une situation d'urgence ou de crise dans la société, cela provoque des changements importants dans la perception et le comportement des masses. En effet, nous sommes habitués à vivre selon un ordre des choses. Il y a des lois, généralement assez bien acceptées et respectées car perçues comme nécessaires au fonctionnement de la société. E…

S'approvisionner en urgence

Image
Bon, vous vous levez ce matin, vous entendez qu'une catastrophe s'est produite durant la nuit. Vous n'avez rien préparé et vous savez que vous serez affecté. L'épicerie doit être complètement vidée ou elle le sera le temps que vous y arriviez.
Où trouver des aliments? À la pharmacie!
On trouve de l'eau bien évidemment, des cristaux pour boissons gazeuses, parfois du pain et du lait mais surtout, un excellent dépanneur alimentaire: les compléments de repas! L'un des plus connus est Ensure Calories Plus  de la compagnie Abbott.
Il existe évidemment beaucoup d'autres marques mais celle ci est une des plus connues.
Ce produit fournit environ 350 calories mais surtout un grand éventail de minéraux et de vitamines. Pour couvrir les besoins énergétiques moyens (environ 2000 calories) il faudrait en prendre 6 par jour. Toutefois dans un contexte de survie et d'adaptation rapide aux circonstances, un complément alimentaire nous aidera à équilibrer nos apports a…

Quand ça arrive...

Je n'ai vécu qu'une seule catastrophe avérée et une autre potentielle.
La potentielle c'était le tremblement de terre de Charlevoix dans les années 80, l'avérée c'était évidemment la crise du Verglas, vécue à Montréal.
Dans les deux cas, je m'étais senti à un moment complètement impuissant. Il n'y avait rien qui était sous mon contrôle.
Pendant le Verglas, j'habitais un appartement dans Rosemont. J'ai manqué sporadiquement d'électricité et à un moment, c'était la panne pendant 18 à 20 heures. Je me souviens de m'être glissé, à la tombée de la nuit, dans un sac de couchage, à la lueur d'une chandelle, et je me suis mis à attendre le sommeil et le lendemain. Parlez moi d'impuissance!

Il n'y avait plus d'eau en épicerie et à un moment, la radio a annoncé qu'il n'y avait qu'un câble de transmission électrique qui alimentait toute l'ile de Montréal et que pour le moment le courant allait aux stations de pompag…

Conservation de l'eau

L'eau, c'est la vie. Son absence, c'est la mort. Point.
L'eau est donc essentielle à toute démarche de prepping et de survivalisme. C'est la pensée première: assurer de l'approvisionnement en eau.
Un major de mon ancien régiment me disait qu'avec les munitions, c'était l'eau qui était la plus critique dans le ravitaillement des troupes au front. Et je le crois toujours.
Maintenant, comment s'assurer un approvisionnement adéquat?
Ceux qui possèdent un puit artésien ou l'accès à une source d'eau pure sont déjà favorisés. Toutefois, cela ne dispense pas de faire des réserves d'eau puisque la pompe à eau peut se briser. Elle peut cesser de fonctionner par manque d'électricité.
Des réserves sont donc primordiales. Il y a trois aspects importants dans les provisions d'eau: les contenants, le traitement et l'entreposage.
1) Les contenants.
Tous les contenants ne sont pas adéquats. Il faut se méfier du plastique et du métal. Ce…

Se préparer avec un petit budget.

Image
Il n'y a pratiquement pas de limites aux dépenses qu'on peut engager pour se préparer. Ça va même jusqu'à s'acheter un condo dans un ancien silo de missile ballistique!

À l'inverse, d'autres n'ont simplement pas les moyens de se préparer en grand. Que faire?

Bien entendu, un petit budget force à faire des choix qui touchent non seulement l'ampleur de la préparation mais aussi l'éventail des options qui nous sont offertes.

Dans ces conditions, il faut viser l'essentiel. Et l'essentiel, c'est le boire, le manger, l'hébergement et le chauffage.

Avec moins de 200$ par personne, il est possible de se préparer à survivre seul et sans ressource pendant une semaine. Durant cette semaine, le premier but du prepper/de la preppeuse, sera de rejoindre un endroit sûr. Vos ressources seront consacrées à cela et uniquement à ça.

Il vous faudra 28 litres d'eau, des aliments faciles et rapides à préparer, un réchaud, une casserole. Et bien enten…

L'alimentation d'urgence

Image
Ou: comment se nourrir vite, bien, et abondamment.
Il existe toutes sortes de conceptions sur l'alimentation. La solution la plus simple, ce sont les repas prêts à être mangés ou MRE (Meals Ready to Eat).
Les militaire les connaissent bien: ce sont des boites compacte qui contiennent des mets préparés d'avance, qu'il suffit de chauffer. 
Pas d'eau à ajouter, pas de brassage de contenu pour être certain de réhumidifier également la nourriture. Et dans certains cas, même pas besoin de faire chauffer de l'eau pour manger chaud car un chauffe-sac chimique est inclus. On y mélange un peu d'eau et quelques minutes plus tard vous déchirez le haut de la pochette et de délicieux volutes de vapeur viennent titiller vos narines. C'est prêt!
Dans un cadre d'évacuation d'urgence, c'est idéal. Si vous conduisez un véhicule vous n'avez même pas besoin de vous arrêter pour préparer votre repas. Vous n'avez donc pas non plus à interrompre ce que vous fa…

Nos ancêtres ont quelque chose à nous apprendre...

Image
Nous vivons une époque extraordinaire où il est enfin possible à une personne d'avoir accès à plus d'informations qu'il n'en faut pour maintenir sa santé, gérer son alimentation, apprendre les soins médicaux de base, bref vivre mieux et en meilleure santé.
Alors comment se fait-il que le taux d'obésité est si élevé? Ce n'est pas une question d'information, c'est une question de mode de vie.
Je lis beaucoup sur le sujet (car je ne suis moi même pas mince) et je suis arrivé à développer une vision intéressante de la chose, qui a le mérite d'être praticable par chaque Québécois.
Nos ancêtres avaient de la nourriture saine mais de très mauvaises diètes, des diètes qui n'étaient pas mauvaises en elles-mêmes dans leurs composition mais qui étaient imposées par les circonstances (saison, conservation des aliments, météo, etc.) et qui résultaient de siècles de traditions alimentaires.
En effet leur nourriture n'était pas raffinée ni transformée, les…