Organisation 101: organiser les réactions

Si en survivalisme tout est préparation, on peut aussi affirmer que tout, ou presque, est organisation.
Avant d'examiner ce qu'on doit organiser, disons pourquoi il faut s'organiser.

Quand un désastre survient, il se produit deux choses: notre environnement de vie (habitudes, paysages, facilités, horaires, etc.) est complètement chamboulé, ce qui crée une source de stress et d'angoisse et une certaine forme de confusion.

Ce que nous faisons par automatisme, comme se lever le matin, faire sa toilette, s'habiller, partir travailler en voiture, arrêter au Tim Horton pour remplir sa tasse de café, rouler dans les embouteillages, stationner son auto au boulot, etc.; tout ça va ou disparaître ou bien se compliquer considérablement. Chaque moment de la journée sera différent et devra donc être décidé, ou réfléchi. Cela ajoute au stress et nous expose aux erreurs de jugement. Bien sûr, prendre la mauvaise sortie d'autoroute n'est pas très catastrophique. Mais rester chez soi alors qu'il faudrait évacuer, et vice versa, cela peut avoir de graves conséquences.

On se prémunit des erreurs de jugement ou d'appréciation par l'établissement et l'usage de protocoles.

À la base, les grandes décisions doivent revenir à ceci:

SI situation x, action y

Ainsi au lieu de tergiverser, on agit.

Dans l'organisation décisionnelle, on trouve quelques concepts importants et mieux on les aura assimilés, meilleures seront nos décisions.

  • CONSTAT: je constate l'existence d'une menace ou d'un désastre
  • SEUIL: degré à partir duquel on met entre en mode réaction
  • RÉACTION: mesures prises en réponse à un seuil.
Simple, mais efficace. Un exemple.

Je travaille disons à 50 km de la maison. Je dois traverser un cours d'eau important. Un séisme détruit les ponts. Or, j'ai un protocole "infrastructures détruites" en poche.

Constat: les ponts sont détruits
Seuil: le seuil critique est dépassé, à savoir la perte des moyens de traverser une riviève
Réaction: j'exécute mon protocole "infrastructures détruites".

Mon protocole "infrastructures détruites" prévoit que je ne peux communiquer avec ma famille et que je sois incapable de franchir une rivière. Toutefois ce protocole me dictera de me rendre à un point de rendez-vous fixé d'avance, sur le bord d'une rivière, et que ma conjointe viendra m'y retrouver avec des moyens de franchir la rivière si je ne l'ai pas déjà franchie.

Le cas est clair et simple à identifier. Mais il peut arriver d'autres cas où la prise de décision relève de l'acrobatie. Si une pandémie mortelle survient, à quel moment s'isoler? Quel sera le seuil de déclenchement du protocole approprié?

C'est précisément le but de l'exercice: décider AVANT de la situation, du seuil de réaction et de la réaction à avoir. afin ne pas avoir à le faire lorsque l'urgence est présente et que le stress est à son maximum.

Quand on vit seul, les protocoles sont moins critiques: la décision d'évacuer sera probablement prise quand vous apprendrez que d'autres amis survivalistes évacueront. Par contre en famille, la chose est différente: il y a deux personnes et plus, chacune doit agir en tenant compte du ou des autres membres de la famille. Quand des événements séparent des membres de la famille et que les infrastructures de communication sont détruite, le protocole permettra aux groupes séparés de prendre exactement la même décision et de mettre en branle le même protocole, sans même se parler.

Donc en couple ou en famille, il est important d'organiser nos réactions afin que tout le monde rame dans la même direction, même séparés.

Commentaires

Printfriendly

Articles les plus consultés