Le cas de Minou...

Beaucoup d'entre nous partageons notre vie avec un membre non-humain de notre famille: Minou, ou Pitou, Raton, ou Cui-Cui, peu importe.

Évidemment, s'il survient une catastrophe, il est hors de question de le laisser en plan, à souffrir de faim, de soif et de maladie pour finalement mourir.

D'un point de vue pragmatique, il y a deux solutions: on prépare les choses pour notre ou nos animaux de compagnie ou on les euthanasie dès que nous ne sommes plus en mesure d'assurer leur survie.

Je privilégie évidemment la préparation pour Minou!

Je ne débattrai pas des avantages ou inconvénients à posséder un animal domestique en temps de crise, ils sont les mêmes qu'en temps normal. Dans certains cas des animaux comme les chiens gagnent en utilité pour leur capacité à prévenir leur maître d'un danger potentiel à une bonne distance.

Par contre, je tiens à mentionner une chose extrêmement importante: la préparation d'un membre non-humain de la famille doit être faite dans la même optique qu'un membre humain de la famille: ne pas trop varier de la normalité.

Vous devez nourrir votre animal de la même manière qu'avant. S'il mange des croquettes, il doit continuer à en manger. La règle est de se rapprocher le plus des conditions de vie ante-crise. Vous devez donc prévoir des stocks suffisants de nourriture.

Bien que je ne sois pas vétérinaire, je sais que la modification rapide d'un régime alimentaire peut perturber voire même rendre malade votre animal. Si vous avez des réserves de croquettes pour 3 mois par exemple, dès le 2e mois, réduisez la quantité de croquettes progressivement pour introduire des aliments provenant de vos réserves ou de votre chasse/agriculture.
  • Premier tiers de vos réserves: 100% croquettes
  • Deuxième tiers de vos réserves: passez de 100% croquettes à 50% croquettes
  • Troisième tiers de vos réserves: passez de 50% croquettes à 0% croquettes
Conservez quand même, si possible, pour 1 à 2 semaines de croquettes pour les temps difficiles.

N'oubliez pas qu'un animal affamé perd sa domesticité pour revenir à ses instincts. Pour un chien ça peut être catastrophique...

Évidemment, documentez vous sur votre animal, ce qu'il mange dans la nature, ce que vous pouvez lui donner, quoi faire en cas de maladie, etc.


Print this post Imprimez ce billet

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mythe 5: antibiotiques et autonomie survivaliste

Boites de conserves: un choix intelligent

Niveaux d'alerte