Une excellente série pour se préparer: Frontier House

J'ai récemment visionné une excellente série télévisée (mille merci à mon amie Caro!) qui m'a enchanté dans une perspective survivaliste.

Il s'agit de Frontier House (Site de Frontier House), une série de télé-réalité intelligente tournée en 2001.

Le concept est simple: prendre trois familles états-uniennes, les Clune, Les Brooks et les Glenn, les amener dans les montagnes du Montana et leur faire revivre la vie des colons de 1883.

Outre le fait qu'aucun détail n'a été négligé pour se replonger vraiment dans la technologie et les façons de faire de l'époque, cette série est d'une richesse pas croyable pour le prepper que je suis.

On y voit comment, à partir de presque rien, une famille doit procéder pour s'installer sur une terre sauvage, comment elle doit organiser son travail, quelles choses elle doit prioriser.

De quoi disposaient ces familles avant leur installation? Peu de choses: 
  • Un charriot de pionnier, 4 pieds par 12-15 pieds de long et 3 pieds de hauteur
  • Des outils (pelles, haches, haches à équarrir, marteaux, clous, scies, sciottes, etc.)
  • Des vêtements (2-3 rechanges et des vêtements de sortie appelés "Sunday's Best").
  • Des instrument de cuisine (casseroles et poêlons en fonte, ustensiles en bois et en métal)
  • Un poêle à bois
  • Deux chevaux
  • Une vache et un veau
  • Des poules
  • Des graines
  • Des réserves alimentaires pour 5-6 semaines
  • et de l'argent pour environ 4-5 mois de subsistance.
Arrivés sur place, certains n'avaient rien, d'autres une maison déjà bâtie, et hop! Au boulot!

Je ne raconterai pas tous les détails, voyez la série par vous-même! Toutefois, je voudrais simplement dire que j'ai appris des choses:

Vache (ou chèvre) et poules sont une nécessité. Et semer, faucher du foin, couper du bois passent avant toute autre chose. Dans les temps "libres", on coupe du bois. Plein de bois. S'il y en a trop, on met en réserve. Pas assez, on meurt du froid pendant l'hiver.

Dans ma vision du prepping, cette série m'a confirmé que la technologie du 19e siècle est fort praticable pour nous, du Québec. Bien sûr il faut de la préparation préalable, notamment se procurer les outils et la base pour s'installer quelque part mais une fois sur place, on peut y vivre de manière relativement autonome.

Bémols:

Ces trois familles pouvaient compter sur un magasin général, pour acheter la farine notamment.

Dans notre contexte à nous, Québécois, j'adapterais leur approche alimentaire pour la rapprocher de celles des Iroquois: les fameuses Trois Soeurs: maïs, haricots et courges, des aliments parfaitement adaptés à notre climat et qui ont su faire vivre et prospérer les peuples de la Ligue des Cinq Nations.


Aussi, la cabane en bois rond, chez nous, a toujours été un camp pour bucherons, parfois une habitation pour une famille mais toujours temporairement (une à deux années, parfois plus mais pas beaucoup plus).

La cabane en bois rond est en effet très couteuse en énergie de chauffage. Si on a le temps de préparer les choses d'avance, j'opterais définitivement pour la maison en ballots de paille avec puits canadien (aussi appelé puits provençal) pour régulariser la température de la maison hiver comme été.

Bref, c'est une série qui détruira bien des mythes propres à plusieurs preppers romantiques et une dure leçon de réalité sur la survie. Mais une chose est certaine: peu importe la nature de la catastrophe, en se préparant pour vivre comme au 19e siècle, on ne se trompe pas.

Remarquez que je n'ai rien contre les scies mécaniques, les pépines et autres gadgets du même genre (hé! Je suis un homme!) mais il ne faut compter sur les outils modernes qu'avant le désastre: après, on ne sait pas si ce sera toujours possible.

Conclusion: procurez-vous Frontier House le plus rapidement possible!
Print this post Imprimez ce billet

Commentaires

Victor Nettoyeur a dit…
J'aimerais ajouter que c'est la troisième fois en deux mois que je visionne cette série et je ne m'en fatigue pas!
Anonyme a dit…
Est-ce qu'elle est disponible en version française? ou a tout le moin sous-titrée ?
Victor Nettoyeur a dit…
Je ne le crois pas, je n'ai pas trouvé de version française ou sous-titrée.

Posts les plus consultés de ce blog

Mythe 5: antibiotiques et autonomie survivaliste

Boites de conserves: un choix intelligent

Débuter intelligemment en survivalisme: Attitude