Hygiène de l'esprit

Nous faisons des plans bien au chaud dans le confort de nos foyers pour les jours où notre équilibre actuel ne sera plus.

Nous réfléchissons à telle ou telle catastrophe et à comment nous allons y faire face, quelles provisions seront utiles, combien de munitions nous allons stocker, comment nous allons nous chauffer, trouver de l'eau potable, vers où nous allons évacuer (ou être évacués).

Mais nous ne sommes pas dans le bain, nous ne faisons qu'anticiper.

Deux de mes maximes préférées sont celles-ci:


«Dire une chose ne rend pas la chose réelle»

«La carte n'est pas le territoire;
elle est le territoire vu par le cartographe»



Alfred Korzybski
Ce sont des maximes propres au mouvement de la Sémantique Générale développée par le comte Alfred KORZYBSKI.

La Sémantique Générale (ou SG) est une forme de pensée logique qui tient notamment compte du fait que nous sommes des êtres imprécis, limités par nos perceptions et nos connaissances parcellaires de la réalité.

Comme êtres sentients nous adoptons des comportements ou des schèmes de pensée qui sont certes conformes à ce que nous savons et percevons mais qui ne sont pas nécessairement adaptés à la réalité objective dans laquelle nous vivons.

En d'autres termes, nous mettons souvent de l'avant de mauvaise stratégies tout simplement parce que nous les croyons bonnes et parce que nous manquons de moyens pour les percevoir comme mauvaises ou mal adaptées.

La Sémantique Générale permet entre autre de prendre conscience de ces limitations. Une fois celles-ci prises en compte dans nos équations, nous sommes plus éclairés. La SG est une manière de penser et d'appréhender les choses. La SG est une forme d'hygiène mentale, ce n'est pas la seule mais c'est celle que je privilégie.

L'hygiène mentale appliquée au survivalisme

En survivalisme, des erreurs de perception sont inévitables car nous n'avons, pour la plupart d'entre nous, aucune expérience de survie où notre vie est réellement menacée.

Ces erreurs peuvent toutefois être mitigées par une évaluation de la situation qui soit la plus près de la réalité, c'est à dire la moins teintée possible par nos préjugés et nos filtres mentaux et la plus "observée", distanciée possible, de manière à toujours plus voir la forêt plutôt que l'arbre qui nous la cache.

Or cette distanciation est difficile à réaliser sans entraînement mental.


Molécule d'adrénaline
À moins que ça ne soit une représentation
de la molécule d'adrénaline?
Lorsqu'une situation générant de l'adrénaline se présente, on ne réfléchit pas, on agit. Cette action n'est pas totalement automatisée et universelle, elle est conforme à ce que nos expériences passées ont laissées comme marque dans notre mental.

Par un entraînement, par une hygiène de l'esprit, on peut agir même si on n'a pas le temps de réfléchir car notre conscience a été entraînée.

Je ne parle pas d'entraînement à tirer le premier en cas de doute, ni à systématiquement affronter ou se sauver en cas de pépin.

Je parle de perception, de décodage, de compréhension et de décision.

Il y a fort à parier que si Ragnarok arrive subitement, nous commettrons tous des erreurs dues au choc de l'événement. Certaines de ces erreurs seront fatales à leur auteur...

La bonne hygiène mentale minime les risques d'erreurs.


Cher Monsieur Ducon...


Monsieur Ducon avec ses deux jours d'eau et de nourriture et son arme à feu pour voler les ressources des autres commet une erreur due à une mauvaise appréhension de la réalité (donc une mauvaise hygiène de l'esprit).

Il présume qu'il se retrouvera au lendemain d'une catastrophe avec son eau, sa bouffe, son gros fusil et  ses munitions. Il présume qu'il aura tout le loisir de détrousser les gens à la pointe de son arme et ainsi survivre.

Et s'il avait une jambe cassée? ou un bras cassé? Et si sa maison a tenu bon mais qu'un madrier en tombant est allé gauchir le canon de son arme? Et si ses voisins avaient eu la même idée que lui et qu'ils sont cinq et lui, seul et incapable de se déplacer...

Mais non, cessons de délirer, Monsieur Ducon est trop fort pour que ça lui arrive!

Dans les faits Monsieur Ducon, excellent tireur, a des raisons de penser qu'il peut s'en tirer. Alors il mise là dessus et fonde tout son scénario de survie sur son habileté. Mais son absence de pensée claire ne lui fait tenir compte que de ce qu'il contrôle et lui fait ignorer les impondérables.

Avec la SG, notamment, Monsieur Ducon aurait réalisé plus facilement que ce qu'il considère être ses forces sont en fait les limites de son univers subjectif et que ses forces ne sont perçues comme des forces qu'en l'absence d'un référent externe.

Être capable de réaliser ça par soi même, c'est un excellent signe d'hygiène mentale. C'est à partir de ce point qu'on peut commencer à bâtir des scénarios qui ont le plus de chances d'être réalistes et réalisables.

En survivalisme il faut viser la conscience la plus éclairée possible, c'est non seulement la clé de la préparation mais aussi la clé de la survie.





Commentaires

Anonyme a dit…
Merci pour cet article,
J'ai noté lorsque j'ai manqué d'électricité (ouragan Irène oblige) que le rapport que nous entretenons avec l'eau, la nourriture, le temps, la sécurité, etc., est modifié par la situation dans laquelle nous nous retrouvons.
Il est donc nécessaire de se préparer en fonction de notre mode de pensée en situation de crise. Ce que la plupart des gens ignorent parce que c'est peu commun comme vécu.
C'est le pus souvent suite à une crise, à une catastrophe que les gens savent comment se préparer...pour la prochaine fois.
Léandre
Victor Nettoyeur a dit…
Salut Léandre,
Oui ce que tu décris j'appelle ça un changement de paradigme (et j'ai probablement pas assez mis d'emphase là dessus).

Une bonne hygiène de l'esprit nous permet non seulement de reconnaître le changement de paradigme mais aussi nous donne les moyens de nous y adapter.
Anonyme a dit…
Je n'ai pas l'expérience de vos climats, habitant la France, mais cela fait maintenant longtemps que mon esprit se prépare à l'inconnu.

J'essaie de ne pas être un monsieur Ducon. de même que je préparais mon esprit à vivre ou survivre dans une situation que je ne connais pas encore j'ai essayé de trouver un lieu d'habitation ou je pourrais vivre en autonomie, avec les miens. Je me suis penchée sur ce que la nature nous offre : les fruits sauvages, les plantes et les secrets des grands mères. Ma maison est une caverne d'ali baba de choses dont pour l'instant je ne voie pas l'intérêt mais comme l'avenir m'est inconnu !!!
Si je disparais avant que l'inconnu arrive, mes descendants trouveront eux peut être le bien fondé de mon stockage.

Printfriendly

Articles les plus consultés