Skis ou raquettes pour les scénarios apocalyptiques?

L'hiver s'installe tranquillement au Québec, les abris Tempo sont assemblés, il ne manque que la neige, que la plupart d'entre nous maudira en la traitant de "marde blanche".  

Normal: nous sommes devenu une civilisation d'intérieur, vivant, travaillant, se reposant dans des bâtiments de plus en plus confortables avec l'évolution de nos conditions de vie. Nous perdons peu à peu la notion de vie et d'activité à l'extérieur.

Or quand on parle de préparation on envisage parfois (ou souvent) les scénarios apocalyptiques d'effondrement de la civilisation. Cela aura pour premier effet de nous faire quitter nos maisons. Nous devrons couper du bois, cultiver la terre, chasser, trapper, pêcher, tanner, construire ou réparer des bâtiments, préparer des matériaux, et j'en passe.

Au Québec, nous connaissons de 4 à 6 mois d'hiver, précédé et suivi de saisons relativement fraîches d'un ou deux mois. Cela nous laisse au pire 2 mois de saison vraiment chaude, au mieux 4 mois.

La neige et la glace recouvrent le paysage pendant 3 à 5 mois.

Pour les activités extérieures, et elles seront nombreuses sous Ragnarok, il faut pouvoir se déplacer avec aisance. Difficile avec un couvert de 6 à 8 pieds de neige!

Heureusement, nos ancêtres scandinaves et les Premières Nations d'Amérique y ont pourvu, par respectivement les skis et les raquettes.

Les raquettes étaient utilisées dans certaines régions de Scandinavie et d'Asie mais ce sont les Premières Nation du nord de l'Amérique qui les ont rendues célèbres. Quant aux skis, ils ont fait partie du paysage scandinave depuis plusieurs milliers d'années.

Maintenant, si Ragnarok survient, choisirez vous des skis ou des raquettes?

Les skis: propriétés et attributs

Ski de fond
Les skis de fond ont beaucoup évolué mais ils demeurent conçus autour du même principe.

Il s'agit d'une "planche" de bois assez longue et assez étroite ayant généralement une courbure convexe par rapport au sol. Le devant est relevé pour maintenir le ski au dessus de la neige.

La partie centrale, qui supporte moins le poids du skieur que les extrémités, sert à créer de la friction avec la neige et ainsi assurer la propulsion du skieur.

On voit souvent des expéditions militaires menées avec des skis de fonds. Il est coutumier pour ces soldats de tirer des traineaux.

Généralement ces patrouilles à ski ont lieu dans le Grand Nord, dans des paysages plats ou peu accidentés.

Le ski est le moyen de transport non mécanisé le plus rapide dans la neige, pour peu que le paysage s'y prête. 

Ses capacités de glisse sont utiles lors des descentes et les montées, bien que plus difficiles, ne sont pas handicapantes grâce à des techniques de propulsion adaptées.

Par contre dans la neige "folle", le ski de fond perd beaucoup de sa vitesse car sa surface ne suffit généralement pas à maintenir le skieur au dessus d'une couche molle de neige. Il s'enfonce, ce qui ralentit le skieur et augmente sa dépense énergétique.

Si on rajoute par dessus ça le poids d'un paquetage porté au dos du skieur, ça complique beaucoup les choses.

Les raquettes: propriétés et attributs

Coureurs des bois en raquettes
Les raquettes sont très liées au développement du Québec, d'abord nommé Nouvelle France.

Ce sont les Premières Nations qui ont enseigné aux Français l'usage des raquettes.

Les raquettes sont fabriquées en bois et en babiche, du cuir vert étiré pendant son séchage et coupé afin de former de longues lanières.

La babiche est très résistante et tressée sur une structure en bois, elle supporte aisément le poids d'un homme et de sa charge.

Bien qu'il soit possible de courir en raquettes avec très peu d'entraînement, la raquette est surtout un instrument de marche. Relativement courte, elle permet aisément de pénétrer dans les boisés enneigés, de contourner des obstacles et même de travailler à couper du bois ou à tirer de lourdes charges.

Il existe plusieurs variétés de raquettes, en voici quelques unes:

Raquette huronne, la plus connue

Raquette montagnaise
Raquette Ojibwée
Raquette "Patte d'ours", très familière, utilisée notamment
par les Cris
Raquette contemporaine "high tech", directement
inspirée du modèle "patte d'ours"
La raquette permet d'atteindre les endroits les plus inaccessibles car elle passe littéralement partout. Lorsque vient le moment de les retirer de nos pieds, elles s'accrochent facilement dans notre dos sans trop encombrer.

Ski ou raquettes?

En peu de mots, en situation de Ragnarok, je préfère de loin des raquettes.

Pourquoi?

Parce qu'elle est la mieux adaptée aux besoins de la vie en plein air, au travail extérieur l'hiver et aux déplacement avec une charge.

Le ski monopolise aussi les mains (quoiqu'on puisse se passer des bâtons) alors que la raquette laisse les deux mains libres en tout temps. 

On peut charger le raquetteur d'un lourd paquetage ET d'un traineau (qu'on appelle ici "traîne-sauvage") sur tous les types de terrains et de neige, ce qui n'est pas le cas pour un skieur.

La raquette permet aussi de compacter la neige en marchant longtemps au même endroit. Cela permet de les retirer une fois la neige suffisamment compactée. 

De plus la raquette peut aussi servir de pelle pour dégager une surface et sans trop d'efforts.
 
Chasseur sur raquettes abattant un orignal
Quant à la chasse, la raquette offre une stabilité accrue lors du tir.

Certes, pour les longs trajets empruntant les lacs et les rivières gelés et les éclaircies, le ski de fond permet un déplacement beaucoup plus rapide. Dans presque toutes les autres situations, la raquette présente plus d'avantages.

On peut trouver des raquettes traditionnelles (bois et babiche) ou modernes pour moins de 100$. Bien sûr, on peut acheter des modèles à 400 ou 500 $ si on le désire.

Mais il est important de se familiariser avec l'utilisation de raquettes, à travers des randonnées d'observation, de chasse, de mise en forme, peu importe la raison. Et, bien entendu, d'en posséder une paire!

Commentaires

Printfriendly

Articles les plus consultés