La dissuasion

AVERTISSEMENT: je parle d'une situation hypothétique qui surviendrait si l'État et son appareil de répression du crime n'étaient plus fonctionnels et si vous deviez défendre votre vie. 

Lors d'une discussion sur le "gomme cogne" sur le site de Vol West Le Survivaliste, j'ai cité une phrase lue dans un roman pendant mon adolescence.
"Ne dégaine jamais sans avoir l'intention de tirer,
ne tire jamais sans avoir l'intention de tuer."
(Capitaines et rois)

Assez dramatique et lourde à assumer, cette phrase possède néanmoins sa dose de sagesse.

Dans cet article on parle de dissuasion et le coeur de la dissuasion, c'est la capacité de faire une chose très destructrice et la conviction, par la partie agressive, de votre résolution d'agir en conséquence:
"Ne dégaine jamais sans avoir l'intention de tirer, ne tire jamais sans avoir l'intention de tuer."

Qu'est-ce que la dissuasion?

La dissuasion c'est un état de fait qui entraîne une personne à ne pas agir ou à renoncer à ses plans face aux conséquences probables. On a donc une situation x et une réaction psychologique à la connaissance de la situation.

La dissuasion, nous l'avons vécue pendant des dizaines d'années alors que les USA et l'URSS se regardaient comme des chiens de faïence et attendaient l'attaque de l'autre.

Les soviétiques ont été mis au ban de l'humanité dès 1917 à cause du régime anticapitaliste qu'ils ont développé. Ils ont par la suite été envahi par les nazis, ont perdu des millions d'habitants et des infrastructures importantes. On comprends que la réthorique McCarthyste des années 1950 et la paranoïa, parfaitement justifiée eut égard à leur histoire récente, les aient convaincus que les US allaient un jour les attaquer.

Quant aux USA et au bloc occidental, eh bien, la réthorique de la révolution communiste mondiale les inquiétait et menaçait leurs intérêts, sans oublier l'instrumentalisation si utile de la lutte du Bien contre le Mal.

[Note: on sait depuis quelques années que la révolution bolchévique de 1917 était financée par Wall Street et que l'antagonisme entre les régimes était surtout de façade]

Bref, nous avions deux superpuissances avec des missiles et des têtes nucléaires capables d’annihiler plusieurs fois toute vie sur la planète.

En même temps et heureusement, avec la capacité de destruction totale venait la logique de dissuation.

Le concept développé à l'époque appelé "MAD" (mutually assured destruction) rendait les parties conscientes que l'usage des armes atomiques par l'un appellerait une riposte atomique de l'autre.

Mieux que cela, l'attaque conventionnelle, ou l'invasion par l'un appellerait la riposte nucléaire par l'autre du moment qu'une des deux parties semblerait gagner la guerre.

Bref, en se tapant sur la gueule, ils se détruisaient mutuellement.

La dissuasion appliquée au survivalisme

Évidemment nous n'avons pas d'armes atomiques dans notre cour (contrairement à ce que disait Jean Chrétien, ancien premier ministre du Canada) et la dissuasion ne saurait être exercée de cette manière.

La dissuasion dans notre contexte survivaliste est beaucoup plus complexe. Ce n'est plus les "bons" Bleus contre les "méchants" Rouges mais nous contre des gens mal intentionnés.

La dissuasion est évolutive, aussi.

Dans la normalité que nous connaissons, la Société fait constamment de la dissuasion par la réprobation sociale, les lois et l'appareil policier.

À cause de ces mécanismes les criminels se retiennent d'agir sauf quand ils perçoivent, à tort ou à raison, qu'ils ne seront pas pris.

Si la société change au point où ces forces dissuasives disparaissent, des gens qui jusqu'ici étaient honnêtes peuvent devenir des voleurs et des tueurs - parce qu'eux et leur famille auront faim.

Ils deviendront les infâmes zombies.

Mécanisme de la dissuasion

Le principe de base c'est de faire prendre conscience à l'agresseur que le coût de son agression sera si élevé qu'il renoncera à son action et s'en ira ailleurs.

Pour cela, il doit savoir quel prix il doit payer. Et c'est là la difficulté: comment l'informer adéquatement de ce prix et comment le convaincre de renoncer.

On s'entend pour dire que si une catastrophe survient, les impréparés ne deviendront pas zombies tout de suite, ils chercheront de la nourriture dans les endroits publics, ils attendront des secours, ils pilleront des magasins et des entrepôts avant de s'attaquer aux individus qui ont plus qu'eux.

Avec la faim et la soif, vient l'altération du jugement. Un zombie affamé et malade ne percevra pas le danger de la même manière qu'en temps normal. Si vous pointez un 12 gauge à pompe sur un zombie dans cet état, il pourra se convaincre que vous bluffez et quand même tenter quelque chose.

Sans oublier qu'il en aura probablement un, de 12 à pompe, lui aussi.

La dissuasion en soi n'est donc pas la panacée: elle n'est qu'une première étape dans un système de réponse au danger.

Les types de dissuasion
 
Il y a deux types de dissuasion: la dissuasion passive et la dissuasion active.

La dissuasion passive peut prendre la forme de fortifications ou de dispositifs offensifs ou défensifs visibles. Même votre réputation de personne dure et agressive ou de personne entraînée constitue de la dissuasion.

Parfois même une simple ligne très visible tracée sur le sol avec des panneaux indiquant la distance pour le tir, par exemple, pourra indiquer aux zombies qu'ils entrent dans une zone létale. Ou carrément un panneau avertissant que toute progression sera repoussée avec la force létale. Ça pourrait suffire...

Mettez vous à la place des zombies: supposons qu'ils arrivent dans un endroit avec mirador, meurtrières en guise de fenêtres et entrées indirectes protégées par des murs de sacs de sable, il y a de fortes possibilités qu'ils renoncent à attaquer une habitation fortifiée puisque si l'extérieur est fortifié, il y aura probablement des gens armés jusqu'aux dent à l'intérieur.

La dissuasion active quant à elle suppose la plupart du temps une interaction entre deux parties humaines, que ce soit une discussion ou un tir de semonce.

Dans certains cas, la dissuasion consistera tout simplement à ouvrir le feu sur le groupe de zombies menaçant notre vie ou celle de notre famille, en leur faisant payer un acompte sur le prix total à payer.

Mais tout est question de jugement, de résolution dans l'action et de décision sur le moment.

La dissuasion va de pair avec les moyens de la mettre à exécution: cela signifie posséder les armes, les moyens d'agir et la volonté résolue d'agir.

Règles d'engagement

Comme les militaires, nous devons avoir des règles d'engagement, c'est à dire des règles qui déterminent les déclencheurs d'action et les actions à prendre quand ces déclencheurs seront activés.

Les règles d'engagement sont nécessaires car sans elles la dissuasion n'a aucun sens ni aucun effet. Leur absence se fera sentir dans votre comportement et votre "body language" et si vous comptiez sur la dissuasion pour éviter les problème, vous n'aurez aucun résultat.

Les règles d'engagement font partie de vos moyens d'action et constituent votre volonté résolue d'agir. Leur avantage est indéniable car elles vous dispensent de juger et décider; elles n'exigent de vous que de constater une situation-déclencheur et d'agir conséquemment.

Par exemple: si un intrus armé d'une arme à feu approche à moins de 50 m. je tire. S'il est apparemment désarmé et qu'il approche à moins de 20 m. je tire un coup de semonce; à moins de 10 m. je tire sur lui.

Cette règle est simple mais elle n'est qu'un exemple: en réalité elle devra être beaucoup plus élaborée.

Il faudra tenir compte de la présence d'un chien d'attaque, d'un véhicule, si c'est un homme ou une femme ou un même un enfant, c'est très possible.

Et si l'intrus vient parlementer au nom d'un groupe, si c'est le jour ou la nuit, s'il pleut ou vente suffisamment pour vous empêcher de bien entendre les bruits extérieurs, s'il y a du blizzard, etc.

Vos règles d'engagement doivent prévoir le moment où vous haussez le niveau de la dissuasion et le moment où vous quittez le terrain de la dissuasion pour entrer dans celui de l'engagement armé.

Conclusion

La dissuasion doit faire partie de votre "arsenal". Elle doit être assez manifeste pour être notée par des personnes mal intentionnées et pour leur donner l'occasion de renoncer, eut égard au coût de leur action.

À la dissuasion doit se greffer obligatoirement des règles d'engagement qui assurent la continuité de votre défense lorsque la dissuasion a épuisé ses moyens de vous protéger.

Des règles d'engagement sans mesures dissuasives sont risquées car elles vous entraînent automatiquement dans des affrontements armés. Quand les balles volent d'un côté et de l'autre, on ne peut jamais savoir qui elles vont toucher en premier.

Commentaires

Anonyme a dit…
Euh, si une centrale nucléaire américaine entre en fusion, les vents peuvent-ils remonter vers le Canada à certains moments de l'année ? Pareil en cas de conflits nucléaire (tiens au hasard Israël attaque l'Iran, les USA et la Russie s'envoient des missiles en 2012) les vents vous apportent des merdes ou pas ? Sinon ben il y a plus qu'à aller en Argentine chez les gauchos, et c'est pas rigolo... Moi en France, j'ai un gros opinel et un bâton comme dissuasion, pour le reste je fais confiance à la milice, pardon, à la police...
Victor a dit…
Je ne crois pas qu'on puisse parler de dissuasion possible contre les vents porteurs de retombées radioactives.

Quant à la police, elle a son rôle à jouer du moment qu'elle est toujours en mesure de le jouer.

La police est le premier répondant en cas de pépin et advenant, disons, une intrusion de domicile, c'est 1) 911 pour la police, 2) sécuriser ma famille, le reste c'est selon les circonstances. Cet article parlait bien d'une situation où la police a disparue.
Loup Espiègle a dit…
Dans certains cas, la dissuasion consistera tout simplement à ouvrir le feu sur le groupe de zombies, en leur faisant payer un accompte sur le prix total à payer.

C'est ce qui s'appelle de la dissuasion active LOL !

Très bon post, sans règles d'engagement on risque de se perdre en réflexions morales alors que l'on est en passe de se faire agresser.

Comme je disais dans un coin du web, le smoothbore c'est la dissuasion "nucléaire" du pauvre (cheap weapon, cheap ammo, no mags, no scope, no range). :-)
Victor a dit…
Nucléaire, c'est un peu fort comme terme mdr! Mais en effet, un fusil de chasse fera toujours le boulot, par contre les munitions ne sont pas si données que ça: près d'un dollar par coup pour du 12 SSG, c'est pas compliqué pour le 0, 00, 000 et la slug c'est le même prix. Des munitions de surplus pour SKS ou AK 47 c'est jusqu'au 1/5e du prix d'une cartouche de 12.

Mais le 12 fait le boulot à courte portée et surtout les gens réalisent, quand ils sont du mauvais côté du canon, que leurs chances de survie sont très réduites en cas de tir.

Quant aux règles d'engagement, elles sont nécessaires. Les militaires, des professionnels formés à tuer d'autres êtres humains, formés à vivre avec ça, dépendent des règles d'engagement. SI c'est bon pour eux c'est bon pour nous.
Victor a dit…
Mais dans tout ça il faut insister sur une chose: un engagement armé est toujours aléatoire. Dans une guerre il meurt toujours des soldats dans les deux camps...

Ce n'est qu'à Hollywood que les bons survivent toujours. Dans la vraie vie ça n'a rien à voir avec la probité morale ou la bonté des protagonistes: c'est celui qui tire plus vite et mieux que l'autre qui gagne, point à la ligne.
Loup Espiègle a dit…
Tu connais le soucis français de la législation sur les armes, c'est moins aisé d'avoir un AK47 ou SKS qu'un juxtaposé. Donc l'un dans l'autre, c'est le fusil de chasse qui est le plus "démocratique" si je puis m'exprimer ainsi :-). De toute façon t'as pas de mags donc j'ai l'intuition que tu dois passer moins de munitions qu'avec un fusil d'assaut, même semi-auto.
Victor a dit…
Remarque qu'ici les armes semi-auto comme le SKS sont accessibles mais limitées à des magasins de 5 coups. Certains fusils 12 ga security à pompe ont 7 + 1 coups.
Anonyme a dit…
Pour moi il y a deux alternatives :
Avant le "patakes" et après !
Avant c'est un voleur et il viendra quand je ne suis pas là...donc, a part porter plainte, il n'y a pas grand chose a faire...
Apres, c'est un zombie et les systèmes de protections des citoyens sont complètement dépassés (ils y sont déjà puisque le gouvernement Français, fraude sur le nombre des "délits" pour nous faire croire que la situation s’améliore) !
A partir de là je ne manifeste plus ma présence et toute tentative d'intrusion (passage en force de la haie et destruction du grillage) se soldera par l’élimination de la menace.
Je précise que je ne suis pas un "violent" ou un "va-t-en guerre" mais plutôt le fruit d'une longue réflexion et préparation survivaliste !
Le fait est que l'humanité est bien pire que tout ce qu'on peux imaginer (l'homme est la seule créature capable de tuer pour s’approprier des biens dont elle n'a pas besoin pour vivre) et nous n'auront pas le droit à l'erreur.
Bien cordialement et merci Victor pour ton blogue !
Capausoleil
Victor a dit…
De rien Capausoleil

Oui, l'Humanité est capable du meilleur et du pire. Je citerais la série "Jericho" où on voit une communauté se souder et une autre communauté tenter de leur ravir leurs réserves. C'est une série évidemment mais ça illustre et le meilleur et le pire, en coexistence. Un reflet de la société, je crois.

Personnellement, je suis un pacifique. Je crois aux solutions pacifiques entre personnes de bonne volonté. Pour le reste, Don't tread on me! Je suis pacifiQUE, pas pacifiSTE.

Les citoyens, même au Québec, ne sont pas prêts à se protéger. Oui, il y a beaucoup d'armes à feu de chasse en circulation et les gens fanfaronnent en disant qu'ils peuvent tirer sur un être humain mais pas 10% d'entre eux en seront réellement capable. Ça existe pour vrai, des monsieur Ducon...

Et d'abord, tirer sur un criminel qui met notre vie en danger, c'est pas se protéger, c'est se défendre. Se protéger, ça englobe bien plus de choses dont la capacité à détourner le risque de soi et la capacité à ne pas s'exposer au danger.

Il y a toute une éducation à faire chez les francophones (car Français et Québécois sont issus de la même souche relativement au rôle protecteur de l'État).

Ce blogue y contribue de mani<ere infinitésimale mais il y contribue néanmoins! :D

Printfriendly

Articles les plus consultés