Mon Dieu, protégez-nous des Normands

Cette petite phrase bien anodine faisait partie des prière de Normandie et surtout des îles Britanniques et d'Irlande du Bas Moyen-Âge. 

En effet, au IXè siècle, les Danois, les Norvégiens et les Suédois écumaient les côtes et les terres d'Europe occidentale, poussant leur audace jusqu'à la Méditerranée, établissant des colonies à Terre-Neuve et même sur le continent Nord-Américain.

Charles le Simple a, au XIème siècle, mis fin aux pillages et aux incursions des Vikings en leur remettant le Comté de Rouen, qui plus tard allait former le Duché de Normandie. Les Vikings étaient appelés les Hommes du Nord, North Men, devenu Normands.

Leçon de l'Histoire

Quand on ne peut pas se défendre, on subît ou on paie.

La France était à l'époque un petit royaume et l'autorité effective du roi dépassait à peine l'Île de France. Trop faible pour maintenir son autorité, le simplet Charles a dû céder des terres pour acheter la paix. Cette transaction a bien tourné puisque Rollon et ses compatriotes ont effectivement respecté leur partie du contrat, n'ont plus attaqué la France et ont même constitué un atout militaire notable. Et cela n'était dû qu'à une chose: la culture des Vikings, qui tout guerriers qu'ils étaient valorisaient grandement la terre et l'agriculture. Par la force des armes ils ont obtenu ce qu'ils voulaient. N'empêche que Guillaume, descendant de Viking a quelques siècles plus tard, conquis l'Angleterre! Comme quoi on ne change pas de nature rapidement!

Le succès de Charles le Simple était une exception car dans la majorité des cas c'est tout le contraire. Quand l'envahisseur n'est intéressé par rien d'autre que prendre, voler et détruire, on ne peut pas négocier. Quand on ne peut pas dissuader l'envahisseur ou encore lui faire payer un prix élevé pour ses exactions, nous sommes condamnés à subir.

Parlez-en aux Angles et aux Saxons, des peuples conquis par ces mêmes Vikings. Et même à nous,  Québécois, résistants mais avant tout conquis par les descendants des Vikings, du moins pour leurs élites aristocratiques ... Nous en payons encore le prix aujourd'hui.

Rapport de force

Tout est rapport de force. La raison pour laquelle un barrage n'est pas emporté par la pression formidable de l'eau, c'est qu'on lui a donné un rapport de force favorable.

La raison pour laquelle on ne vous prend pas vos biens, c'est que la société a établi un rapport de force entre les forces répressives de l'État et les comportements criminels.

La modification du rapport de force entraînera une modification de l'équilibre entre les forces criminelles et les force cohésives (l'appareil policier et judiciaire servent à cohésion de la société).

À l'échelle de sociétés comme à l'échelle des individus, c'est la même chose: le rapport de force détermine l'équilibre des choses.

La Loi de l'Entropie

Il existe une Loi de la Nature, la Loi de l'Entropie. En vertu de cette Loi, tout système qui n'est pas maintenu se dégrade. On maintient un système grâce à des efforts de cohésion.

Si nous avons des sociétés paisibles i.e. sans guerre civile, sans affrontements sociaux majeurs, sans guerre menée localement, sans agitation majeure, c'est parce que nos sociétés peuvent déployer les efforts en vue de maintenir la cohésion.

Détroit: de deux millions à huit cent mille habitants...
Maintenant imaginez une société qui n'a plus de ressources, plus autant de revenus, plus d'argent pour maintenir tous ses efforts de maintien de la cohésion. Les services publics sont diminués ou même dégradés, on licencie dans les forces policières, dans la fonction publique et dans l'appareil judiciaire.

Inimaginable? Ça se produit actuellement, aux USA! Dans plusieurs villes, la valeur foncière a tellement baissé que les villes ont perdu une part importante de leurs revenus. Elles ont coupé dans l'éclairage des rues, l'entretien des parc, la police, les services sociaux. Tous les services de proximité ont été soit réduits, soit simplement détruits.

Comme de raison la criminalité s'est développée et les gens "s'arrangent". On squatte comme jamais aux USA, ou on vit dans des roulottes. Il y a des bidonvilles aux USA et ce sont les agglomération connaissant parmi les plus fortes croissances depuis quelques années!

L'argent, le nerf de la guerre

L'argent est de plus en plus concentré dans les mains d'une minorité, le 1% du 1% qui non seulement possède plus que les autres mais qui surtout accès aux leviers politiques et économiques.

Ils possèdent ou "influencent" les législateurs qui votent des lois qui protègent leurs intérêts et qui maintiennent artificiellement leur monopole de la richesse (à l'encontre de la libre entreprise et de la concurrence d'ailleurs) et qui font mettre à leur service les ressources des États.

Quand cet argent ne circulera plus dans les mains de la population, attendez-vous à des détériorations radicales du niveau de vie. D'ailleurs c'est déjà commencé. Si (quand) il advient une Crise majeure de l'économie ou des devises, et elle arrivera puisqu'on imprime davantage d'argent chaque année sans que cet argent ne soit adossé à des valeurs, là les troubles sérieux commenceront.

La gerbe de blé et le fusil

Il faut se préparer à tenir une gerbe de blé d'une main et un fusil de l'autre. Produire notre propre nourriture et protéger nous-même nos personnes nos biens.

Miliciens États-Uniens. Ça existe là-bas, ça existera ici.
Les Normands de demain risquent d'être nos voisins, les citoyens du village ou de la ville d'à côté, ou encore une forme de milice improvisée. Si les épiceries se vident faute d'approvisionnement, les gens voudront manger et la solution des gens qui ne sont pas autonomes, c'est de prendre aux autres ce qu'ils ont.

Constituez des stocks de nourriture. Ces stocks, gardez en un peu à la maison mais pour le reste, entreposez les dans des endroits sûrs, pas chez vous. Nous avons personnellement peu de nourriture stockée chez nous mais nous l'avons au contraire décentralisée en des lieux sûrs et pas facilement accessible.

L'Église des Saints des Derniers Jours, les Mormons, a intégré à ses dogmes la préparation à des situations d'urgence de longue durée. Eux, croient en la Fin du Monde, et doivent préparer des réserves. Ils recommandent pour un adulte pour un an, un minimum de:

400 livres (181,5 kg) de céréales
60 lbs (27,25 kg) de légumes
16 lbs (7,25 kg) de lait en poudre
10 quarts (9,5 litres) d'huile à cuisson
8 livres (3,6 kg) (de miel et de sel
14 gallons (52 litres) d'eau (2 semaines d'autonomie)

Évidemment ces réserves suggérées s'appliquent à une alimentation états-unienne. On peut remplacer des céréales (blé, riz, orge, maïs) par des légumineuses, qui fournissent de bonnes protéines complètes combinées avec ces céréales. La quantité de légumes me semble minimale dans leurs recommandations  mais encore là avec des légumineuses on s'en sort bien.

Le sel, il est sous-estimé. Je crois  personnellement que si on veut produire des végétaux et les conserver durant l'hiver grâce à la lactofermentation, on doit stocker au moins 40 kg de sel, par personne. C'est un minimum.

Quant aux armes et aux munitions, pas besoin d'un arsenal: un calibre 12 avec 200 coups de buckshot 000 et 100 de birdshot 6 ou 7 sera suffisant. Un calibre 22 semi-automatique serait un sage second choix, avec 2000 coups à tirer, minimum,  5000 coups me semble un niveau confortable. .

Mens sana...

Mais au delà de la nourriture et des armes, c'est dans soi-même qu'il faut investir.

  • Dans la lucidité, pour être capable de voir venir les évènements et s'y préparer.
  • Dans la confiance, pour se donner les moyens d'agir sans hésiter
  • Dans l'ascétisme, pour se centrer sur nos besoins réels et fondamentaux en tant que personne, non en tant que consommateur
  • Dans le civisme, pour former des communautés plus stables, plus solides, plus fortes, rempart essentiel contre la criminalité et la barbarie
  • Dans le savoir et le savoir-faire, afin de pouvoir se prendre en main et faire les choses soi-même.

Nous sommes à un tournant structurel majeur, fondamental. Je soupçonne que des évènements graves se produiront cette année ou l'année prochaine et qu'ils affecteront durablement notre manière de vivre. Et il est possible que revoir un jour des Normands des temps modernes déferler dans nos maisons, nos appartements, nos communautés. Ce ne seront pas des Normands qui porteront des noms en "af" avec des "ø", ce seront des gens qui porteront des noms de chez nous ou d'ailleurs, qui auront faim, qui auront froid et qui voudront sauver leur famille.

Un futur pas possible? 

La ville de Rome au moment de sa Gloire comptait plus d'un million d'habitants. Après sa chute, il n'en restait que cinquante mille! Dans certains secteurs de Détroit, la police ne patrouille plus, l'aqueduc a été coupé et même l'asphalte a été retirée.

Des effondrements, il y en a eu et il y en aura d'autres. Si les États ne pouvaient plus emprunter demain matin pour cause de banqueroute, il y aurait des conséquences funestes pour tout le monde: perte d'emplois massives, prestations d'assurance-emploi et d'aide sociale coupées, reprise de maisons et d'auto sans précédents, baisse de la valeur immobilière, coupures importantes ou totales des pensions de retraite.

Il y a sérieux risque d'hyperinflation qui est la manière idéale pour un État de régler ses dettes: en les rendant moins coûteuses.

Où trouverons nous l'argent pour payer les dépenses, les hypothèques et surtout la nourriture?

Pour les dépenses je ne sais pas mais pour la nourriture, des réserves et des potagers, ça ne peut qu'aider.

Les gens du Moyen Âge priaient en demandent la protection contre les Normands. Eh bien nous, soyons une étape d'avance et prenons notre sort en main, en mains devrais-je dire: une gerbe de blé et un fusil dans chacune d'elles...



Commentaires

Anonyme a dit…
Précision: à Rome après que la chute ait été complète, il ne restait plus de 6.000 habitants, vivant dans des huttes au milieu de somptueuses ruines.

Printfriendly

Articles les plus consultés