Lettre d'une étudiante


J'ai reçu un commentaire récemment sur ce blogue et j'aimerais le partager avec tous les lectrices-teurs ainsi que la réponse que j'ai rédigée.

Anonyme: Je viens de lire ton blog, ultra intéressant, plein de bon sens dont plusieurs choses que j'essaie déjà de faire, MAIS honnêtement ça me stresse royal: il y a longtemps que j'essaie de devenir autonome, de faire divers travaux manuels, de stocker, mais je ne suis encore qu'étudiante, j'ai des dettes (petites en comparaison à d'autres mais quand même), je n'ai qu'un appartement qui est relativement grand mais bien trop petit pour stocker, un immense grenier qui devient si chaud en été que je n'ai aucune idée si stocker de la bouffe là est le moindrement bon, je n'ai sûrement pas accès à "d'autres endroits secrets où cacher ces stocks", pas du tout les moyens d'acheter une terre, j'ai donc un jardin aux yeux et vues de tous; bien que j'essaie je ne suis pas du tout en forme parce que je suis complètement noyée dans la rédaction de mon mémoire...

Honnêtement, les observations que tu fais de la réalité, j'en ai fait beaucoup des pareils, mais je n'ai pas les moyens d'avoir les moyens, si tu vois ce que je veux dire. Bref, on fait quoi dans ce temps là ? 

Chère Anonyme (que je connais bien quand même!)

Tu es moins démunie que tu ne le penses. Être étudiante c'est un état, pas une impossibilité et justement les étudiants ont généralement tous appris à faire beaucoup avec peu. C'est déjà un plus! Je le sais pour l'avoir été très longtemps.

Ta question est très intéressante car elle couvre beaucoup d'aspects de la préparation et du survivalisme.

Beaucoup de gens vivent en appartement (location, condos ou lofts achetés) et de prime abord ça nous met à risque. Même les gens qui vivent dans des maisons de banlieue sont à risque. Leurs seuls avantages: 


  • disposer généralement de plus d'espace qu'un appartement
  • disposer d'un terrain exclusif qui permet un potager et des aménagements
  • disposer (généralement) d'un véhicule

Et tout cela les rend aussi un peu plus à risque puisque leurs possessions sont plus visibles.

Dans un contexte de survie urbaine, ce n'est pas nécessairement la nourriture qui pose des difficultés de stockage, c'est l'eau, qui est lourde, nécessite des contenants rigides et de qualité alimentaire et surtout qui prend plus de volume en stockage. La nourriture pour une journée peut tenir dans l'équivalent d'un carton d'un litre de lait alors que ton eau quotidienne elle, en requiert quatre.

Ceci étant dit, tu n'as peut-être pas besoin de stocker 2 semaines d'eau mais minimalement un bon 72 heures, soit 12 litres par personne, c'est un minimum. Rajoute à cela un kit de filtration d'eau DIY (do it yourself) (environ 50$) et 2 litres d'eau de javel et tu viens de gagner des mois, voire une année d'autonomie en eau. C'est un excellent début.

Pour la nourriture, deux semaines de réserves optimisées qui permettent de voir venir, c'est facile à stocker, ça prend peu de place et c'est à la portée de tout le monde. (Ne pas oublier des moyens autonomes de cuisson!)

Si tu veux stocker plus et que tu n'as pas d'espace, trouve des gens (famille, amis) qui ont de l'espace qui accepteraient de stocker pour toi. Attends-toi à devoir partager avec eux en cas de coup dur cependant.

Pour le moment tu as un appart relativement grand. Tu n'est pas complètement dépourvue.

Sous le lit on peut ranger des choses.

Parfois les sofas forment un angle avec le mur et ils permettent d'entreposer du matériel ou des conserves entre l'arrière du meuble et le mur.

Ton grenier ne se prête pas au stockage de nourriture mais du matériel, ça oui: pelles, haches, machettes, réchauds, même de petites bouteilles de propane (ça ne craint ni la chaleur ni le froid), tente, abris de fortune, matériaux de construction, toiles résistantes.

Tu peux cacher aussi de l'or et de l'argent un peu partout mais je me doute que tes moyens d'étudiante ne te permettent pas d'en acheter!

J'aime beaucoup la maxime "le mieux est l'ennemi du bien". Il ne faut pas attendre d'avoir les conditions et le kit idéal pour commencer, il faut commencer dès qu'on peut. Un jour de bouffe vaut mieux que rien, deux jours valent mieux qu'un, etc.

Au delà des détails, je crois que tu as besoin avant tout de d'identifier tes objectifs puis de te faire un plan. 

Pour le moment tu regardes ce que tu n'as pas et c'est très bien: il faut faire cet exercice car connaître ses "forces" et "faiblesse" est la base de la lucidité. Et ça fait partie du processus de planification.

En premier lieu, tes objectifs doivent décrire ce que tu veux atteindre comme niveau d'autonomie et de préparation. Veux-tu devenir autarciste? prepper? survivaliste? Veux-tu être raisonnablement prête à un maximum de situations ou spécialiser ta préparation à ce qui te semble le plus probable? Veux-tu le faire au sein de ton unité familiale ou au contraire au sein d'un groupe, d'un clan? Ta préparation, veux-tu la développer comme une spécialité au sein d'un groupe ou rester "généraliste" au sein de ce même groupe?

Ce sont les réponses à ces questions qui détermineront tes choix. Tu peux très bien conclure qu'il te faudrait 5 acres de terre, des animaux et un immense potager. C'est très bien mais ce n'est pas obligé d'être acquis maintenant!

Une fois les réponses formulées, tu as le cadre de base de ton plan.

Pour ton plan, c'est très simple, tu prends une feuille de papier que tu couches sur le sens de la longueur. À gauche tu fais une croix et tu écris "Maintenant avec ce que j'ai et ce que je suis", à droite même chose en inscrivant cette fois-ci "Ce que je veux être et avoir", et tu traces une ligne entre les deux.

Apres tu remplis cette ligne d'étapes.

Ce qui compte toujours le plus c'est le maintien de la vie. Tu priorises les moyens de rester en vie (nourriture, liquides, médicaments, vêtements, cuisson, purification d'eau, chauffage, logement et je sais que tu n'aimeras pas mais aussi: des armes à feu) et tu développes autour de ça.

Après tu améliores et bonifie ta préparation.

Un bon moyen d'augmenter ses réserves, c'est la technique dite du "double canning". À chaque fois que tu achètes un conserve susceptible de faire partie de tes réserves, tu en achètes une seconde juste pour stocker. Ça s'applique aux paquets de pâtes, de riz, etc. Au fond ça grossira au rythme de l'intensité de ta préparation.

Une alternative au double caning consiste à budgeter un montant mensuel (20, 40, 100$ peu importe) et de te faire un calendrier d'acquisition qui priorise le maintient de la vie puis la sécurité et après, le confort.

Mais au delà de tout ça, oui il est important d'avoir de l'eau, de la nourriture et du matériel mais ce qui détermine le plus la capacité de survivre (ou de triompher) d'une personne, c'est sa résolution, sa décision et son entêtement. Tu es déjà une prepper parce que tu as conscience des risques, tu t'efforces d'accumuler et tu te prépares personnellement avec des activités et des passes-temps utiles à la survie. Ce qui est déjà infiniment au dessus de ce que fais la moyenne des ours (pour les autres francophones qui lisent ce blogue, ça signifie "le commun des mortels", je précise au cas où cette expression n'existe pas chez vous).

Alors bonne suite de préparation!!!


Réagissez sur 

Print this post Imprimez ce billet

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mythe 5: antibiotiques et autonomie survivaliste

Niveaux d'alerte

Boites de conserves: un choix intelligent