Same old, same old...



Aurora, Colorado:
Image de La Presse
http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201207/20/01-4557327-colorado-une-fusillade-dans-un-cinema-fait-14-morts-et-50-blesses.php

Et Toronto, Canada:

Photo de La Presse
http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201207/17/01-4544251-fusillade-a-toronto-deux-morts-les-gangs-de-rue-soupconnes.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4557327_article_POS2

Deux fusillades en peu de temps en Amérique du Nord: affrontement de gangs de rue à Toronto, Ontario, Canada et tuerie de masse à Aurora, Colorado, E.-U.

Et nous allons encore une fois réentendre hurler les apôtres du désarmement citoyen, du tout-à-la-police, qui criminalisent par intention les citoyens honnêtes qui possèdent des armes à feu, voire des moyens de se défendre.

Un exemple ici: http://quebec.huffingtonpost.ca/pascal-henrard/fusillade-colorado_b_1690273.html

Il est toutefois une constante qui est occultée par les médias, trop souvent complices bien-pensants des discours pacifistes: la police intervient après le fait mais jamais avant. La police peut donc faire cesser un crime de cette nature mais pas le prévenir et pas sans qu'il y ait des victimes. 

La nature de la police, c'est la répression du crime.

Son rôle est de maintenir la paix et de faire appliquer les lois sur le terrain.

Maintenant dîtes-moi comment la police peut empêcher une personne isolée, discrète et dérangée de commettre un crime de masse? Elle ne le peut pas. La solution?

La solution passe par la prohibition des armes à feu, disent certains extrémistes.

Prohibition ne veut pas dire indisponibilité

Dîtes-moi comment la police peut empêcher des gangs de rue de se procurer des armes issues du trafic illégal d'armes à feu? Ou les trafiquants de drogue?

"Bien entendu, si les armes à feu ne sont plus disponibles, il n'y aura plus de tueries à l'arme à feu."

Et c'est entièrement faux car il y a toujours moyen de se procurer une arme à feu pour une personne résolue à s'en procurer une.

Mais ce qui me dérange le plus dans le discours pacifiste, c'est le postulat selon lequel notre propre sécurité personnelle n'est pas notre responsabilité mais bien celle d'un tiers.

En vertu de cette logique, si un criminel s'introduit dans notre maison je dois appeler le 911 et attendre l'arrivée des policiers en mettant ma famille à l'abri le mieux possible. 

Or les policiers mettront plusieurs minutes à arriver, ils attendront une 2ème ou une 3ème voiture de renfort avant de faire quoique ce soit d'utile et il est plus que probable qu'ils n'entreront pas dans la maison pour nous libérer, craignant pour leur propre vie.

Et même si c'est leur boulot que de risquer leur vie, ils ont quand même des enfants qu'ils veulent prendre dans leurs bras et embrasser à leur retour à la maison. Il y a risquer sa vie et risquer sa vie. Qui peut les blâmer de ne pas vouloir prendre de risques incontrôlés? 

Mais qui sauvera ma famille si je ne peux pas la défendre? Si le criminel entre armé chez moi et que je sens ma vie ou celle de mes proches menacées, je dois accepter  placidement  tout ce qui se produit? C'est ce qu'on recommande aux citoyens de faire.

Questions évidentes, réponses évidentes?

Je vais vous parler de quelque chose qui va de soit mais qu'on ne questionne pas, tellement elle est vue comme normale.

Question: pourquoi les policiers sont-ils armés? 

Réponse: pour défendre leur propre vie à cause de la nature de leur travail qui les amène à s'exposer à des fusillades.

Question: le policier qui subit une introduction nocturne dans son domicile, va-t-il appeler le 911 et attendre l'arrivée des secours? Bref fera-t-il ce que la police nous dit de faire? 

Réponse: il va saisir son 9mm et va régler la question tout seul.

Question: qu'est-ce qui différencie le citoyen civil dans sa maison et le citoyen policier dans sa maison? 

Réponse: son 9mm et son habileté à s'en servir.

La Suisse

Il est juste de dire qu'à peu près toutes les résidences suisses comptent au moins une arme à feu et le plus souvent, une arme à feu militaire capable de tirs en rafales. Il est aussi juste de dire que la Suisse n'est pas une société violente ni très criminalisée et que les tueries de masses y sont quasi inexistantes.

C'est qu'en Suisse, depuis des générations, on comprend et on admet que la défense et la protection, que ce soit celles de l'État ou celle des individus, reposent sur chacun des citoyens.

En Suisse, on traite les citoyens comme des adultes responsables, capables de discerner le bien du mal et capables de ne PAS se servir des armes à feu à mauvais escient.

Il faut dire qu'en Suisse les citoyens sont partie prenante du processus démocratique et ne sont pas consultés qu'une fois aux quatre ou cinq ans.

Aux USA on va encore plus loin. On reconnait aux citoyens le droit de s'armer non seulement pour se protéger mais encore pour se protéger d'un gouvernement devenu tyrannique!

On ne parle pas de la couronne britannique ici!

L'amendement constitutionnel qui accorde ce droit vise le gouvernement fédéral états-unien et les gouvernements des 50 États qui composent les États-Unis!!!

Violence criminelle

La violence criminelle repose sur trois phénomènes: pauvreté/inégalités socio-économique, maladie mentale mal traitée ou carrément ignorée et dépendance aux drogues

Les armes à feu sont un moyen de commettre des crimes parmi d'autres.

Au Canada, ce sont les homicides à l'arme blanche qui dominent, les homicides à l'arme à feu arrivent derrière les armes blanches. Je ne vois pourtant aucun mouvement se manifester pour proscrire les Victoninox ou les Opinels ni les couteaux Starfrit...

Au Rwanda, l'arme principale du génocide c'était la machette. 

Si vous avez lu le livre du Général Roméo Dallaire, J'ai serré la main du Diable: la faillite de l'Humanité au Rwanda, vous comprendrez l'ampleur de la préparation à ce génocide. Livre très émouvant dont je recommande la lecture.

Des chargements entiers de machettes, de couteaux, de très rares armes à feu, étaient acheminés dans la capitale et dans des chefs-lieux régionaux afin d'armer des partisans et d'exterminer la "race ennemie".

Oui, il est possible d'exterminer des centaines de milliers de gens innocents et sans défense, incluant des vieillards, des femmes, des enfants en bas âge, sans armes à feu et avec des moyens aussi rudimentaires que des lames d'acier bien aiguisées. On ne parle pas d'armes de destruction massive. On ne parle pas de bombes lancées d'un avion. On ne parle pas de pilonnage d'artillerie. 

On parle bien d'armes qui nécessitent de s'approcher de sa victime, de lui voir le blanc des yeux, les ridules autour des yeux, les cheveux un par un même, si on y porte attention. 

On parle bien d'armes qui nous font forcément entendre les supplications de la victime, ses cris de douleur après avoir eu le bras tranché ou ses cris de désespoir d'avoir vu un de ses enfants se faire violer puis trancher la gorge.

Horrible hein? Tout ça arrive parce que d'une part, une personne est armée et a un dessein criminel, d'autre part, la victime ne l'est pas.

Et les pacifistes veulent désarmer complètement les gens? Et ils feront quoi, les gens, sous le danger? Ils chanteront Kumbaya my Lord?


Au moins ils mourront en chantant une prière...

Le problème c'est la violence criminelle. Les armes, elles servent à attaquer mais AUSSI à défendre. Dans toute ma vie je n'ai rencontré qu'une seule personne que j'ai jugée capable de tuer de sang froid, de sang froid mais pas gratuitement, s'entend. Très très peu de gens sont capable de tuer de sang froid mais en revanche, beaucoup tuent par panique: pour ne pas être pris, parce qu'ils sont désespérés et cernés par la police, parce qu'une de leurs victimes semblent faire un geste que le criminel juge menaçant, etc.

Mais les risques existent. Je suis convaincu que beaucoup de femmes séparées ne seraient jamais mortes aux mains de leur ex si elles avaient eu accès à une arme de poing et à un entraînement adéquat. 

Toutefois, ce n'est pas ce que veulent les pacifistes bien pensants. Ils veulent abolir la violence et les moyens de l'appliquer. Or, la violence fait partie de l'être humain: verbale, physique, psyhologique, financière même, voir The Shock Doctrine de Naomie Klein.

Pour endiguer toute possibilité de violence, il faudrait couper les bras et les jambes de chacun et même édenter nos bouches. Et encore il restera toujours la tête pour donner de coups de boule, tel Zizou!



Soyons un peu sérieux!

Je dis souvent qu'il y a la réalité et l'idée qu'on s'en fait; les deux versions ne sont pas souvent concordantes, n'est-ce pas?

Des tueries de masse sont malheureusement inévitables dans le contexte de notre société occidentale profondément malade, qui a gagné en individualiste et perdu en sens de la communauté et en cohésion. 

Dans le Montréal des années 20 ou dans n'importe quelle ville qui, dans un lointain passé, connaissait une vie de quartier tissée serrée, où tout le monde connaissait tout le monde, des tueries de masses ne pouvaient simplement pas survenir parce que de manière générale, tout le monde se supportait, tout le monde s'entraidait, tout le monde se souciait, en bien ou en mal, des autres. Bien sûr il y avait les ragots, les commérages, les mesquineries mais la pression des pairs AINSI que le réseau naturel d'entraide permettait une régulation sociale de la violence.

Maintenant, c'est l'affaire de la police! Qu'est-ce qu'on a gagné? Ah oui! Des mains propres, propres tant qu'elles ne sont pas maculée du sang d'un proche victime d'un criminel.

Pourtant...

Ma belle-soeur vient de Sept-Iles, une petite ville très reculée. Encore en 2012, il est possible d'y payer à peu près tout par chèque alors qu'à Montréal, Québec, Laval, Sherbrooke, Trois-Rivières, Saguenay, Gatineau, nommez-les, c'est impensable! Pourquoi? Parce que tout le monde se connait et que si on fait un chèque sans provisions, la police faxe le nom du fautif à tous les commerçants et ce fautif se retrouve avec des frais dentaires élevés. C'est une image mais ça vous dit comment ça se passe dans une communauté tissée serrée.

Toujours est-il qu'on peut déléguer tout ce qu'on veut à qui on veut, ça ne garantit jamais rien, surtout en matière de sécurité personnelle et familiale. 

12 morts et 60 blessés à Aurora? Je parie que si une personne, dans la salle de cinéma, avait porté une arme, c'est deux ou trois morts et 5-6 blessés qu'il y aurait eu, ainsi qu'un dirtbag par terre.

Commentaires

Chani_tth a dit…
Salut,

Bien mieux le son sur cette vidéo ;)

Une question, ton titre veux dire quoi ? parce qu'une traduction au mot ne me parle pas :D

bonne journée.
Victor a dit…
C'est une expression anglaise qui veut, au fond, dire "toujours la même rengaine".
Chani_tth a dit…
Donc, un bon titre :D..

Si on regarde bien la législation en France, où c'est un parcours du combattant pour le citoyen honnête, on retrouve aussi des fusillades à l'arme automatique (interdite, même pour ceux qui ont des autorisations de détention d'arme de cat. 1)... la preuve que malgré les restrictions, certain trouveront toujours moyen de contourner les lois...

Bonne soirée

Printfriendly

Articles les plus consultés