samedi 25 février 2012

Lettre à ma femme (anonyme)

Un survivaliste québécois m'a fait parvenir une lettre qu'il a écrite à sa femme. Dans cette lettre il "sort du placard" et lui avoue sa vie secrète: 

il est Survivaliste et il a stocké des vivres à son insu!

Outre le ton racoleur du début de mon introduction et plus sérieusement cette fois-ci, j'ai trouvé cette lettre très intéressante et importante à publier pour quelques raisons.

Beaucoup de gens se retrouvent dans la même situation que notre contributeur anonyme: lui devient survivaliste, elle trouve ça bizarre ou inutile, lui juge extrêmement important de se préparer et redoute les réactions de sa femme quant aux sommes et aux ressources investies. 

Cette situation est plus courante qu'on ne le pense et oui, il est vrai que généralement le survivalisme est d'abord initié par l'homme.

Une des raisons pour laquelle je publie cette lettre (avec la permission de son auteur évidemment), c'est que sa manière de présenter les choses est très intéressante et convaincante. Si vous cherchez des arguments pour convaincre votre partenaire de vie d'entrer dans le survivalisme, vous en trouverez ici.

Elle est publiée telle que reçue afin de lui conserver toute son authenticité et sa spontanéïté.

-----------------------------------------------------

Mon amour, je t’écris rarement des lettres. Celle-ci sera la plus longue et la plus importante que j’ai écris de ma vie.

Que nous réserve 2012?
Depuis 2 ans maintenant, j’étudie chaque jour la géopolitique et l’économie. Tu dois me trouver obsédé! Mais comme je te l’ai déjà mentionné, il se passe des choses d’une extrême importance dans le monde. Il n’en parle pas trop dans les grands médias. Un peu à RDI économie par exemple, mais en général « tout va bien » selon les médias classiques. Mais en creusant sur Internet et en lisant d’autres médias alternatifs, j’arrive à connecter des points et à comprendre dans quelle situation nous sommes. Et il faut se préparer.

Ne roule pas les yeux au plafond. Lis ce que j’ai à te dire avec une ouverture d’esprit s.v.p. J’ai choisi de t’écrire, car je t’en ai parlé souvent que notre monde est dans une position fragile. Tu m’as déjà répondu que tu avais le présent à gérer, que tu n’avais pas le temps de t’occuper de « ce qui pourrait arriver ». Tu as raison! Je le vois que tu travail beaucoup, et ceci étant dit j’apprécie ton travail. Je te dis merci du fond du cœur. Je ne te le dis pas assez souvent.

Si tu le veux bien, je te fais un compte rendu du monde tel qu’il est présentement. Ce n'est pas évident de résumé 2 ans de recherche sur quelques pages, mais je tenterai d'être bref. Si après la lecture de ce que je t’écris, tu trouves que la vie va continuer comme avant, tel un ruisseau tranquille, libre à toi. Mais moi, en tant qu’homme de la famille j’ai la responsabilité de vous protéger et de veiller à apporter le beurre sur la table. Je comprends le poids de tes tâches quotidiennes pour le bon fonctionnement de notre nid familial. Alors je te demande de comprendre mes soucis en tant qu’homme.

2012 ne sera pas une année comme les autres.
-L’année 2012 sera celle de la « faillite de l’Occident ». La crise de l’endettement ne fait que s’aggraver de mois en mois. L’Europe sera probablement une zone sinistrée économiquement d’ici 2013. Ils ont créé des dettes pour payer des dettes...Ils ne s'en sortent pas. Les États-Unis aussi ont une dette astronomique. Nos voisins du sud croulent sous l'endettement à tous les niveaux (personnel, commercial, municipal, fédéral). Tous les pays dit « civilisés » s’enfonce peu à peu vers la faillite. Je prévois qu'en 2012, il y aura une cascade de défaut de paiement. Et comme tout l'Occident est relié, à cause de la mondialisation des finances, le Canada sera aussi touché.

-Notre richesse est basé sur du papier. L'argent qu'on utilise partout dans le monde, c'est du papier. Les produits de placements tel les actions, obligations et produits dérivés, tous du papier!  Ce système s'écroule présentement au ralenti sous nos yeux de puis 2008.

Tu en a entendu parlé de ses « produits financiers de destruction massive », les produits dérivé. La richesse totale sur papier de ces derniers représente entre 6oo ooo ooo ooo ooo$ et 1 500 000 000 000 000 (ils ne savent pas exactement, les chiffres sont justes trop astronomiques) . Depuis quelques mois, les pertes associées aux produits dérivés montent en flèche. En novembre dernier par exemple, une compagnie du nom de MFGlobal, qui un des piliers mondiales en produits dérivés, à fait faillite. Ce fut la 8ième plus grosse faillite de l'histoire des USA. Plus de 40 000 clients de cette firme se sont fait fraudés...

Nos banques canadiennes qui sont supposément infaillibles et bien réglementées, sont largement exposées à ces produits dérivés. Savais-tu que ces produits dérivés sont exclus des livres comptables officiels des banques? En anglais on appelle ça le « shadow banking ». Ce sont des transactions permises par la loi depuis moins de 10 ans. Les banques au Canada sur papier sont très solides. Dans la réalité, elles se fragiliseront de plus en plus.

Tous se qui s’appelle « actions », « obligation », « fond mutuel », etc pourrait potentiellement valoir la valeur réelle de ce papier : zéro. Tous les REER qui ne valent plus rien, les fonds de pensions complètement vides… J’insiste ici pour dire que ça peut avoir l’air apocalyptique, mais je t’assure que la possibilité pour 2012 est bien réelle. Je sais que c’est gros, mais imagine les conséquences si ça arrive.

Supposons que durant l’été de 1929, on aurait dit à un homme d’affaires prospères : tu vas tout perdre ta richesse bientôt. Tu auras à décider si tu te suicide ou si tu continue ta vie comme un « nouveau pauvre ». Ça aurait semblé trop gros, mais ces choses là arrivent...


-Il y a aussi la gestion de la monnaie qui est hors contrôle,  partout sur la planète.  À moins que les grandes banques centrales n'injectent des sommes colossales d'argent dans le système, ce système ne peut tenir debout tout seul. Ça fait maintenant 3 ans que les gouvernements du monde entier empruntent pour "booster" l'économie, mais celle-ci demeure sous respirateur artificiel.  
La conséquence de ces politiques monétaires vont être désastreuses sur les prix à la consommation. Il y a une menace réelle d'hyperinflation mondiale, selon plusieurs économistes. Pour le peuple, ça veut dire que son pouvoir d'achat est réduit à néant. On s'en reparle de l'hyperinflation si tu veux...

Le Dollars américain sera probablement mort d'ici 1 an, pour des raisons techniques que je pourrai t'élaborer en jasant, si tu as des questions. La disparition de l'Euro et du Dollars US aura des conséquences très graves sur tous ce qui est argent papier, tel le dollars canadien.

Je pourrais continuer longtemps sur l'économie... Mais si la tendance se maintient, 2012 pourrait être une année "charnière" pour l'humanité entière.

.
La troisième guerre mondiale.
Elle est déjà commencée! Je sais reconnaitre une guerre. Tu me connais, j’étudie le sujet depuis combien d’année? Encore une fois je pourrais écrire un livre sur ce sujet. Les États-Unis vont jouer le rôle d’initiateur de cette guerre qui est s’est enclenchée avec les attaques du 11 septembre 2001. Ce qui se produit présentement dans le monde est la répétition exacte des prémisses des 2 Guerre Mondiale. Le jeu des Alliances mondiales se mets en place.

Et économiquement que se passe-t-il? La répétition de la crise des années 30 qui a mené à la Deuxième Guerre Mondiale: crash des bourses mondiales, crise banquaire à cause de l’endettement, dévaluation des monnaies pour favoriser les exportations, guerre de tarifs entre les pays (tu veux vendre tes affaires chez nous? Tu vas payer une taxes), sanctions économiques, conflits militaires isolés un peu partout sur le globe, augmentation du chômage, protestation dans les rues,etc. Tout ça se passe maintenant, comme durant les années ‘30.

“Il n'y a rien de mieux qu'une bonne guerre pour relancer l'économie!”, a dit ta soeur lors du souper le 1er janvier dernier chez tes parents! Elle a raison.


Notre famille
Pourquoi je te présente toutes ces nouvelles négatives sur notre économie et sur le 3ieme guerre mondiale? Une seule raison : je nous prépare. De mon point de vue, je n'ai jamais trouvé notre monde aussi fragile. Alors j'ai fais des actions dans le but de nous protéger. Je travail dans l’ombre depuis plusieurs mois. Quoique tu as remarqué que je lis des livres sur « la fin du monde tel qu’on le connait ». Ne t’inquiète pas, je ne nous prépare pas à vivre dans le bois sans électricité et sans eau potable!! Mais là les événements géopolitique et économiques s’accélèrent et je ne peux plus me permettre de perdre du temps en travaillant en cachette. Alors je vais te dévoiler où nous en sommes.



Nos épargnes
L'achat de l'or et de l'argent nous protégera si il y a de l'hyperinflation. Ce placements sera peut-être tout ce qui nous restera de la richesse que nous avons épargner. Les élites financiers du monde achète massivement des métaux précieux, car ils se préparent au crash des monnaies papier. Ils instaureront par la suite une nouvelle monnaie internationale supporté par les métaux précieux. Le prix de ces métaux vaudra les yeux de la tête! Et nous en avons déjà pas mal... De ce coté, nous sommes bien positionné. 



 La nourriture.
Une des conséquences directes sur nous par rapport à tous les événements économiques et politiques, c'est l'apport en nourriture. En tant de guerre, la nourriture est rationné. Si le prix du pétrole devenait hors de prix en raison de la guerre contre l'Iran, il pourrait y avoir de sérieuses perturbations dans la chaîne alimentaire. Concernant le pétrole, à partir de maintenant le prix ne fera qu'augmenter... guerre ou pas. Ou si les monnaies papier sont détruites, avec quoi les épiceries ferait leurs échanges? D'ailleurs les épiceries lors d'une catastrophe sont vidées de leur produits en 3-4 jours. Bref, j'ai un mauvais feeling pour 2012 et les années à venir. 

Nous avons une petite réserve à la maison. J’ai tenu à instaurer une culture d’avoir plus que 3-4 jours de vivres (comme la majorité des gens). Je l’ai fais petit peu à petit peu, histoire de s’adapter et de minimiser les pertes.

Ce que tu ne sais pas, et là je te l’avoue, c’est que depuis 1 an et demi, à chaque épicerie que je fais je consacre 20-25$ à acheter des articles en spécial que j’entrepose a mon studio. Je tiens un inventaire serré de ce qu’on possède, avec les dates d'expiration notées pour faciliter la gestion. Je n’ai pas de chiffre scientifique, mais je te dirais que si les épiceries fermaient demain matin, nous pourrions tenir entre 3 et 6 mois sans problème.

Tu dois surement te dire que je suis fou, que ça dû couter une fortune. Et bien oui, j’ai consacré un certain budget cette année à l’élaboration de notre réserve. Mais dis-moi, combien d’argent as-tu dépensé sur les assurances maison et auto depuis les 10 dernières années? Nous prenons une assurance en espérant ne  pas en avoir de besoin. Nous payons un prix pour acheter une tranquilité d’esprit. Alors vois la réserve alimentaire comme une assurance. Je souhaite du fond du cœur d’être dans l’erreur et que nous n’aurons pas besoin de dépendre sur cette réserve pour survivre. Mais je trouve logique d’acquérir une assurance sur nos besoins essentiels…


Conclusion
L’avenir pour l’année 2012 m’apparait bien sombre. Depuis que j’ai entamé mes recherches économiques et géopolitiques, j’ai déprimé beaucoup. Ce que j’ai appris n’a juste pas de bon sens. La connaissance ne rime pas toujours avec la joie de vivre! Mais j’ai décidé récemment d’aborder l’avenir avec positivisme. Je suis convaincu qu’il y a un tsunami d’événements qui s’apprête à déferler sur tous les habitants de la planète. Notre famille ne sera pas épargner. Cependant, plutôt que de se faire prendre « sur la plage » comme la majorité des gens qui croit que tout va bien, nous allons « élever notre famille dans les hauteurs ».

Nous nous sommes mariés « pour le meilleur et pour le pire ». Cette année (ou dans les années à venir), je crois qu’il va falloir se serrer les coudes en tant que leader de famille et comme couple. Et je t’assure que même si des fois ça sera difficile, nous passerons à travers.


Je t’aime. Je te prends tellement souvent pour acquis. Alors je veux te souligner mon amour que j’ai pour toi. Tu es la meilleure compagne de vie que j’aurais pu trouver. Je t’aime.

mercredi 22 février 2012

Réseau survivaliste du Québec

Bonjour!

Je ne devais pas poster ceci aujourd'hui mais en l'espace de quelques heures, il s'est produit tellement de choses que mes plans ont été bouleversés.

UN RÉSEAU SURVIVALISTE FRANCOPHONE EST NÉ!!!

Il utilise principalement Facebook pour entrer en relation les uns avec les autres

La page RSF-Mère pour trouver les RSF locaux: 

https://www.facebook.com/pages/RSF-MERE/395455927137280?fref=ts

Et la page RSF-Québec:

https://www.facebook.com/pages/RSF-Qu%C3%A9bec/203785413045948



Et merci de vos efforts!

23/02/2012 addendum:

ET MERCI VOL WEST POUR CETTE INITIATIVE!

dimanche 19 février 2012

Survivre à l’effondrement économique - critique


Tout le monde a la capacité d'avoir raison. 

Pour des tribuns populistes, il suffit de citer une anecdote, de la dénoncer comme règle générale ou pratique courante, d’en faire le marketing grâce aux amis et à quelque commanditaires bien cachés et voilà: le bon peuple croit et suit. 

Piero San Giorgio, lui, examine les systèmes et fait partie de cette race de gens qui se placent au dessus de la mêlée pour produire une analyse relevée, complète, systémique et lucide.

Survivre à l’effondrement économique de Piero San Giorgio (Éditions Le Retour aux sources, 2011) est un livre qui annonce ouvertement l’effondrement économique global imminent mais surtout qui enseigne comment s’y préparer, y survivre et oserais-je dire, vivre bien et heureux.

Ce livre intéressera les survivalistes certes mais s’adresse aussi à ceux qui sentent que quelque chose ne tourne réellement pas rond dans notre mode de vie au sein de notre civilisation. Et croyez moi, ils vont comprendre après avoir lu ce livre.

Piero San Giorgio ne se contente pas d’affirmer. Il démontre, sources et chiffres à l’appui, ce qui est et ce qui sera.

L'auteur présente des faits qui sont incontournables : le pétrole est limité, les ressources matérielles sont limitées mais notre système économique a besoin de croissance illimitée. Il ne peut se produire qu’une fuite en avant comme nous la vivons depuis plusieurs décennies et après, le clash qui sera d’autant plus violent que les populations n’y seront pas préparées.

Et c’est là que toute la sagesse que recèle ce livre se manifeste. Effondrement oui, mais adaptation, atteinte d’un nouvel équilibre et après un temps, San Giorgio annonce ni plus ni moins qu’une nouvelle civilisation basée sur un usage intelligent des ressources, la réponse éclairée aux vrais besoins des humains et une économie dont la richesse sera concrète et réelle et non plus appuyée sur de la phoney money ou des performances boursières ne reflétant pas du tout la réalité des choses.

San Giorgio pointe du doigt des dangers nouveaux et trop peu abordés, même par les observateurs de notre société, par exemple : 

« Le problème c'est le risque de collision entre les catastrophes naturelles et les catastrophes économiques. Et cela, c'est nouveau. » (Survivre à l’effondrement économique , p. 123).

Il annonce aussi ni plus ni moins que la disparition fonctionnelle de la monnaie fiat (c'est-à-dire la monnaie basée sur la crédibilité de l’émetteur plutôt que sur des commodités comme l’or ou l’argent), le retour du troc comme moyen principal d’échange économique (qu’on voit fleurir actuellement en Grèce au moment de la rédaction de cet article), la régression puis la disparition de l’agriculture industrielle basée sur une dépense énergétique démesurée et de l’exploitation intensive qui appauvrit les sols, la disparition de la toute-puissance et de l’universalité de l’État et la fin, aussi, des Oligarchies qui dirigent l’Occident, faute du système économique qui leur assurait richesse et pouvoir. Ouf!

C’est tout un programme mais croyez-moi, Piero San Giorgio livre la marchandise!

L'auteur souligue que l’élément le plus important et qui bouleversera nos vie, c’est la raréfaction du pétrole qui est au cœur de nos activités économiques, industrielles et surtout agricoles. Le pétrole sert à déplacer les denrées et les matériaux, à construire, chauffer, produire de l’électricité, déplacer des banlieusards vers la ville et vice versa.

Malheureusement, comme l'indique San Giorgio, dans bien des domaines il ne peut être remplacé et il n’existe pas de forme d’énergie de remplacement qui nous permette de même seulement nous maintenir. Pétrole plus cher = fertilisants plus chers = travail de la terre plus cher = aliments plus chers. Et plus rares…

C’est à ce niveau que le choc du pic pétrolier (dépassé depuis longtemps) se manifestera le plus durement, démontre l'auteur.

Penser que Piero San Giorgio joue les Cassandre ne lui rend pas justice, loin s’en faut! Car s’il analyse des troubles majeurs à venir et la fin de la société de consommation basée sur le capitalisme financier et causant le gaspillage et l’épuisement des ressources, en revanche il propose des solutions. 

Rome a construit une civilisation sans pétrole et
à force de bras. Pas mal quand même!
Le mérite des solutions qu’il propose c’est qu’elles s’appuient sur des exemples historiques éprouvés qui ont permis à des civilisations de fleurir et de durer à une époque où les seules énergies disponibles étaient éolienne, hydraulique et animale. 

Ce n’est donc pas depuis des hauteurs conceptuelles théoriques qu’il s’adresse à nous, c’est fort des exemples historiques et du savoir contemporain qu’il nous communique des solutions, solutions qu’il a déjà mises en application.

C’est ainsi qu’il popularise le concept de BAD – base autonome durable – une forme d’occupation du sol et d’activité économique qui, comme son nom l’indique, est durable. 

La BAD à la San Giorgio est en quelque sorte une version considérablement améliorée et plus égalitaire des fonctionnalités de la Villa romaine où se centraient, dans la Rome Antique rurale, la production alimentaire, la vie sociale et les échanges économiques pourvoyant aux besoins des communautés locales. 

Parmi ces améliorations on note les connaissances et la science moderne, la compréhension des cycles naturels, les moyens et ressources contemporaines, une égalité fondamentale entre êtres humains (ce qui ne signifie pas une collectivisation de la gestion quotidienne), bien évidemment la technologie notamment l’électricité et hélas, la sécurité de ses membres car dans un monde qui s’effondre, monde dans lequel la population est dans un état d’impréparation totale, il peut y avoir et il y aura des troubles et de la violence, causés par les famines mortelles, l’absence de ressources et l’incapacité des États à faire face à des situations globales.

Image tirée du film "The Road" 
Tout au long du livre sont semées de petites fictions servant à illustrer ce qui risque de/va se passer lorsque les structures économiques et financières s’effondreront. Et si parfois ça nous fait dresser les cheveux sur la tête d’horreur ou d’incrédulité, ces petits récits ont le mérite de nous faire réaliser à quoi ça peut ressembler, une société en décomposition.

Mais le plus grand des mérites de Piero San Giorgio, c’est l’espoir qu’il suscite  en proposant non seulement des solutions, comme mentionné plus haut mais surtout en indiquant comment nous pouvons les mettre en place, les déployer et les rendre concrètes, dès maintenant, et presque sous la forme d’un manuel d’utilisation. 

Il nous indique comment devenir survivaliste, pas sur un modèle hardcore-guerre froide à l’états-unienne avec bunker, mitrailleuses, napalm, huit ans de nourriture déshydratée et bloc opératoire personnel. Non, plutôt à devenir survivaliste le temps de la transition et après celle-ci, un être humain libre, autonome et j’ose le dire, heureux d’une vie saine et lucide parmi ses pairs.

Je n'hésite pas à le dire: il y a une dimension humaniste et une connaissance profonde des besoins de l'être humain dans la vision de Piero San Giorgio

Les profanes apprendront beaucoup de choses sur les rouages de la société et de l’économie alors que les survivalistes, preppers, autarcistes (ou « badistes ») en apprendront aussi mais surtout, pourront comparer leur approche à celle de San Giorgio qui, ma foi, me semble sans failles. Le seul bémol que je lui adresserais concerne la question de la défense personnelle. En effet Piero San Giorgio est d’origine Suisse et les Suisses sont astreints à un service militaire et à une longue période de service ponctuel à titre de réservistes. Les armes de service sont dans le placard, tous les citoyens ou presque ont une place dans un bunker, etc.

C’est dire que les armes, l’engagement d’un ennemi à l’arme à feu et la neutralisation de dangers par des moyens violents, font partie de l’univers Suisse, ce sont des données familières et des situations pour lesquelles ils sont entraînés. Pour le Français, pour le Québécois, pour les autres lecteurs habitant des pays où l’État désarme sa population (comme les Allemands sous Hitler et comme les Soviétiques sous Staline) ou contrôle sévèrement la possession et l’usage d’armes aux mains des citoyens, il n’est pas évident de conceptualiser l’usage d’une arme contre un être humain. Aussi à l’intention des non-survivaliste je crois qu’un approfondissement de cette question serait une amélioration dans une réédition ultérieure. Mais c’est la seule amélioration que je verrais!

Ceci étant dit, Survivre à l’effondrement économique est un ouvrage important, très complet, bien équilibré sur le plan des analyses et des exemples concrets. C'est du solide qui s'appuie sur des faits vérifiables et vérifiés. Ce livre est à la portée de tous, y compris des consommateurs "heureux" de leur vie mais qui ont, parfois, de petits doutes.

Je recommande chaudement sa lecture et il fera partie de ma liste de cadeaux à offrir.

-----------------------------------------------

Piero San Giorgio, Survivre à l’effondrement économique, Éditions Le retour aux sources, 2011, disponible chez Amazon France pour environ 40$ taxes et livraisons comprises.

Liens à consulter:

Site de Piero San Giorgio: http://piero.com/, avec notamment sa page de liens:
http://piero.com/default/18/

Émission de radio avec Piero San Giorgio comme invité: http://rim951.fr/?p=1509 

Réagissez sur 

jeudi 16 février 2012

Lettre d'une étudiante


J'ai reçu un commentaire récemment sur ce blogue et j'aimerais le partager avec tous les lectrices-teurs ainsi que la réponse que j'ai rédigée.

Anonyme: Je viens de lire ton blog, ultra intéressant, plein de bon sens dont plusieurs choses que j'essaie déjà de faire, MAIS honnêtement ça me stresse royal: il y a longtemps que j'essaie de devenir autonome, de faire divers travaux manuels, de stocker, mais je ne suis encore qu'étudiante, j'ai des dettes (petites en comparaison à d'autres mais quand même), je n'ai qu'un appartement qui est relativement grand mais bien trop petit pour stocker, un immense grenier qui devient si chaud en été que je n'ai aucune idée si stocker de la bouffe là est le moindrement bon, je n'ai sûrement pas accès à "d'autres endroits secrets où cacher ces stocks", pas du tout les moyens d'acheter une terre, j'ai donc un jardin aux yeux et vues de tous; bien que j'essaie je ne suis pas du tout en forme parce que je suis complètement noyée dans la rédaction de mon mémoire...

Honnêtement, les observations que tu fais de la réalité, j'en ai fait beaucoup des pareils, mais je n'ai pas les moyens d'avoir les moyens, si tu vois ce que je veux dire. Bref, on fait quoi dans ce temps là ? 

Chère Anonyme (que je connais bien quand même!)

Tu es moins démunie que tu ne le penses. Être étudiante c'est un état, pas une impossibilité et justement les étudiants ont généralement tous appris à faire beaucoup avec peu. C'est déjà un plus! Je le sais pour l'avoir été très longtemps.

Ta question est très intéressante car elle couvre beaucoup d'aspects de la préparation et du survivalisme.

Beaucoup de gens vivent en appartement (location, condos ou lofts achetés) et de prime abord ça nous met à risque. Même les gens qui vivent dans des maisons de banlieue sont à risque. Leurs seuls avantages: 


  • disposer généralement de plus d'espace qu'un appartement
  • disposer d'un terrain exclusif qui permet un potager et des aménagements
  • disposer (généralement) d'un véhicule

Et tout cela les rend aussi un peu plus à risque puisque leurs possessions sont plus visibles.

Dans un contexte de survie urbaine, ce n'est pas nécessairement la nourriture qui pose des difficultés de stockage, c'est l'eau, qui est lourde, nécessite des contenants rigides et de qualité alimentaire et surtout qui prend plus de volume en stockage. La nourriture pour une journée peut tenir dans l'équivalent d'un carton d'un litre de lait alors que ton eau quotidienne elle, en requiert quatre.

Ceci étant dit, tu n'as peut-être pas besoin de stocker 2 semaines d'eau mais minimalement un bon 72 heures, soit 12 litres par personne, c'est un minimum. Rajoute à cela un kit de filtration d'eau DIY (do it yourself) (environ 50$) et 2 litres d'eau de javel et tu viens de gagner des mois, voire une année d'autonomie en eau. C'est un excellent début.

Pour la nourriture, deux semaines de réserves optimisées qui permettent de voir venir, c'est facile à stocker, ça prend peu de place et c'est à la portée de tout le monde. (Ne pas oublier des moyens autonomes de cuisson!)

Si tu veux stocker plus et que tu n'as pas d'espace, trouve des gens (famille, amis) qui ont de l'espace qui accepteraient de stocker pour toi. Attends-toi à devoir partager avec eux en cas de coup dur cependant.

Pour le moment tu as un appart relativement grand. Tu n'est pas complètement dépourvue.

Sous le lit on peut ranger des choses.

Parfois les sofas forment un angle avec le mur et ils permettent d'entreposer du matériel ou des conserves entre l'arrière du meuble et le mur.

Ton grenier ne se prête pas au stockage de nourriture mais du matériel, ça oui: pelles, haches, machettes, réchauds, même de petites bouteilles de propane (ça ne craint ni la chaleur ni le froid), tente, abris de fortune, matériaux de construction, toiles résistantes.

Tu peux cacher aussi de l'or et de l'argent un peu partout mais je me doute que tes moyens d'étudiante ne te permettent pas d'en acheter!

J'aime beaucoup la maxime "le mieux est l'ennemi du bien". Il ne faut pas attendre d'avoir les conditions et le kit idéal pour commencer, il faut commencer dès qu'on peut. Un jour de bouffe vaut mieux que rien, deux jours valent mieux qu'un, etc.

Au delà des détails, je crois que tu as besoin avant tout de d'identifier tes objectifs puis de te faire un plan. 

Pour le moment tu regardes ce que tu n'as pas et c'est très bien: il faut faire cet exercice car connaître ses "forces" et "faiblesse" est la base de la lucidité. Et ça fait partie du processus de planification.

En premier lieu, tes objectifs doivent décrire ce que tu veux atteindre comme niveau d'autonomie et de préparation. Veux-tu devenir autarciste? prepper? survivaliste? Veux-tu être raisonnablement prête à un maximum de situations ou spécialiser ta préparation à ce qui te semble le plus probable? Veux-tu le faire au sein de ton unité familiale ou au contraire au sein d'un groupe, d'un clan? Ta préparation, veux-tu la développer comme une spécialité au sein d'un groupe ou rester "généraliste" au sein de ce même groupe?

Ce sont les réponses à ces questions qui détermineront tes choix. Tu peux très bien conclure qu'il te faudrait 5 acres de terre, des animaux et un immense potager. C'est très bien mais ce n'est pas obligé d'être acquis maintenant!

Une fois les réponses formulées, tu as le cadre de base de ton plan.

Pour ton plan, c'est très simple, tu prends une feuille de papier que tu couches sur le sens de la longueur. À gauche tu fais une croix et tu écris "Maintenant avec ce que j'ai et ce que je suis", à droite même chose en inscrivant cette fois-ci "Ce que je veux être et avoir", et tu traces une ligne entre les deux.

Apres tu remplis cette ligne d'étapes.

Ce qui compte toujours le plus c'est le maintien de la vie. Tu priorises les moyens de rester en vie (nourriture, liquides, médicaments, vêtements, cuisson, purification d'eau, chauffage, logement et je sais que tu n'aimeras pas mais aussi: des armes à feu) et tu développes autour de ça.

Après tu améliores et bonifie ta préparation.

Un bon moyen d'augmenter ses réserves, c'est la technique dite du "double canning". À chaque fois que tu achètes un conserve susceptible de faire partie de tes réserves, tu en achètes une seconde juste pour stocker. Ça s'applique aux paquets de pâtes, de riz, etc. Au fond ça grossira au rythme de l'intensité de ta préparation.

Une alternative au double caning consiste à budgeter un montant mensuel (20, 40, 100$ peu importe) et de te faire un calendrier d'acquisition qui priorise le maintient de la vie puis la sécurité et après, le confort.

Mais au delà de tout ça, oui il est important d'avoir de l'eau, de la nourriture et du matériel mais ce qui détermine le plus la capacité de survivre (ou de triompher) d'une personne, c'est sa résolution, sa décision et son entêtement. Tu es déjà une prepper parce que tu as conscience des risques, tu t'efforces d'accumuler et tu te prépares personnellement avec des activités et des passes-temps utiles à la survie. Ce qui est déjà infiniment au dessus de ce que fais la moyenne des ours (pour les autres francophones qui lisent ce blogue, ça signifie "le commun des mortels", je précise au cas où cette expression n'existe pas chez vous).

Alors bonne suite de préparation!!!


Réagissez sur 

mardi 14 février 2012

La Germination - 2ème partie


Par 

LÉANDRE


Les familles de graines et les jeunes pousses

Il existe plusieurs familles de graines qui peuvent être utilisées pour la germination.

Les légumineuses


Ce sont de graines séchées provenant de plantes à gousse appelées aussi légumes secs.

Les légumineuses se substituent à la viande grâce à leur apport élevé en protéine.

Luzerne, fenugrec, trèfle, haricots (rouge, blanc, noir, pinto, azuki, de Lima, dolique, navy), soja, gourgane, lentilles (verte, rouge, brune), pois à soupe, pois vert, pois chiches, etc.


Trempage
(heure)
Temps (jours)
germination 20C
Rinçage par jour
Longueur germe prêt
à consommer (cm)
Se consomme
Jeunes pousses
Longueur pousse prête à consommer (cm)
Luzerne
8
3 à 7
2X
2,5 à 4
oui

Fenugrec
8
2 à 5
2X
1,5 à 2,5
oui

Trèfle
4
3 à 7
2 à 3X
2,5 à 4
oui

Haricots
14 à 18
3 à 5
3X
1 à 2,5


Lentille rouge
6 à 12
2 à 4
2X
1
oui
2-3 (10 jours)*
Lentille verte
12
2-3


oui
15-20 *
Pois chiches
18
3
2X
0,5 à 2,5


Pois
18
2 à 3
2X
1,5


Fèves de Lima
12
1 à 3
2X
2,5


* Se cultive sur assiette avec ouate 

Les céréales (graminées)

Avoine, blé, maïs, millet entier non décortiqué, orge à germer, seigle, épeautre, kamut, riz. Amarante, sarrasin et quinoa sont des pseudo-céréales (ne sont pas des graminées).


Trempage
(heure)
Temps (jours)
germination 20C
Rinçage par jour
Longueur germe prêt à consommer (cm)
Se consomme
jeunes pousses
Longueur pousse prête à consommer (cm)
Avoine
12
2 à 3
2X
0,5 à 1,5
oui
1,5
Blé
12
2 à 3
2X
0,5 à 1,5
oui
Se consomme en jus
Maïs
12 à 20
3 à 4
2X
1,5
oui

Millet
8 à 10
3 à 5
2X
0,5 à 2


Orge
8 à 12
3 à 4
2X
0,5 à 1,5
oui
1 semaine de plus
Seigle
8 à 12
2 à 3
2X
0,5


Épeautre
8 à 12
3
2X
0,5


Kamut
12
2 à 3
2X
0,5 à 1,5


Riz
12 à 18
3 à 6
2X
0,5 à 2


Amarante
1 à 3
1 à 3
2X
0,5
oui

Sarrazin
4h
1 à 3
4X jour1
2X
0,5
oui
Sur terreau
Quinoa
1 à 3h
2 à 3
2X
0,5 à 3
oui

Les oléagineuses

Les grains sont riches en gras et utilisées pour l’extraction d’huile.

Sésame non décortiqué, tournesol décortiqué ou entier, soja, arachide, noisettes, amande, pignon, noix, etc.


Trempage
(heure)
Temps (jours)
germination 20C
Rinçage
par jour
Longueur germe prêt à consommer (cm)
Se consomme
jeunes pousses
Longueur pousse prête
à consommer (cm)
Sésame
12h
1 à 2
2X
0,5


Tournesol
12h
1 à 2
2X
0,5
oui
3-4 (sur terreau)
Arachide
12h
3 à 4
2X
0,5


Noisette
12h
3 à 4
2X
0,5


Amande
12h
1
2X
0,5



Les mucilagineuses


Les graines sont entourées d’une gélatine lorsque mouillées. La méthode de germination diffère pour ces graines. Le bocal habituel est à proscrire car les graines moisissent… utiliser plutôt une assiette avec du coton ouate imbibé d’eau, c’est la méthode la plus simple. Lorsque les pousses sont prêtes à manger, couper les tiges au ciseau. (Les racines demeurent bien fixées dans la ouate). Ces graines se consomment surtout en jeunes pousses.

Il existe sur le marché des germoirs spécifiques aux graines mucilagineuses.

Basilic, cresson, chanvre, lin à germer, moutarde, roquette.


Trempage
(heure)
Temps germination et croissance à 20C (jours)
Rinçage
par jour
Longueur pousse prête à
consommer (cm)
Basilic
1
6
2X

Cresson
1
3 à 7
2X
4
Lin à germer
1
2 à 5
2X
4
Moutarde
8
2 à 5
2X

Roquette
1
6
2X
3

Les légumes et autres plantes

Cette liste n’est pas exhaustive, à vous de les découvrir…

Sauf, bien sur, les graines des solanacées (tomates, aubergine, poivron, piment, cerise de terre…) et la rhubarbe.

Ail, betterave, brocoli, carotte, carvi, céleri, céleri-rave, cerfeuil, chicorée, choux, ciboulette, coriandre, courge, cumin, épinard, fenouil, navet, oignon, poireau, persil, radis, raifort, salades...



Trempage
(heure)
Temps (jours)
germination 20C
Rinçage
 par jour
Longueur germe prêt à consommer
Se consomme
jeunes pousses
Longueur pousse prête à consommer (cm)
Ail


2X

oui
3 à 4
Betterave


2X

oui
4 à 5
Brocoli
6
4 à 6
2X
2,5
oui

Carotte
8 à 12
7 et +
2X
2,5
oui
4
Céleri
4 à 6
8 à 10
2X
2


Chou rouge
4 à 6
4 à 6
2X
2
oui
3
Ciboulette


2X

oui

Courge
6 à 8
1 à 3
2X



Épinard
4 à 6
5 à 8
2X
2
oui

Fenouil


2X

oui

Navet


2X

oui

Oignon


2X

oui

Persil
8

2X

oui

Poireau
12
10 à 15
2X
3 à 4
oui
10
Radis
5 à 6
3 à 6
2-3X
0,5 à 2
oui
3
Salades


2X

oui


Les jeunes pousses


La germination des graines se fait sans apport de lumière directe. Le germe est alors de couleur crème et sa longueur peut varier de 0,5 à 3 cm. La consommation de la graine germée inclus la graine, la racine et le germe.

Pour obtenir une jeune pousse verte, il est nécessaire de retirer le linge qui recouvre les graines germées. 

Lorsque 2 folioles ou feuille apparaissent, elles produisent de la chlorophylle sous l’effet du soleil et virent au vert. La consommation des jeunes pousses inclus la tige et les 2 feuilles. La racine est exclue. Il est possible de cultiver les jeunes pousses avec ou sans terreau.

Méthode avec terreau

Placer quelques centimètres de terre dans un contenant assez large mais peu profond et y déposer les graines. Humidifier sans détremper et déposer une mince couche de terre par-dessus (vraiment mince).

Mettre un linge à vaisselle pour réduire la luminosité. Lorsque les graines ont germé vous retirez le linge et laissez à l’air tout en humidifiant régulièrement. Vous coupez les tiges pour récolter.

Méthode sans terreau

Remplir un bac peu profond d’eau, ajouter une grille par-dessus et y déposer les graines (après le trempage) sans que celle-ci ne touchent à l’eau. Couvrir d’un linge jusqu’à ce que les graines soient germées. Il n’est pas nécessaire d’humidifier les graines. Retirer le linge et laisser à la lumière. Humidifier régulièrement et ajouter l’eau au bac si nécessaire.

Léandre


Réagissez sur