Voir la nuit (la fin des Wolverines)

Cet article fait suite à celui que j'ai intitulé Wolverine!, vous comprendrez pourquoi.

--------------------------------------------------------------

C'est le rêve de toute personne que de pouvoir voir la nuit. Sans assistance technique c'est impossible. Il existe bien des individus qui voient mieux que les autres dans des environnements sombres mais "mieux" ne veut pas dire "bien".

À cette fin l'être humain a développé plusieurs technologies qui l'aident à voir quand il fait tout noir.

Le feu

Le feu est la plus ancienne technologie de vision la nuit. La flamme produite dégage de la lumière et les photons dégagés par les flammes vont illuminer notre environnement immédiat.

La lampe est un perfectionnement technologique du feu à aire ouverte. Le feu produit une lumière très inégales et vacillante alors que la lampe permet d'égaliser la quantité de lumière produite.

Les lampes ont évolué au point où, grâce à un combustible solide ou liquide ou gazeux, on peut concentrer la lumière produite sur une zone par l'usage de miroirs et de lentilles. Un exemple bien connu de cette avancée technologique est le phare ou la balise.

Projection de lumière électrique

L'invention de l'ampoule électrique est venue apporter des améliorations majeures dans la question de la vision nocturne. L'ampoule classique, l'ampoule halogène, les fluorescents et récemment les DEL sont des perfectionnements de la même technique: produire des photons par le moyen de l'électricité.

Mais jusqu'ici ce sont des moyens actifs: l'appareillage d'éclairage génère des photos qui illuminent les objets dans l'environnement. Qu'on éteigne le système d'éclairage, à feu ou à électricité, et la vision la nuit disparaît, enfin, revient à ce qu'elle était sans éclairage d'appoint...

Technologie passive de vision de nuit

Vous l'aurez deviné, un système actif qui permet de voir la nuit a le fâcheux inconvénient de signaler notre position à cause de l'émission massive d'ondes lumineuses.

L'idéal est de capter la lumière produite ou réfléchie par des objets sans qu'il soit besoin de les illuminer.

Ou mieux encore: détecter et voir un objet sur une autre fréquence que la fréquence lumineuse.

Image produite par amplification de lumière
Les appareils d'amplification de la lumière communément appelés en anglais night vision devices, starlights et en français, appareils de vision nocturne. 

Ces équipement sont des super-amplificateurs de lumière. Des capteurs ultrasensibles recueillent la lumière que nos yeux, pas assez sensibles pour détecter, ne voient pas. 

Ces photons sont traités et amplifiés et les images construites sont visibles sur un écran, que ce soit un moniteur d'ordinateur ou un petit écran de lunette.

Lunette de vision de nuit pour tir nocturne
À partir de sources lumineuses trop faibles pour être exploitées par nos yeux, on peut voir la nuit à travers ces appareils. Assez pour lire un livre. Assez pour distinguer les traits du visage. Assez pour repérer un animal, une forme humaine, le canon d'une carabine ou les formes d'un véhicule.

La limitation principale est évidemment la puissance de la source lumineuse. Ça amplifie la lumière mais ça ne la crée pas et il faut quand même qu'il se trouve suffisamment de lumière pour que les images produites aient du sens. Dans une pièce complètement hermétique et sans source lumineuse, cet appareil devient inutile.

Par contre la technologie de vision thermique vient pallier aux manques des amplificateurs de lumière.

Le principe en est simple. La lumière est une onde. Celle qu'on peut voir est appelée "lumière visible", celle à laquelle nos yeux sont sensibles.

Image produite par imagerie thermique
Ceci étant dit, il existe une variété d'ondes que nous ne pouvons pas "voir" mais qui sont néanmoins présentes.

Les ondes thermiques en font partie.

Tout objet possède sa propre chaleur. En vertu de la Loi de l'Entropie, tout corps tend à perdre son énergie et l'une des formes de cette perte est la chaleur. Celle-ci s'évacue par les surfaces exposées de l'objet via un échange thermique avec l'environnement.

Eh bien des appareils détectent cette chaleur! Ils sont nommés FLIR (Forward Looking Infra Red).

Lunettes thermiques. Elles ressemblent beaucoup
aux lunettes de vision de nuit.
Vous avez lu "Infra Red" soit infrarouge en français. Les systèmes FLIR, spécialement dans les systèmes de surveillance ou les lunettes de visée, ne se contentent pas en fait de seulement voir dans la gamme de l'infrarouge. Ils utilisent aussi aussi d'autres gammes d'ondes afin de produire une image facilement interprétable par le cerveau humain.

Au fait quelles sont les différences entre les images par infrarouge et les images thermiques?

Dans le cas des appareils d'imagerie, aucune: les deux désigne le même type d'imagerie. Cependant, IR réfère à une longueur d'onde alors que thermique réfère à la température d'un objet. Un objet a une température x. et dégage de ce fait une longueur d'onde y.

Comparaisons

Je le dis tout de go, je n'ai jamais utilisé d'équipement d'imagerie thermique. Dans l'armée j'ai utilisé plusieurs équipements de détection dont le petit "radar" man packed et le Starlight, l'appareil de vision de nuit.

Mon premier regard dans cet appareil, ça se passait à la fin des années 80, a été époustouflant. Je pouvais voir distinctement les traits des visages de mes frères d'arme à plus de 70 m. alors que rien n'illuminait notre bivouac sauf la lumière des étoiles et un tout petit quartier de Lune!

Ces expériences en vision de nuit ouvrent des perspectives. C'est en voyant clair la nuit qu'on réalise que celui ou celle qui dispose de cette technologie dispose d'un avantage indéniable sur ceux qui ne voient rien ou qui doivent recourir à des technologies d'illumination.

À gauche: vue éclairée par des phares automobiles.
À droite, vue par imagerie thermique.
L'imagerie thermale, comme je le disais, je ne l'ai pas expérimentée de première main. Cependant, fort de mon expérience au Starlight, je peux très bien imaginer ce que procure la vision en utilisant une autre fréquence. Et dans le cas de l'imagerie thermale, croyez-moi, c'est une autre paire de manche.

On peut camoufler une personne ou un objet par des motifs et des couleurs qui imitent l'environnement. Le Starlight n'y verra que du feu. 

En revanche par l'imagerie thermique, elle, ne se laisse pas berner par les couleurs et les motifs car c'est la chaleur qu'elle voit. 

Et là, on tombe dans un tout autre domaine! Mais dix mille mots ne vaudront jamais ces images:


Avec amplificateur de lumière - avec caméra thermique
Avec amplificateur de lumière - avec caméra thermique

Pantois? Ouais, moi aussi, à chaque fois...

Je suis habituellement partisan des solutions low-high tech: une base en basse technologie qui sera infaillible ou presque et qui sera aisément réparable et un complément haute technologie qui offre de grands avantages en terme de productivité et/ou d'efficacité mais qui est plus fragile et qui augmente notre dépendance en pièces, qualifications et argent.

Mais dans ce cas-ci...

Je parlais dans mon article intitulé Wolverine! de la donne qui a considérablement changé entre les années héroïques des maquis de la Deuxième Guerre Mondiale et aujourd'hui pour ce qui touche à la détection. Je sais que je peux souvent affirmer des choses et que parfois je suis difficile à croire tellement mes affirmations semblent (semblent) tirées par les cheveux.

Avec les photos que j'ai incluses plus haut, je n'ai plus besoin d'affirmer: les images parlent d'elles-mêmes...

Oui, il est possible de camoufler la signature thermique des objets et des corps vivants mais ça demeure une chose délicate que de réellement échapper à la détection thermique. Les compagnies d'armement s'y essaient et y réussissent mais ce n'est pas avec une simple couverture isotherme que nous pourrons y parvenir.

On ne peut que conclure ceci: les maquis du passé sont réellement du passé ceux qui croient qu'ils pourront échapper à toute détection se leurrent.

Plus dans la vidéo:


Commentaires

Printfriendly

Articles les plus consultés