Le minimum matériel survivaliste - partie 2

Le minimum survivaliste - partie 2


La première partie se situe ici.

Après avoir examiné trois blocs: réchaud, purification de l'eau et de quoi se défendre, nous poursuivons avec d'autres blocs.

Pour ceux qui débutent, ne vous préparez pas à hypothéquer votre maison pour vous équiper de manière "survivaliste", cela ne sera pas nécessaire.


Matériel essentiel: éclairage radiant et projeté (15 à 50$)

On doit pouvoir s'éclairer de deux manières: un éclairage radiant pour les activités qui demandent l'éclairage d'une grande surface comme une table ou une pièce et un éclairage projeté pour un éclairage focalisé, intense, à distance et orientable à volonté.

 
L'éclairage en question doit reposer sur une source autonome d'énergie. La plus pratique est l'énergie électrique stockée dans des piles mais des manchons de gaz ou des lampes à pétrole feront l'affaire.

L'avantage des équipements d'éclairage électrique est indéniable: un éclairage stable, très long en durée et avec beaucoup d'énergie stockable dans peu de volume (piles).

Matériel essentiel: de quoi couper du gros dur et du fin mou (0 à 250$)

Les outils de coupe sont primordiaux, ils servent tant à préparer les aliments qu'à nous procurer du combustible ou à tailler du bois pour la construction.

La base: un couteau robuste et de bonne qualité (de 50 à 150$ et une hache (25 à 250$), auxquels on peut ajouter une scie à archet (nommée sciotte au Québec) (25 à 50$). Notez qu'un bon couteau de cuisine fera tout le boulot à la maison...


La machette (15 à 50$) est un choix intéressant mais uniquement si on n'a pas les moyens d'un bon couteau robuste, d'une hache et d'une scie car elle est un mauvais couteau, une mauvaise hache et certainement pas une scie et n'a de réelle utilité que si on évacue.

Les outils de coupe devraient faire partie des premiers achats complémentaires car ils sont essentiels pour la réparation et la construction d'un abri d'urgence (si notre logis est détruit) et pour s'approvisionner en bois de chauffage.

Avec un matériel minimal et de qualité acceptable, on peut s'en tirer pour 150$, ce qui comprend une scie, un couteau de poche et une hache.

Matériel essentiel: Premiers soins (15 à 500$)

La capacité de traiter sur place de petites blessures est de la plus haute importance. Les blessures légères et certaines blessures plus incapacitantes peuvent être traitées par des gens qui ont des connaissances minimales en premiers soins.

En savoir beaucoup est mieux qu'en savoir peu mais même en sachant peu, on peut beaucoup.

Le traitement d'une blessure permet, avec le temps, la guérison. La blessure non adéquatement traitée peut dégénérer et créer des complications qui peuvent conduire à des conséquences graves voire funestes. Il faut une trousse de premiers soins.



MAIS... tous les premiers soins médicaux ne sont pas obligés d'être faits avec des produits achetés et spécialisés.

À la base le nettoyage des plaies peut être fait simplement avec de l'eau propre et du savon.

Le Dakin ou eau de Dakin est un excellent antiseptique. Le Dakin modifié consiste à fabriquer une dilution d'eau de javel dans de l'eau aseptisée par ébullition. La recette est ici: (5 ml d'eau de javel 4% dans 800 ml d'eau bouillie, ou 5 ml d'eau de javel 6% dans 1200 ml d'eau bouillie). Cela aussi peut-être fabriqué à peu de frais.

Cela élimine le besoin d'acheter et de stocker du peroxyde d'hydrogène ou de l'alcool concentré.

On peut toutefois difficilement se passer de pansements adhésifs, de gaze et de rubans adhésifs de qualité médicale.

Il est souhaitable que la trousse de premiers soins contienne des pansements de rapprochement ainsi que des gants stériles pour la manipulation des plaies. Des ciseaux serviront à couper les vêtements ou les bandages, des pinces et même des aiguilles sont utiles pour extraire des corps étrangers de la peau.

Si vous êtes habile, vous pouvez même y inclure un kit de suture.

Il est donc possible de s'équiper de base pour environ 15$. Avec ce montant on obtient de quoi faire face aux petits bobos du quotidien qui, s'ils ne sont pas traités adéquatement, peuvent dégénérer.

Après, quand on a acquis des connaissances et des compétences en la matière, il sera toujours possible d'augmenter notre kit. L'important est de ne pas sauter des étapes et de faire progresser notre équipement au rythme de progression de nos connaissances.


 





Commentaires

Marc Desmeuzes a dit…
Bonjour Vic,
J'ai une lampe de poche Fénix LD20 dont je suis content (49 euros), piles ordinaires. Cette lampe peu clignoter et éblouir la personne en face.
Avec un peu de retard Bonne et Sainte fête de la Pentecôte à tous !
Marc

Printfriendly

Articles les plus consultés