Vittorio Furioso ou un survivaliste en tabarnac

Vittorio Furioso ou un survivaliste québécois en tabarnac


En général et même en particulier, je me fous bien de ce que les gens peuvent penser. Je sais que dans l'écrasante majorité des cas, la plus grande partie de la populace aura des réactions émotives et se positionnera face à un problème en fonction de son émotivité du moment, laquelle mettra à contribution les fabuleuses capacités d'analyse de notre cerveau pour justifier ce qui nous plait ou nous déplait. On aime ou déteste, après, on justifie par des raisons. Un exemple: la "crise des migrants" et le petit garçon mort noyé qui occulte les raisons pour lesquelles son père "migrait", lui qui était établi en Turquie depuis 3 ans bien à l'abri des bombardements et qui traversait pour aller de faire faire les dents gratos dans les pays riches... Dans les faits, c'est lui, le passeur! Eh oui...

Pour ma part, sur des questions futiles, il se peut que je fonctionne à l'occasion de la manière décrite ci-haut. Ce seront sur des sujets comme des séries télé ou des livres que j'aime ou pas (je revisionne toujours les séries que j'ai aimées, je relis aussi plusieurs fois les livres que j'ai aimés). Mais je finis toujours par tout analyser de toutes manières afin d'en dégager le message profond, les valeurs qu'on cherche à transmettre ou à altérer.

Je conçois que tout le monde n'a pas les outils pour agir comme je le fais, ceci dit sans hauteur et sans prétention. Moi, c'est ma Voie, d'autres excellent en mécanique, en peinture, en danse, en littérature et en ingénierie et il faut de tout cela au sein d'une Civilisation qui se respecte.

La disparition du sens profond des choses

Récemment, c'est encore tout chaud dans les nouvelles, Alain Soral a [encore] été condamné à une amende qui, si elle n'est pas payée, se transformera en peine de prison. Le crime? Avoir sollicité des dons pour payer une amende que le généreux et indépendant système judiciaire français lui avait imposé dans une autre affaire! Car c'est criminel de demander au peuple un plébiscite par dons interposés.

Eh bien il se trouve que des gens se réjouissent que des polémistes, que des chercheurs en Histoire, que des professeurs de Lycée qui émettent des opinions politiquement incorrectes (solidement documentées, soit dit en passant) soient tabassés, persécutés judiciairement, tapés au portefeuille pour le seul motif qu'on qualifie leurs idées de « haineuses ».

« J'aime, je soutiens, j'aime pas, je veux sa disparition. Ils se font tabasser dans la rue par des milices communautaires soutenues par l'État? J'applaudis, parce que je ne les aime pas. »

Voilà comment ces gens réagissent.

Ne vous pétez pas les bretelles trop vite

En effet, on trouve exactement le même phénomène dans le milieu survivaliste. Sur mon facebook, je vais parler sans gêne de plein de choses. Les esprits avisés (et/ou ceux qui lisent l'À Propos de ma page) savent que cette page n'est pas le cœur de mon activité de communication survivaliste mais un simple moyen de garder le contact avec mes abonnés et un moyen de communiquer sur d'autres sujets.

Que je dise un mot qui déplaise sur le lobby LGBT ou leur tentative de subversion des valeurs de nos sociétés en imposant leurs valeurs, voilà les protestations, insultes et menaces qui fusent. Car dans l'esprit de beaucoup de gens, y compris les survivalistes, on n'a pas le droit de penser autrement qu'eux pensent.

Il y a même des gens (3 pour être précis) qui un jour m'ont invité à un événements pro-armes où on mettait en vedette Éric Duhaime, qui a travaillé un temps pour la NDI, proche de la NED  de Georges Soros. J'ai carrément refusé étant donné l'odeur de souffre que dégageait ce personnage. Du coup on m'a accusé de ne pas être vraiment un pro-armes. Même invitation pour un événement du parti conservateur, même refus de ma part et mêmes invectives.

J'ai cité un jour le Dr. David Duke et je suis devenu du coup le plus terrible raciste qui soit. 

Je dis, à l'instar de Pierre Hillard, "attention, Poutine n'est pas l'alternative" et je me fais chier dessus car Poutine est le héros du jour pour ceux qui ne savent pas qu'il a derrière lui ses oligarques qui sont en concurrence avec les oligarques occidentaux et que c'est cette concurrence qui peut nous apporter la conflagration mondiale...

Idem pour beaucoup de sujets: alimentation carnée, éducation, islamisation de la société (alors que je crois fermement qu'ils ne sont forts que parce que les citoyens occidentaux sont faibles, sans attaches religieuses et sans croyances en un divin, ils ne croient qu'en l'Homme, ce qui est en fait le fondement de l'idéologie luciférienne). Et je peux dresser une liste qui s'étendrait des pages.

Vous savez quoi? Je considère ces réactions comme étant celles de demeurés ou encore celles de gens intellectuellement immatures ou ignorants. Les mêmes qui sont manipulables et qui crient "Quatre pattes oui! Deux pattes non!" et plus tard, "Deux pattes oui! Quatre pattes non!"; comme dans La Ferme des Animaux de George Orwell.

Une question

Alors je pose une question: pourquoi, oui, pourquoi, faut-ils que les gens que vous suivez soient exactement comme vous? Et quand vous réalisez qu'ils ne sont pas votre portrait-miroir, pourquoi deviennent-ils subitement mauvais?

Vos "convictions" sont-elles si faibles qu'elles ne supportent pas la comparaison? Ou alors votre esprit est-il si influençable que vous craignez d'être un jour affecté par ce que vous avez catégorisé en tant que "haine". Dire une chose ne rend pas la chose réelle...

Personnellement, que j'aie 10,000 abonnés facebook ou 3300 comme aujourd'hui, je m'en bat les couilles. Je n'ai rien à vendre, je ne fais pas de pub et je publie mes articles aujourd'hui comme je publiais mes articles il y a quatre ans et demi, quand je commençais et que je n'avais pas de lecteurs.

Cependant, ça me met en tabarnac de constater tant de barrières mentales qui vous maintiennent esclaves du système que vous affectez de combattre (ça ne s'adresse pas à tous mes lecteurs, vous l'aurez compris). Parce votre sujétion m'assujettit, moi aussi. Quand un groupe d'esclave réclame plus des chaînes, ce ne sont pas que les esclaves qui seront enchaînés, ce sont aussi les hommes libres. Et chacune des idées prêtes à consommer, chacune des idéologies taillées sur mesure pour vos sensibilités, chacune des distinctions que vous faites entre les vertueux et les mauvais, ce sont autant de chaînes que vous réclamez (et obtenez).

Réponse: la pensée vertueuse

Oui, dans le milieu survivaliste on pratique plus qu'amplement la rectitude politique. Je parle de viande, on me suppose un mangeur de viande éthique, que je chasse moi-même et que je ne consomme pas de viande provenant d'élevages industriel, n'est-ce pas? Parce que je suis en vue et que je dois être aussi vertueux que mon lecteur. 

Eh bien non. Je jure, je sacre, je pète et je rote.

La rectitude politique, c'est du marxisme sociétal, c'est la méthode des trotskystes contemporains et elle fonctionne très bien.

"Tu ne fais pas vacciner tes enfants! Mais tu es criminel d'exposer MES enfants trop jeunes pour être vaccinés en ne vaccinant pas les tiens". Ces même demeurés ignorent que lors de la vaccination contre certaines maladies la personne vaccinée peut développer la maladie et peut transmettre le virus en question pendant quelques semaines et ainsi rendre malade ceux qui n'ont pas eu le vaccin. Mais ça c'est un détail factuel avec lequel il ne faut pas déranger les adeptes du Culte du Nombril.

De plus, quand on ne veut pas exposer ses enfants, on les garde à la maison et on ne demande pas aux autres de garder les leurs en isolation pour que nos pauvres petits chéris puissent s'amuser en toute (bien relative) sécurité.

Mais non, ce qui compte, ce ne sont pas les faits démontrés, c'est de croire en sa propre vertu, d'être convaincu de sa supériorité parce qu'on a tel ou tel système de croyances.

Non, les survivalistes ne sont pas à l'abri du politiquement correct et ce faisant, affaiblissent considérablement leur approche au survivalisme. J'en vois à tous les jours. Pire que ça: ils limitent le champ de leur pensée et de là, le degré d'autonomie qu'ils peuvent se donner.

L'autonomie, ça commence dans la tête. Ou ça s'y arrête.

Depuis 10 ans j'ai dû changer mon système de valeurs. J'ai perdu des amis qui ne toléraient pas que je ne pense plus comme eux. C'est le prix à payer pour l'intégrité (attention, je ne dis pas qu'ils ne sont pas intègres, je parle de ma propre intégrité).

À travers mes recherches (quelques heures par jour), j'ai fini par constater des choses et à force d'y réfléchir et de les analyser, de les comprendre et de les remettre en perspective, j'ai du un jour réviser mes croyances et mes valeurs.

C'est ça, l'autonomie. C'est notamment la capacité de prendre de la distance face à nos certitudes, de les mettre à l'épreuve puis de les renforcer par les constats faits ou de les changer si elles ne collent plus à la réalité.

Je ne demande ni n'attend de personne qu'on fasse comme moi. En revanche je sais une chose: on ne devient pas autonome si on ne se donne pas les moyens de l'autonomie. Et on ne se donne pas les moyens de l'autonomie si on ne procède pas à des examens de conscience, de croyances et de valeurs, en procédant aux changements nécessaires lorsque leur nécessité est constatée.

Certains survivalistes ne croient pas à un changement fondamental de paradigme économique et n'envisagent que des crises temporaires. D'autres nous voient revenir à l'Âge de Pierre — et non de l'Âge de Piero ;) — et ma foi, c'est pas plus con comme possibilité, tout dépend des raisons et des motifs derrière la conviction, s'entend. La vérité est que personne n'a de boule de cristal pour lire l'avenir et qu'une préparation en vaut bien une autre, si et seulement si elle est fondée sur une analyse factuelle des causes et conséquences et non seulement une croyance fondée sur un "feeling". Le fameux calendrier maya de 2012, laissez-moi vous dire que c'était une raison insignifiante...

Je ne suis pas un partisan de la Raison comme unique source de compréhension. La Raison a ceci de répréhensible: selon la prémisse utilisée, elle peut conduire aux pires abus, comme le génocide des Vendéens sous la Révolution Française, celui des Ukrainiens et des chrétiens sous la botte des bolchéviques, celui des Arméniens sous la direction des Jeunes Turcs, jeunes turcs qui étaient aussi turc musulmans que les commissaires politiques soviétiques étaient russes de souche, c'est à dire... Enfin...

Rabelais l'avait bien compris: "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme". Ce n'était pas un imbécile, ce Rabelais... Le politiquement correct et ses dérivés, c'est de la "science sans conscience" ou encore, de la pure Raison.

Un dernier mot : la "liberté d'expression"

Des petits activistes viennent souvent sur ma page FB, sur ma chaîne Youtube, sur mon blogue pour "réagir" à des trucs que je publie, de manière souvent agressive et hargneuse. Ces gens là, je les bloque systématiquement.

Ma page, ma chaîne Youtube, mon blogue, n'est pas leur forum. Ce n'est pas un espace pour qu'ils viennent faire leur propagande. Ce n'est pas une agora où on peut venir accuser de tous les maux celui qui l'anime. Je nie à quiconque la liberté d'expression dans ma maison. Ma maison, c'est mon château. Et n'y entrent que ceux qui n'ont pas d'intentions hostiles.

Comme je ris de les voir se réjouir d'avoir été bloqués! Ils pensent qu'ils viennent d'établir la véracité de leurs propos en ayant été censurés mais ces pauvres cloches ne réalisent pas qu'il ne m'a fallu qu'un clic pour contrecarrer leur 5, 10, 15 minutes de rédaction! Qu'ils continuent de croire avoir été bloqués "parce qu'ils ont raison" et non à cause de leur fanatisme, de leurs mauvaises manières ou de leur stupidité.

Pareillement, ceux qui viennent sur ma page à la seule fin de m'insulter et qui jouent les vierges offensées d'avoir été bloqués, ce sont des insignifiants. Ils font leur petit caca nerveux puis passent à autre chose. Idem: je bloque.

Non, la liberté d'expression n'est pas une licence pour dire et faire n'importe quoi. Sur mes espaces, elle est conditionnelle et l'une de ces conditions est de ne pas venir me faire chier. Je n'ai rien contre l'opposition du moment qu'elle est appuyée par des faits et des démonstrations solides. Quand on place comme commentaire un simple "faux", en réponse à mon travail de plusieurs heures, je ris, j'efface et je bloque. Comme si j'allais m'effondrer par un "faux"!

Épilogue

Vous faites ce que vous voulez mais le premier obstacle à vos plans survivalistes, ce sont les prisons mentales que vous avez acceptées voire même que vous vous êtes créées. Vous ne vous sentez pas prisonnier? Va bene! Ce n'est pas une question de ressenti, c'est une question de réalité. 

Vous voulez faire du survivalisme sans armes à feu et en éliminant toute notion de violence, même légitime? Vous êtes en prison mentale. 

Vous voulez faire du survivalisme sans considérer l'élevage d'animaux pour leur travail, leur viande, leur cuir et tous les sous-produits qui ont faits les bases technologiques de l'Occident? Vous êtes aussi en prison mentale. 

Vous voulez faire du survivalisme en obéissant à une idéologie de partage et d'ouverture à tout le monde? Vous êtes encore en prison mentale.

Vous voulez faire du survivalisme en appuyant n'importe quelle cause qui redéfinit l'être humain sur des bases idéologiques? Vous être toujours en prison mentale.

Alors libérez-vous ou préparez-vous à sentir le poids de vos chaînes.

Pour ma part, je vais continuer à élargir les sujets que je traite parce que le survivalisme, c'est pas qu'une question de stocker un mois de bouffe et encore moins de savoir faire un feu avec un firesteel... surtout pas avec un firesteel! Ça c'est du bushcraft, c'est pour s'amuser ou pour le loisir.





Commentaires

Le saint a dit…
C'est tellement vrai, mais les nombris ne comprendront pas, tant pis on s'en fou...lol
Anonyme a dit…
Salut Vic

Le blues en ce moment ???

J'ai relu ton article plusieurs fois afin de ne pas passer à côté.
Dans un premier temps l'affaire du petit garçon retrouvé mort sur une plage, m'a beaucoup ému, 2 minutes...
Il y a forcement dans les infos mainstream ou ceux qui préfère, les infos conforme aux standard de la mode et de la pensée unique, anguille sous roche. Lamentable, même les mamies n'y ont pas cru, bref passons.

Pour ce qui qui de Mr Soral, on aime ou pas mais je crois qu'il faut se donner le temps de l'écouter.
Il y a, à son encontre une véritable chasse aux sorcières et c'est une chance pour Mr Soral, je dis chance parce qu'il est de plus en plus écouté.

Quand dans ton article, tu parles des barrières mentales, qui font que les gens sont zombifiés. J'ai été un zombie et c'est ton blog qui m'a fait connaître, P.Hillard, San Georgio, D.Duke, etc...
Et à chaque article que tu ponds, je me demande toujours qu'est-ce que je vais découvrir. En fin de compte, tu es une de mes chaines info...

Je te souhaite bonne continuation et merci d'être disponible.

Anonyme a dit…
Salut Vic

tu as un lien au sujet du père du petit Aylan, qui voulait rejoindre l'Europe pour des soins dentaire.

Merci
Vic Survivaliste a dit…
"From his hospital bed on Wednesday, Mr. Kurdi told a Syrian radio station that he had worked on construction sites for 50 Turkish lira (roughly $17) a day, but it wasn’t enough to live on. He said they depended on his sister, Tima Kurdi, who lived in Canada, for help paying the rent.

Ms. Kurdi, speaking Thursday in a Vancouver suburb, said that their father, still in Syria, had suggested Abdullah go to Europe to get his damaged teeth fixed and find a way to help his family leave Turkey. She said she began wiring her brother money three weeks ago, in €1,000 ($1,100) amounts, to help pay for the trip.

Shortly after, she said her brother called her and said he wanted to bring his whole family to Europe, as his wife wasn’t able to support their two boys alone in Istanbul."

http://www.wsj.com/articles/image-of-syrian-boy-washed-up-on-beach-hits-hard-1441282847
Anonyme a dit…
Salut

Ça ne colle pas...Si Mr Kurdi était passeur à 1000 ou 2000 euros par personne, il serait étonnant qu'il veuille entrer en Europe pour des soins dentaires.
Au sujet de cette histoire tout le monde raconte un peu n'importe quoi.
Vic Survivaliste a dit…
Ça ne colle pas selon toi, ça ne veut pas dire qu'un homme qui parasite les autres personne n'ait pas envie de parasiter les pays.

L'info vient de sa tante vivant au canada. La même qui a blâmé le canada pour la mort du petit garçon car ça ne serait pas arrivé si le canada avait accepté la demande du père. Authentique.
Anonyme a dit…
Il avait une affaire juteuse, c'est pour ceci que j'écris que l'Europe ne l'intéressait pas. Des gens comme A. Kurdi ont beaucoup d'argent liquide, financièrement, ils ne sont pas pauvre.

Personne n'a fait de demande officiel pour l'entrée de Mr Abdullah Kurdi au Canada, la requête était pour son frère Mohamed qui a été refusé parce qu'incomplète.

Abdullah Kurdi a menti au journal " Die Welt " en disant que le Canada avait refusé son entrée même si cinq familles étaient prêtes à l'aider financièrement.
Marc Desmeuzes a dit…
Totalement d'accord avec toi Vic !
Simplement il faut ne pas trop tenir compte des opinions qui circulent un peu partout. A force on finit malgré tout par repérer des gens intelligents qui apportent un plus, une valeur ajoutée ! Des gens totalement inconnus ...
Pour ce qui est de "jouer avec les émotions" nos dirigeants savent très bien le faire, c'est si facile. C'est plus difficile que d'apprendre à raisonner aux gens qui sont, et c'est bien normal, submergés par l'émotion ...
Le pire c'est que ça commence dès l'école qui n'est plus un lieu de transmission de savoirs mais une "garderie" ou au plus il faut que l'élève apprenne lui-même ou qu'il apprenne en jouant car apprendre car coeur ça risque de les traumatiser ... Je parle surtout de l'école primaire alors que c'est à cet âge que les enfants ont une faculté de mémoriser extraordinaire : je l'ai dit à mon neveu pour ses 8 ans qu'apprendre le plus possible l'orthographe et les mathématiques et le reste, ça lui servira pour plus tard dans la vie même si ça peut paraître barbant sur le moment !!!
On est dans l'inversion totale de tout, alors ... je m'arrête là et je vous dis à tous bon courage car m'est avis que la propagande par l'émotion et le reste ce n'est pas fini ... ! A++ Marc
PS : on pourrait aussi parler de gouverner par le chaos ...
Anonyme a dit…
Je serais plutôt d'un avis différent, c'est-à-dire, tenir compte de toutes les opinions puisque nul ne sait exactement ce qui se passe, nous supposons tout au plus.

Quant à l'école, c'est un sujet assez difficile à aborder, ayant des enfants scolarisés, il y a aujourd'hui du bon et du moins bon.
Vic Survivaliste a dit…
Tenir compte des avis différents n'approche pas pour autant de la vérité. La vérité n'est pas démocratique: elle est ou elle n'est pas, simplement.
Anonyme a dit…
Tout à fait d'accord avec toi, c'est idem quand on ne tient compte que d'une seule.
Je préfère quant à moi, ne tenir compte d'aucun avis et forger ma propre opinion, je crois que c'est un peu ce que tu dis dans te vidéo.

Printfriendly

Articles les plus consultés