Le placard survivaliste

Le placard survivaliste

Vivre dans le placard c'est préparer un placard où on devra s'enfermer le moment venu.

N'en pas sortir, c'est se condamner à ne jamais pouvoir compter sur la force du groupe.

La semaine dernière, dans mon article BitGold: alternative survivaliste à l'argent fiat vous avez pu regarder un entretien que j'ai réalisé avec Martin Prescott de Moneymakeredge.ca et un élément m'avait frappé: les traders étaient beaucoup plus portés à se rencontrer en personne et échanger que les survivalistes qui eux s'enferment volontiers dans l'anonymat et la discrétion. 

En virtuel les survivalistes sont plus actifs: sous différents pseudonymes ils échangent et communiquent superficiellement mais dans la vraie vie, ils s'affichent peu, ce qui est relativement sain et ne tissent que très peu de liens concrets avec d'autres survivalistes. C'est une lacune.

Le lien social

Le lien social dont tout le monde parle ne consiste pas seulement à vivre en bonne entente avec ses voisins. Ça c'est le strict minimum.

Toutefois quand les choses se dégradent et que vos seuls efforts en terme de lien social ont été mis sur des voisins qui ne sont pas préparés, autant dire que vous n'avez pas amélioré votre situation. En effet ces voisins deviennent des demandeurs et vous, le seul pourvoyeur possible des environs...

Tout cela, c'est à défaut d'avoir tenté de rencontrer des survivalistes et d'avoir développé des liens avec eux.

Les craintes

Il est normal de craindre de dévoiler ses préparatifs. Mais voilà, vous n'avez pas à le faire, du moins pas dans un premier temps et même que ce ne sera jamais une obligation puisque vous êtes totalement libre de dire ce que vous voulez.

Pour être au centre de multiples demandes de mise en contact, que je refuse systématiquement pour des raisons de confidentialité de mes connaissances, je peux vous parler de ces craintes.

Elles sont multiples mais elles tournent toujours autour du même axe: se dévoiler à des survivalistes qui viendront ensuite les détrousser de leurs richesses avant la crise ou de leurs réserves une fois la crise arrivée.

Cette crainte est irrationnelle. Oh bien sûr il n'est jamais sage de faire étalage de ses avoirs, c'est même con. Toutefois il y a toujours un moyen terme entre s'enfermer chez soi et tout montrer...

Les survivalistes sont en préparation constante. Qui plus est la majorité d'entre eux ont un permis relatif aux armes à feu, bien difficile à obtenir pour des personnes ayant un passé criminel. Et, ne nous le cachons pas, les survivalistes sont en général conservateurs de pensée et qui dit conservatisme dit respect des valeurs traditionnelles, dont l'honnêteté.

Qui plus est les survivalistes que vous rencontrerez sont animés des mêmes motivations que vous: tisser des liens réellement utiles avec des gens qui auront peu ou prou les mêmes sensibilités préparatoires et des degrés de préparation comparables. 

Les réseaux formels et informels

Je connais insuffisamment la situation européenne pour en parler intelligemment mais je peux vous dire qu'au Québec, les réseaux formels ne servent presque qu'à alimenter Facebook avec des images percutantes de situations impliquant des gens non préparés et avec des pensées certes bien intéressantes mais inutiles car elles prêchent à des convertis.

Côté rencontres en réel, c'est le néant, ou presque.

Et ça, c'est la faute aux survivalistes eux-mêmes qui attendent que les autres fassent quelque chose. Qui attendent que les autres organisent des activités ou des rencontres. Qui attendent d'avoir confiance en un inconnu sans réputation à préserver avant d'aller au devant en personne.

Mes amis, si vous développez une confiance en quelqu'un sans l'avoir rencontré et après quelques échanges virtuels, sans l'avoir étudié pendant des mois, vous avez des problèmes de jugement. Vous serez leurré par n'importe quelle personne le moindrement habile. Dans ces conditions mieux vaut renoncer à toute association avec qui que ce soit et rester dans votre placard.

C'est par la rencontre réelle que vous pourrez jugez plus adéquatement. Mais ça n'arrive pas car vous attendez d'avoir confiance. Cercle vicieux...

Quant aux réseaux informels, non-organisés et développés aux hasards de la vie et de différentes manières, il semble pour le moment qu'ils soient les plus efficaces. Cependant ces réseaux ne se développent pas en suivant une recette et sont souvent redevables à un concours de circonstances et impliquent les bonnes personnes au bon endroit et au bon moment.

Vous n'arriverez jamais à rien si vous ne prenez pas de risques. J'en parle en connaissance de cause puisqu'il y a quelques années j'avais lancé un forum à travers lequel j'ai organisé des rencontres en réel à l'occasion. Une journée nous étions même une vingtaine de personnes à se rencontrer dans un gun show.

Mais voilà, ce n'est pas toujours aux mêmes à faire le boulot. 

La recette

Y'en a pas. C'est une question d'opportunités: les saisir quand elles se présentent, les créer quand vous y êtes prêt.

Par exemple, Martin et moi allons donner une conférence en décembre prochain. Cette conférence s'adresse aux survivalistes et aux investisseurs "contrariens" comme Martin les nomme, aux investisseurs qui sont conscients du mur vers lequel nous nous acheminons et qui s'y préparent.

Voilà une occasion de rencontrer des gens qui pensent et voient comme vous, qui plus est, d'entrer en contact avec des gens qui anticipent aussi des problèmes mais qui se préparent dans la réponse financière plutôt que la réponse matérielle aux crises.

C'est une occasion. Elle est offerte mais il ne faut surtout pas s'arrêter aux occasions offertes: il faut les créer.

À l'époque j'annonçais de temps à autre que j'allais passer la soirée dans un café et que j'étais prêt à rencontrer des survivalistes. Il y avait des gens. Bien sûr je n'avais pas la même audience que maintenant mais même si j'étais peu connu, il y avait des gens présents. 

Libre à vous de créer des occasions similaires ou d'autres différentes, l'important c'est que vous fassiez les efforts nécessaires. Et de ne pas vous décourager: il faut toujours mettre du bois dans le poêle avant qu'il ne commence à produire de la chaleur.

Initiative de quartier

J'en parle dans la vidéo. En ces temps qui se troublent, il n'y a plus beaucoup de temps à perdre. Parallèlement à vos démarches pour développer des liens avec d'autres survivalistes, il ne faut pas négliger la vie. Plus particulièrement, ceux qui vivent dans des régions, des villes ou des quartiers subissant l'invasion de "migrants" devraient aussi organiser leur voisinage ou la surveillance mutuelle de quartier. Ce serait un premier pas et par des démarches remplies de bon sens comme la surveillance mutuelle, vous tomberez fatalement sur des gens plus sensibles à la préparation et vous sensibiliserez les autres.

L'occasion est belle car outre les manifestants payés et les militants aveugles, la majorité de la population se méfie, avec raison, de cette vague organisée de migrants.

Voilà une autre occasion de sortir du placard.



Commentaires

Anonyme a dit…
Salut Vic

Je suis sur un forum ou nous échangeons sur tout et rien mais jamais sur l'idée d'une rencontre.
Nous sommes assez nombreux pour tisser un réseau à travers la France.
Je soumets l'idée et nous verrons ce que cela peut donner, nous verrons alors.
David Gingras a dit…
Vic, tes propos sont toujours inspirants!
Merci pour ta passion et ta générosité!
Ca fait au moins 2 ans que je te suis dans tes capsules et maintenant ma femme aussi est sensibilisé. Fantastique! Notre bungalow de Candiac est à vendre et nous allons nous acheter une maison de campagne avant les fêtes. Nous allons faire une offre sur une résidence de Franklin en Montérégie sur un terrain boisé de 100k pi 2.
J'ai déjà une réserve alimentaire long terme pour 6 mois et mon permit d'arme à feu depuis l'été passé. Je me suis procuré un sks yogo et des munitions de surplus. Je suis très inspirer et je crois que j'ai toujours été survivaliste au fond de moi même. Prochaine étape, améliorer mon autonomie (at large)! Merci Vic!

gingras444@gmail.com
Vic Survivaliste a dit…
Cher David, ça fait plaisir à lire! Maintenant, hop! sur le lien social! :)
Vigrid a dit…
Bonjour @Leblase Liberty, à quel forum fais-tu référence s'il te plaît ?

Vigrid
Salut Vic! Le placard survivaliste, est le choix de mots juste!! J'avoue aborder le sujet survivaliste, avec mes proches, timidement, car les rares fois ou j'en ai parlé, sois de la désinformation, ou de mes réserves... il y a de la moquerie dans l'air, ou il me dise que je m'en fait pour rien, ou d'autre reste polie, mais je sent bien la réticence, ou comme certain me le disent si bien: ''Bon ben on va savoir ou aller si toute pète.'' Ce qui m'irrite un tantinet, car eux ne se prépare pas du tout. Étant un loup solitaire celà me demande beaucoup d'effort pour en parler. Souvent les gens dans la cinquantaine avancé me disent que je pense comme leur parents dans le temps de l'après seconde guerre mondiale. En espèrant ne pas t'avoir faite sentir comme la janette bertrand du survivalisme hahaha en te contant tout ça. Mais oui je vais essayer d'en parler plus!! Merci encore pour tes vidéo et articles, ou merci de nous en parler.
Vic Survivaliste a dit…
Pas de pub pour des forums svp. Si j'en laisse passer une, tous les autres animateurs de forum de 3 à 500 usagers voudront faire connaître leur forum sous différents prétextes plus ou moins pertinents.
Vic Survivaliste a dit…
Ha ha! La Jeanette Bertrand du survivalisme, elle est bonne!
Marc Desmeuzes a dit…
Oui, ne pas négliger le lien social ET avoir l'esprit de discernement !
ben a dit…
Ha ha! La Jeanette Bertrand du survivalisme, elle est bonne!
Nicolas Hayard a dit…
Celui qui veut descrenseignements sur ve qui se passe en Europe.. contactez moi.
Nicolas Hayard (facebook).

Printfriendly

Articles les plus consultés