L'Effondrement global et le survivaliste

L'Effondrement global et le survivaliste

L'Effondrement, tout le monde en parle mais peu de gens en ont connu un. Enfin, oui, les russes post-ère soviétique, sous Eltsine. Les cubains post-ère soviétique aussi. Les allemands en 1945 et les années suivantes. Les grecs aujourd'hui et à quelques reprises dans le passé.

Dans ces cas il s'agit d'effondrements locaux, certes tragiques (surtout celui de l'Allemagne qui n'est pas connu, voire caché) mais localisés dans l'espace et le temps.

Notre époque n'a pas connu d'effondrement majeur généralisé et il faut remonter bien loin dans le passé pour en retrouver un qui ait une portée et une ampleur globale.

Mais d'abord, qu'est-ce qu'un effondrement?

Définitions


  • Fait de s'effondrer ; affaissement brusque du sol ; écroulement, éboulement : L'effondrement d'un pont.
  • Fait d'être détruit, ruiné, abattu complètement ; anéantissement : L'effondrement d'un empire.
  • Chute brutale, perte soudaine de valeur : L'effondrement des cours à la Bourse.

L'effondrement dont nous parlons nous survivalistes, il est protéiforme selon la personne qui en parle.

L'acception plus générale est celle d'un effondrement économique comme en témoignent les ventes de Survivre à l'effondrement économique de Piero San Giorgio.


L'Effondrement économique peut se cantonner à une crise économique majeure ou au contraire affecter l'ensemble de la vie — et de la mort — humaine.

En d'autres termes un effondrement économique peut conduire à un effondrement civilisationnel.

Discerner le bon grain de l'ivraie

Des crises, et l'Effondrement en est une forme ultime, il y en a toujours eu et il y en aura toujours. 

Les crises économiques ou financières sont plus fréquentes dans un système de type capitaliste à la sauce anglo-saxonne que nous connaissons depuis plus de deux siècles en Occident. Même sans capitalisme, les crises se manifestent, quoique moins souvent. Oui, l'Humain a connu son lot de crises économiques et elles seront toujours là dans l'avenir.

Ce qui a changé c'est la fréquence moyenne, l'ampleur et les effets.

Quand on parle d'Effondrement toutefois on parle d'une crise globale, généralisée et qui affectera les fondamentaux d'une civilisation: modes de production, mode de vie, structure sociale, morale publiques, valeurs fondamentales, disponibilité énergétique, disponibilité des ressources et production industrielle.

Ce n'est pas seulement une crise des Subprime comme on a connu en 2008.

Les idées préconçues

L'être humain a cette tendance à toujours penser le pire: c'est le syndrome du "oncques"...

« Oncques la mer &les riuieres ne desbordetent si violemment. »
« Aupres des portes & dedans deux cités. Seront deux fleaux, & oncques n'apperceu un tel, Faim, dedans peste, de fer hors gens boutés »
« Oncques le Soleil ô: la Lune rseclipserent plus apparemment. »
 De nos jours la forme a changée et on emploie plutôt la forme moderne de oncques: « jamais ».

Pour les gens, dans l'espace d'une vie, chacun croit vivre le pire quelque chose imaginable à l'échelle d'une société. C'est normal car les individus sont normalement préoccupés de leur vie et n'ont pas de mémoire transmise du passé.

Alors à chaque crise ils s'exclament que c'est la pire crise en la matière jamais connue. Avec cette vision des choses, ils manqueront fatalement le meilleur: la vraie pire crise globale, inéluctable et qui changera les fondamentaux du monde dans lequel ils vivent.

La barrique d'un seul coup ou le supplice de la goutte?

C'est la réelle question: l'Effondrement sera-t-il soudain et massif ou au contraire lent et imperceptible?

Rien n'arrive jamais sans avoir été en cours de développement pendant un temps.

Bien qu'il soit possible qu'un Effondrement se produise d'un coup et que tous les aspects de l'économie, de la vie publique, de la morale, s'écroulent en l'espace de quelques jours, en pratique c'est très peu probable.

Il est beaucoup plus assuré que l'Effondrement soit un processus long, prenant plusieurs formes et se manifestant à des moments différents selon le domaine qu'on examine. Cela est d'autant plus dangereux que le grand public ne croira qu'à des difficultés momentanées suivant d'autres difficultés momentanées jusqu'à, quelques années plus tard, devoir se rendre à l'évidence: les choses ne sont plus comme avant et ne le seront plus jamais.

Le quartier d'Harlem à NYC a été au XXè siècle tour à tour un des quartiers les plus chics de New York et le pire coupe-gorge. Quand Harlem s'est-il effondré? Nul ne peut le dire avec certitude mais une chose est certaine: un jour tout allait bien et un autre jour, tout était détérioré. Entre les deux, les gens vivaient quand même mais avec des conditions en détérioration imperceptibles d'une année à l'autre.

La France de 2015 compte bien plus de français qui veulent la quitter que la France de 2010, voire 2013 ou 2014. Peut-on dire qu'elle s'est effondrée? Assurément pas. Peut-on dire qu'elle ne s'effondre pas? Non plus.

Dans cette matière, il vaut mieux éviter de chercher LE moment décisif mais plutôt considérer la vue d'ensemble.

Maintenant

Nous sommes en Effondrement, en Occident. Pour le moment nous pouvons continuer à pomper vers nous les richesses de la planète. Plus le temps passera, plus nos fondements craqueront et moins il y aura de richesses disponibles. Alors seulement, le mouvement s'accélérera.

Deux ans? Cinq ans? Dix ans? Vingt ans?



Piero San Giorgio pense que ce sera dans cinq ans au plus, Michel Drac croit lui que cela s'échelonnera sur une vingtaine d'années. Mais une chose est certaine, nous sommes en phase d'Effondrement et si ça commence lentement, cela ne va que s'accélérer, jamais ralentir.

Préparez-vous à cela.




Commentaires

Marie fleur a dit…
Bonjour, premier commentaire sur votre blog, que je lis par bout depuis quelques temps, j'y ai trouvé plusieurs informations utiles. Merci pour l'onglet glossaire, bien pratique pour la compréhension d'une débutante.
Je profite que vous parliez d'un livre pour vous demander si vous connaissez celui-ci,

Manuel de transition, de la dépendance su pétrole à la résilience locale.

de Rob Hopkins

Il ne parle pas de survivalisme et il date un peu, mais le sujet est intéressant, et sonne des cloches sur un avenir plus ou moin loin auquel on peut s'attendre.

Bonne journée!
Vic Survivaliste a dit…
Non je ne connais pas.
Marc Desmeuzes a dit…
Complètement d'accord avec toi Vic ! Bien content aussi que la conférence se soit très bien passées, mais à vrai dire je n'étais pas vraiment inquiet ! Bonne continuation ! Marc.
Anonyme a dit…
- Nous ne sommes pas en "effondrement" car le mot effondrement implique la chute totale et quasi spontanée du système.
Pour être précis, cette crise existe depuis 1973 : la crise pétrolière et l'abandon de la convertibilité.
Cela fait donc 42 ans que le système montre des signes de "fatigue".

- Pour la décroissance c'est pareil ! La décroissance ça n'existe pas, c'est juste de la novlangue. La récession, le pouvoir d'achat en baisse sont des mots bien plus adaptés.

- L'idéal aurait été de conduire nos sociétés vers la croissance dite "zéro". Or, changer de smartphone chaque année est devenu indispensable pour la majorité des gens qui ne sont plus que des consommateurs sans autre valeur que de dépenser de l'argent, de l'argent qu'ils n'ont pas le plus souvent.

- Le tertiaire est devenu la principale ressource alors même que cela est stupide, économiquement parlant.
Mais allez dire aux gens que leur argent devrait suffire à payer leur logement et leur nourriture : vous passerez pour un imbécile. Pourtant les aliments sont avec l'eau l'essence même de la vie.

* Au total : les échanges sont presque à l'arrêt, les productions industrielles ne cessent de baisser (IBM, Caterpillar, Baltic dry, secteur automobile, ...) et l'on continue de croire que le tourisme sauvera tout cela... Fadaises.

- Dans tout ce brouhaha il y aura de la place pour les plus aptes ; les autres disparaitront, ruinés, sans emploi, sans logement, ...
Pour autant, faut-il parler de survivalisme ? Je ne crois pas car l'on peut vivre de nos jours en laissant de côté tous les éléments inutiles de la société de consommation. Revenir à une vie de type "moyen-âge", équilibrée, dense, culturelle et ancrée.

A vous de voir si la vie superficielle et sans intérêt des occidentaux est meilleure à vos yeux.

Bonne transition.
Vic Survivaliste a dit…
"Nous ne sommes pas en "effondrement" car le mot effondrement implique la chute totale et quasi spontanée du système."

Il y a aussi une autre définition au mot "effondrement" et vous semblez la négliger, ce qui est compréhensible car elle ferait, osons le jeu de mot, effondrer votre argumentaire.

"Fait d'être détruit, ruiné, abattu complètement ; anéantissement : L'effondrement d'un empire."

http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/effondrement/27960
ben bushcraft a dit…
Bonjour, premier commentaire sur votre blog, que je lis par bout depuis quelques temps, j'y ai trouvé plusieurs informations utiles. Merci pour l'onglet glossaire, bien pratique pour la compréhension d'une débutante.
Je profite que vous parliez d'un livre pour vous demander si vous connaissez celui-ci,

Manuel de transition, de la dépendance su pétrole à la résilience locale.

de Rob Hopkins

Il ne parle pas de survivalisme et il date un peu, mais le sujet est intéressant, et sonne des cloches sur un avenir plus ou moin loin auquel on peut s'attendre.

Bonne journée!
Vic Survivaliste a dit…
New100bugs, vous confondez effondrement et croissance/décroissance économique. Dans un autre commentaire vous disiez:

«Je viens de découvrir ce site et je n'ai pas encore eu le temps de l'explorer mais je pense avoir compris en quoi consiste le "survivalisme" et j'aimerais y apporter un bref commentaire.»

J'ai toujours été fasciné par ceux qui avaient une opinion sur tout, il leur suffisait qu'ils tombent sur un sujet nouveau et les voilà parti avec de grandes analyses intello-subjectives et détachées des faits, sur les grands enjeux que sont le sort de l'Espèce.

Ce n'est pas en survolant un ou deux articles sur un sujet qu'on développer une connaissance intime du même sujet.

C'est votre 3e commentaire en quelques heures, le même jour où vous découvrez mes articles, et que je sache, on ne devient pas expert d'une chose en quelques heures.

P.S. les survivalistes ne combattent pas l'Effondrement, ils s'y préparent. Nuance importante.


Printfriendly

Articles les plus consultés