Cinq ans [Hors Série]

Cinq ans
[Hors Série]



Demain cela fera 5 ans que je me lançais bien naïvement dans la rédaction de mon blogue. 

Je n'avais à l'époque aucune intention de faire des vidéos pour la bonne raison qu'à ce moment, je n'avais pas encore retrouvé la voix, perdue 14 ans plus tôt. Ceux qui me connaissent savent que ma voix n'était qu'un petit filet de sons bien faibles. La science médicale n'a jamais pu faire quoi que ce soit pour moi pendant les 15 années de ma dysphonie — notez que je ne condamne pas le monde médical au motif qu'une fois dans ma vie, il n'a pas su me traiter.

Ma première apparition sur Youtube: les munitions.
Plein de défauts, dont le son. Ça s'est amélioré depuis. Un peu ;)
Mais j'ai pu me guérir après avoir découvert l'argent colloïdal — grâce à mes recherches d'autonomie médicale effectuées dans le cadre de mes démarches survivalistes.

Vous me demandez alors si j'y crois, au survivalisme? Bien sûr: parce que c'est en quelque sorte le survivalisme qui m'a rendu ma voix.

Mon approche


À travers les années, mon approche a évoluée. Cela est dû à ma personnalité et au contexte mais aussi à l'évolution de ma perception des besoins, les miens comme ceux de mes lecteurs.

Personnalité: je suis hyper-critique de moi-même. Pas que j'aie un complexe, j'ai plutôt une éthique qui, dans certaines circonstances, m'empêche de m'exprimer sur des sujets ou des questions sur lesquels je n'estime pas avoir une connaissance suffisante quand il est question d'affirmer.

Contexte: croyez-le ou non mais à l'époque, lorsque j'ai débuté mon blogue, je ne connaissais que quelques sites US, même pas survivalistes mais qui parlaient de sujets connexes et je ne connaissais pas les blogueurs.


Opération Mylar

Cela est tout à fait normal dans mon cas puisque fidèle à moi-même et aux recommandations de Marc Bloch lors de son allocution aux finissants en Histoire, pour écrire sur le survivalisme, il faut se tenir loin du survivalisme. Si je veux parler d'antibiotiques, je vais auprès des pharmaciens et des médecins ainsi que sur les sites spécialisés qui en parlent, pas auprès d'autres survivalistes qui ont repris leurs informations chez d'autres survivalistes...

Bref ce n'est qu'après quelques mois que j'ai découvert par hasard le travail de Vol West et sur le coup, j'ai jugé mon boulot inutile. Je n'aime pas la répétition et je cède volontiers la place si j'estime qu'une personne fera un meilleur boulot que moi ou si le boulot a déjà été fait.


Image tirée d'une de mes introductions vidéos
J'ai quand même rapidement réalisé que nous n'abordions pas la question depuis les mêmes angles, les mêmes biais et la même méthode, bien que la destination soit essentiellement la même: le développement de l'autonomie et de la capacité de résilience. En fait je n'ai trouvé personne qui avait la même approche que moi. C'était donc un go pour continuer.

J'ai de plus constaté, à travers le forum que j'avais lancé (et que j'ai abandonné depuis), les autres forums, les intervention publique des gens, les commentaires sur mon blogue et les courriels nombreux que je recevais, que si les lecteurs percevaient que leurs besoins étaient de se faire présenter — et d'acheter — du matériel, en réalité leurs besoins réels se situaient ailleurs. Alors j'ai décidé de continuer et de poursuivre dans mon approche fondée sur l'essence des choses.


Dans cette vidéo j'expliquais, dans le cadre de la crise ukrainienne,
qu'on était loin de la guerre entre les USA et la Russie car malgré
que les USA dépensent 50% des budgets militaires, ils n'ont ont pas
beaucoup pour leur argent et n'ont pas la suprématie contre les Russes.

Avec les années il est devenu clair que mon approche ne se fonde pas sur le PPDM (plus petit dénominateur commun) et que par conséquent elle rejoint un public plus, disons, sélectif, qui ne se contente pas de suivre mais qui cherche aussi à comprendre. C'est tout à votre honneur, mes amis.

Évolution


Comme mentionné plus haut, j'avance toujours avec circonspection sur les sujets que je traite, d'autant plus que je m'attaque parfois à des trucs plutôt vastes que je relie au survivalisme: ingénierie sociale, mondialisme, géostratégie, mentalités, macro-économie.

Oh bien sûr les "puristes" (vous savez, ceux qui pensent que le survivalisme c'est du bushcraft ou de la survie en forêt et ceux qui considèrent que si on ne parle pas de matériel, on fait du blabla) y voient de la politique (rouge-brun de préférence) ou me prêtent toutes sortes d'intentions qui ne sont jamais nobles ni conformes aux miennes, vous vous en doutez.

Mais avec les années, j'ai pris ce virage, gagné que j'étais par l'assurance et la certitude de maîtriser mes sujets et seulement après les avoir laissés maturer un peu.

Les étiquettes


Dès que j'ai commencé à être un peu connu, les étiquettes ont fusées, dont celle de gourou (qu'on ne me lance plus depuis 2 ans alors que je rejoins trois fois plus de gens depuis). On m'a accusé de toutes sortes d'intentions, dont celles de vouloir faire de l'argent. C'est sale l'argent. Tellement sale que les gens en veulent toujours plus pour eux et se gardent bien d'en donner s'ils ne sont pas obligés de le faire, par charité chrétienne je suppose. C'est ça, la grandeur d'âme :).

Notre premier poisson d'avril à Piero et moi: les Bug Out Tanks.
Ce que nous nous sommes marrés!

À ce propos, si je compile les dépenses reliées à mon activité publique et les revenus que j'en ai tiré, je suis encore en déficit... Difficile à croire, hein? Et pourtant.

J'ai reçu quelques dons en cinq ans, dons faits par des personnes reconnaissantes de ce que je leur ai apporté. Ils totalisent... 243$ CAD. Les revenus Youtube sont sous la barre des 1000$ et tendent vers le zéro depuis que Youtube a changé sa politique et démonétise les vidéos "sensibles" et croyez-moi, Youtube a la peau très sensible! Cette démonétisation survient toujours quatre à six jours après la sortie d'une vidéo, période pendant laquelle Youtube diffuse des pubs. Comme la monétisation est retirée, les revenus de pub le sont aussi. Pour le youtubeur, pas pour Youtube...

Curieusement, on ne m'accuse plus de fascisme et d'antisémitisme, plus beaucoup en tout cas. Depuis que j'ai commencé à m'en foutre publiquement, elles ont cessées. Preuve que c'est uniquement un moyen d'intimider les gens et que le jour où on montre qu'elles ne nous font aucun effet, ça cesse...

Évidemment, j'ai mes détracteurs. Cela va des français « cocorico » qui ne supportent pas qu'un étranger au langage bizarre (celui de leurs ancêtres, soit dit en passant) parle de la France jusqu'aux individus qui se sentent, à tort ou à raison, visés par mes propos, en passant par ceux qui sont résolus à y voir des offenses délibérées alors qu'il n'y en a pas.

Mais je m'en tape. Non, plus précisément, ça ne m'affecte pas mais j'aime bien les lire car je m'en sers aux fins d'études sociologiques et caractérielles. Les plus pathétiques sont ceux qui se croient exceptionnels et qui réalisent qu'ils ne le sont pas à mes yeux, ou encore qui sont déçus de mon manque d'intérêt face à l'idée d'avoir de nouveaux amis, eux en l’occurrence. Généralement, ils ont le comportement d'amoureux éconduits: l'encensoir au début, le sentiment de rejet quand ils réalisent que leur investissement affectif n'est pas réciproque, les pires injures dans les deux semaines qui suivent.

J'en ai un en tête qui a fait ma psychanalyse en ligne sur la base de mes vidéos, jugeant de ma manière d'interagir et de percevoir les gens par ma posture dans mes vidéos! Drôle! Quand on sait que quand je fais mes vidéos, je parle à une caméra, souvent tard en soirée, je l'ai trouvé pas mal ferré pour un psychanalyste (éconduit) amateur! ;) Évidemment, il n'y a vu que ce qu'il voulait voir.

Évidemment, il y a aussi tout le cortège des vertueux gauchistes bien pensants, eux et les SJW (les Social Justice Warriors) ils ne se lassent jamais. Pourtant quand je croise le fer avec eux, ils refusent toujours le combat quand il est temps de parler de réalité, de faits concrets, de moyennes, d'études et de normes sociales. Ils sont toujours dans le subjectif, dans les principes et dans les exceptions. On fait difficilement une règle générale à partir d'une exception. Mais eux, ils le font.

L'inénarrable TrigglyPuff, hégérie des SJW

Bref, j'aime bien, c'est enrichissant, de moins en moins car les détracteurs manquent d'originalité mais je finis toujours par tomber sur une perle, un jour ou l'autre. :)

Avenir


Voilà plus d'un an que je suis sur un bouquin qui n'avance pas et j'ai compris pourquoi. J'en mets trop dans mon blogue de sorte que j'ai une désagréable impression de redite lorsque j'écris, alors je n'écris pas ou que trop lentement. J'ai commencé à changer un peu mon approche de manière à continuer de donner du matériel original dans mon blogue mais sans trop m'étendre, ce que je faisais avant.

Mon académie de survivalisme n'est pas active, pour trois raisons: 1) j'ai peu de possibilité de fixer des dates de disponibilité longtemps d'avance; 2) je n'ai pas les ressources matérielles qui me permettraient de faire exactement ce que je crois essentiel en terme de formation; 3) je vis mal avec l'idée que sur 15 inscriptions, 8 ne se présenteront pas le jour venu pour cause de grippe, grippe qui a toujours le mauvais goût de survenir à ce moment et massivement. Or, j'ai des frais que je dois rencontrer. Je ne veux pas non plus accepter deux fois plus de gens que je n'ai la capacité de recevoir en me disant que seulement la moitié viendra car... si cette fois-là tous venaient? Je ne pourrai dès lors plus livrer ce que j'ai promis avec la qualité que j'ai promise.

Conférence « Le guerrier dans l'ombre », déc. 2015,
avec Martin Prescott

Maintenant, je n'organise plus de groupes, je laisse aux gens qui ont vraiment de l'intérêt le soin d'organiser les groupes. C'est dommage car ces rencontres sont d'excellentes occasions de se lier entre survivalistes et c'est un des besoins les plus difficiles à combler si j'en juge par le nombre de questions que je reçois là dessus chaque mois.

Je fais de la consultation individuelle ou familiale car c'est plus gratifiant, dans la mesure où je n'ai pas à démarcher les gens. Mais voilà, si les gens n'hésitent pas à dépenser 3000 ou 4000$ pour un « VTT d'évacuation » et s'ils sont prêts à acheter du matériel qu'ils croient indispensables (qui a aussi comme particularité d'être supercool) au détriment de ce qui est réellement critique, en revanche, payer pour ce qu'ils considèrent être du blabla qui leur fait sauver des milliers de dollars et surtout, qui les aligne réellement sur la bonne voie en les sortant de leurs erreurs, ça ils ne sont pas prêts. Mais ceux qui sont prêts à prendre ce recul, ce qu'ils sont allumés et ce qu'ils se préparent bien!

Ultimement, le cœur de mon activité, l'essence de ma présence publique, c'est d'une part augmenter le nombre de gens qui se préparent, d'autre part leur fournir des pistes sur la nature de leur préparation. Le reste ne sert qu'à compenser mes frais et si j'avais de l'extra, réaliser des projets survivalistes d'intérêt public. Je le fais par mon blogue, ma chaîne Youtube, par les formations que je donne et les consultations que je réalise.

J'aurais un tas de projets d'intérêt public, c'est à dire "bloguables" et "youtubables" (excusez les néologismes) mais qui ont l'inconvénient de consommer des ressources et de l'argent: mes ressources et mon argent. Comme je suis en déficit (tel que mentionné plus haut) en regard des mes activités de blogueur, vous comprendrez que je ne suis pas chaud à l'idée de dépenser de cet argent si ça ne sert pas la préparation de ma famille.

Pourtant ça serait extraordinaire: visite de villages qui vivent principalement avec une technologie 19e siècle, entretien avec de miliciens US, patrouille avec eux et observation de leurs activités, visites de maisons "survivalisées" en région, visite et  à l'étranger, etc.


Extrait de vidéo sur l'évacuation, tournée en roulant
vers un village éloigné des centres


Mais voilà, je ne suis pas millionnaire. Too bad. Je laisse tout ça à Piero, le multimilliardaire du livre sur le survivalisme, qui touche 5000 euros pour chaque copie vendue de "Survivre à l'effondrement économique"! ;) Piero qui, soit dit en passant et sérieusement ce coup-ci, fait un sacré bon travail dans ses livres et ses vidéos d'entretien avec des personnes aussi intéressantes les unes que les autres.

Une chose est quasi-assurée, je ne ferai pas un autre cinq ans de blogue. Je n'en suis pas encore arrivé à épuiser tous les thèmes et à me contraindre à faire des variations sur des thèmes déjà abordés et je trouverais vraiment ennuyeux de faire cela. Déjà que je trouve que je suis devenu au fil du temps de plus en plus un divertissement pour beaucoup de gens au lieu d'être une ressource incitant à l'autonomie et à la préparation, s'il fallait en plus que je radote, j'y perdrais tout intérêt. Et vous aussi.

De plus, ça me prend énormément de temps et je prévois que dans les prochaines années, je devrai consacrer beaucoup plus de temps à ma préparation et beaucoup moins à celle des autres. C'est comme ça... Dit crument: les autres ne font rien pour ma préparation, je ne leur dois donc rien.

Ce qui est assuré, c'est qu'une fois qu'on sera dans la panade, mon rôle sera ou bien à redéfinir, ou bien, plus probablement, s'éteindra.

Et vous?


Vous lecteurs jouez un rôle essentiel dans mon activité. Certains aimeraient s'impliquer davantage, par exemple en republiant mes articles ou mes statuts Facebook mais leur contexte professionnel ne leur permet pas. J'ai en tête notamment une personne qui travaille dans le milieu de la finance et qui a reçu des commentaires réprobateurs après avoir relayé quelque chose venant de moi. Je comprends et sachez que tous ceux qui sont dans cette situation ont mon respect.

D'autres constituent une source d'information de première main absolument indispensable. J'ai à l'occasion des informations privilégiées et confidentielles grâce à mon lectorat et 95% du temps, je ne l'utilise pas directement, même si j'en ai la permission, de peur de causer des problèmes à mes sources. Mais sachez, vous qui m'informez, que cette information est précieuse car elle me permet de m'orienter dans certains dossiers et d'arriver à en parler sur la base d'informations publiques.

Vous jouez, enfin, pourriez jouer un rôle essentiel dans la préparation de vos proches en relayant mes billets, mes vidéos et mes statuts facebook auprès de votre entourage. Le survivalisme, ça cesse d'être une secte aux yeux des « normaux » le jour où ils réalisent que c'est essentiellement une question de bon sens, de la saine prévoyance et surtout qu'il y a besoin de se préparer aux ratés du Système qui surviendront de plus en plus souvent et de plus en plus intensément.

Ce changement de perception chez vos proches, il ne peut venir que de vous.

Ma motivation à la base, je la résume toujours ainsi: le jour où mon voisin de gauche, de droite, d'en avant et d'en arrière seront survivalistes, je serai rassuré car aucune situation ne pourra détruire notre cohésion sociale ni ne provoquera de chaos. C'est aussi valable pour vous.

Alors, si vous êtes prêts à vous passer de revues de couteaux ou de firesteels, je vous invite à poursuivre cette aventure avec moi, le temps qu'elle durera encore.

Merci beaucoup pour votre appui.

J'aimerais terminer en exprimant ma reconnaissance et mon amitié à quelques personnes publiques que j'ai rencontrées dans les cinq dernières années grâce aux activités reliées à mon blogue et qui ont laissées chez moi une empreinte indélébile, par ordre chronologique: Piero San Giorgio, Alain Soral, Marion Sigault, Pierre Hillard, Richard Le Hir et Martin Prescott. Et toute ma reconnaissance et mon amitié à E., que mon blogue m'a permis de connaître dès le tout début de cette aventure et qui est devenu avec le temps un ami précieux.



Commentaires

dominique baba a dit…
bonsoir Vic,

je tenais à te remercier pour tout ce que tu nous fait partager, chaque lecture est un véritable moment de plaisir. Ne change rien . Cordialement
Joel Deplanque a dit…
Merci Vic,

Je n'aurai pas l'outrecuidance d'oser m'affirmer survivaliste pur et dur, genre à partir en jungle avec un couteau suisse et un brin de persil pour me retrouver une semaine plus tard à la tête d'un supermarché chlorophyllien.
Pour autant vu l'expérience que j'ai de la forêt amazonienne je me suis permis de dire à un supérieur uniquement hiérarchique fraichement débarqué et totalement ignorant de ce milieu naturel que largué en forêt, il y crèverait de faim pendant que j'y ferais du cholestérol. Je te laisse imaginer la vive allégresse qui a suivi cette déclaration rodomontade. La scène se passait loin de tout climatiseur, sur le grand Inini, à environ une grosse semaine de pirogue de Saint-Laurent du Maroni en Guyane.

Tout ça pour dire que pour faire un bilan de ses aptitudes à survivre en cas de crise grave, il convient je crois de dresser un tableau un peu comme pour une démarche commerciale :
- Ses points forts, personnels et du groupe.
- Ses points faibles, personnels et du groupe.
- La concurrence et ses potentiels.

En fonction de cela et de nombreux autres critères, déterminer dans quel milieu naturel et social la mise en application de ces aptitudes sera supposée se révéler salutaire et la plus simple (!) à mettre en œuvre. En ce qui me concerne, je me suis longtemps questionné entre le Québec (il ne faut pas trop s'éloigner de la 148 pour trouver des coins tranquilles) et la forêt amazonienne. Le dernier trappeur ou Tarzan, tel était mon choix. Au final, j'ai opté pour ce dernier, mais très "relooké" disons en petit gentleman farmer version Amérique du sud.

Évidemment, ce sera la démarche de toute personne intéressée de gré ou de force par le sujet.
Je me suis posé pour base de raisonnement le rejet de toute zone à forte densité de population offrant par définition la même densité de prédateurs. Choix d'un milieu humain pas encore pollué par la société de consommation.
Possibilité d’autosuffisance alimentaire et plus.
Pas de frais annexes (chauffage, énergie).
Etc.
Et me voilà en Bolivie...
Sera-ce suffisant ? Hé hé...

Je crois que chacun confrontera son profil avec ce qu'il pourra trouver notamment sur Internet. Il ne devra au final compter que sur lui, une bonne préparation psychique et matérielle. Une bonne lecture du prévisionnel politique l'incitera à prendre ses précautions à l'avance. Les questions résolues ne sont plus à régler.
Joel Deplanque a dit…
Un ami Français établi au Chili m'expliquait connaitre une personne qui - juste avait la seconde guerre mondiale - avait cherché une destination tranquille et sécuritaire. Cet ami me racontait que le gars en question avait fait tourné maintes fois le globe terrestre, analysé une foule de scenarii, étudié des montagnes de cartes, fouillé les données météorologiques, suivi des tracés de frontières, calculé des plans d'autonomie vachement pointus, établi une rafale de prévisionnels tous plus précis les uns que les autres.
Bref, au bout d'une foultitude de raisonnements absolument incontestables, car fruits d'une expertise indiscutable, son idée était faite, sa décision prise, irrévocable, empreinte d'une certitude ne souffrant aucune critique. Il avait éliminé le pire, fait le bon choix.
C'est ainsi que juste avant la seconde guerre mondiale, notre gars s'établit, rassuré, confiant et béat de sérénité à... Guadalcanal...
J'ignore s'il s'est plaint du bruit ou pas.
Comme quoi rien n'est simple et le mieux est parfois l'ennemi du bien, non ?
Anonyme a dit…
Salut

Bon anniversaire au blog
Marc Desmeuzes a dit…
Merci infiniment Vic pour tous le travail colossal que tu fais depuis 5 ans !!!
Tu as tout mon soutien depuis la région parisienne !!!

Bien amicalement +++

Marc.
Anonyme a dit…
bonsoir de france, Vic, je vous ai découvert il y a peu et j'apprécie vos textes, vos analyses, vos vidéo...vous êtes posé, vous évaluez bien les choses à mon avis ( ou disons que votre avis recoupe le mien à peu prés , ;-))) )et vous travaillez rudement vos textes, vos expériences...
un grand bravo. ( et oui, vous n'avez rien à voir avec Wolwest ou Piero san giorgio )
anne
Verbo Lyriko a dit…
Bien le bonjour et un grand merci pour votre blog.

Vous parlez des bienfaits de l'argent coloidale mais connaissez vous le plasma quinton ?
Si je vous demande c'est parce que je souhaite commencer une thérapie.

Sinon je trouve vraiment irrésponsable de confirmer un RDV et de ne pas venir, à cause de quelques uns, tout est gaché.

Il est important de faire des rencontres entre gens sensibilisé.

Si vous pouvez n'ésitez pas à balancer des infos sensible, on attend que ça, d'être informé sans filtre. ;-)

Rappelons qu'il est impotant aussi de soutenir ceux qui agissent.
en relayant les infos ou encore financièrement...

Perso j'aime ce que vous faites car au dela du domaine ''preppers'' vous ne vous réjouissez pas d'une prochaine guerre civil comme sur certains site survivaliste que je ne nommerai pas.
Vous épprouvez du respect pour tout le monde en ne faisant pas de difference entre ''d'origine étrangère'' et ''européen de souche'' comme sur certains sites que je ne nommerai pas.
Helas beaucoup de survivalistes en France n'attendent que la guerre civil pour tirer sur tout ce qui ressemble à un étranger, ils font des stocks de munitions pour tirer sur les ''basanés'' et cela me met mal à l'aise cette psychopathie qui se répand.
Certains survivalistes bien connu surfent sur cette vague en disant que le moment venu ils auront le droit d'éliminer tout ceux qui ne leur ressemblent pas physiquement.
C'est trés grave à mon sens de laisser ce genre d'idées se répandre.

Bref merci pour tout

Printfriendly

Articles les plus consultés