Le survivaliste et les précautions contre les incendies

 Le survivaliste et les précautions contre les incendies



Le feu est nécessaire à la vie humaine et s'il nous permet de nous établir sous des climats très froids et de manger des aliments qui autrement seraient peu ou pas digestibles en revanche il peut détruire nos biens et de là, la partie matérielle de notre préparation. C'est sans compter le plus important: les menaces à la vie.

À travers l'Histoire, des incendies tristement célèbres ont ravagés des villes d'importance. On pense au Grand Incendie de Rome en 64 ap. J-C. mais aussi à celui de San Francisco en 1906 causé par un séisme. Montréal a connu aussi ses grands incendies en 1734 et 1852. Parlons aussi du Week-End Rouge quand 25 incendies d'importance ont causés des dommages majeurs par suite d'une grève des policiers et pompiers.


San-Francisco, CA, 1906


La constante: chaque incendie majeur commence d'abord par un simple petit feu incontrôlé.

Parfois, l'incendie n'affecte qu'une maison, qu'un immeuble. Plus rarement, c'est un quartier ou même une ville qui y passe.

Pour nous, qui visons l'autonomie et qui envisageons des environnement dans lesquels les structures et les services qui nous protègent ne seront plus en mesure d'accomplir leur rôle, un moment où les sociétés d'assurance seront insolvables, l'incendie de notre maison peut ruiner tous nos préparatifs.

Le feu est sérieux. Encore plus quand on en dépend pour l'essentiel.

Nous ne pouvons pas empêcher une ville de brûler, spécialement si elle est bombardée ou en proie à des émeutes. En revanche nous pouvons éviter un sinistre en faisant ce qu'il se doit.


Dresde, 1945, après le bombardement criminel
des anglo-américains

Pour faire face au feu, il n'y a pas trente-six approches, il n'y en a que deux: la prévention et la lutte quand c'est encore possible.

Théorie


Il faut avoir conscience du fait que le feu résulte de trois facteurs qui doivent être réunis:

  • Un combustible
  • De l'oxygène
  • De la chaleur 

Toute matière n'est pas combustible mais tout combustible peut prendre feu. 

Contrairement à l'opinion courante, ce n'est pas la présence d'une flamme qui fait prendre feu, c'est la chaleur. Ainsi le papier s'enflammera lorsqu'il atteint 170 à 270 degrés Celcius, selon qu'il est comprimé ou non, humide ou non et selon sa composition. L'huile végétale elle s'enflamme à 350 degrés Celcius environ.

Il n'y a donc pas besoin de flamme pour allumer un incendie, la chaleur suffit...

Les classes de feux


Les feux se répartissent en plusieurs classes, selon leur nature et la matière incendiée. Je donne ici la classification nord-américaine, vous pourrez trouver la classification européenne sur Internet.

  • Classe A - Feux secs (ex. bois, papier)
  • Classe B - Feux liquides (ex. essence, paraffine) et feux gazeux (ex. butane, propane)
  • Classe C - Appareils électriques sous tension
  • Classe D - Feux de métaux 
  • Classe K - Feux d'huile et de graisse sur cuisinière

Il existe toutes sortes de moyens différents pour éteindre des incendies mais évidemment, ceux qui nous intéressent sont ceux qui sont à notre portée et qui ne nécessitent pas d'équipements de type industriel.

Les extincteurs sont classés selon le type de feu qu'ils peuvent combattre efficacement. Ces classes sont invariablement marquées sur chaque extincteur.

Contrairement à l'idée généralement répandue, on n'éteint pas tous les feux avec de l'eau. L'eau n'est utilisable qu'avec des feux secs (Classe A).

Pour le reste on doit utiliser des extincteurs de la classe appropriée.

Un feu de Classe X doit être éteint avec un extincteur de Classe similaire.

Il est critique de comprendre cela car en utilisant la mauvaise classe d'extincteur, on peut soit le propager, soit se mettre en danger.

Comme le feu et l'eau


Cette expression, "comme le feu et l'eau", est vraie uniquement pour les feux de Classe A, c'est à dire de combustible solide comme le bois ou le papier ou les tissus.

Pour le reste, on doit disposer d'extincteurs spécialisés de type "ABC" ou "AC" ou "BC". Outre le feu de Classe A (feu de matériaux secs), les autres feux les plus susceptibles de se déclarer dans une maison sont les feux de cuisson (huile) ou électriques.

Lutte à l'incendie naissant


J'insiste sur "naissant". Un incendie naissant est une flamme qui brûle dans une matière qui n'était pas destinée à être brûlée là où elle se trouve ou pas destinée à être brûlée tout court, et qui ne s'est pas propagée à d'autres objets ou alors très peu.

Dans ces conditions il convient de déployer prestement les bonnes mesures. Toute pièce où on fait brûler du combustible ou cuire des aliments devrait être équipée d'un extincteur ou de moyens appropriés de lutte contre le feu.

Rappelons nous: il faut à un feu du combustible, de l'oxygène et de la chaleur. En privant le feu d'une de ces trois conditions sine qua non, on le tue net.

On agira fera diminuer la température de l'objet qui brûle en l'aspergeant de tout ce qui peut refroidir l'objet enflammé ou le priver de son oxygène.

Si le feu n'est pas contrôlé rapidement, s'il se propage après que vous ayez commencé à l'éteindre, s'il se propage malgré vos tentatives d'extinction, si vous êtes incommodé par la fumée ou les gaz de combustion, ÉVACUEZ et appelez les pompiers.

Veille d'incendie


Après l'extinction d'un feu naissant, on doit rester sur place et surveiller l'emplacement longtemps après l'extinction. Longtemps, c'est parfois plusieurs heures.

Dans les cas de feux d'origine électrique ou de feux liquides hors-casserole, vous devez impérativement prévenir les pompiers après l'extinction du feu afin qu'ils inspectent les lieux ou à tout le moins vous conseillent sur la marche à suivre. Parfois le feu liquide s'est infiltré dans le plancher ou les murs et le feu d'origine électrique peut avoir fait chauffer les fils voire même avoir provoqué la fonte de l'isolant du câblage à l'intérieur des murs.

Précautions


Des précautions simples diminuent voire annulent les risques de sinistre.

  • Jamais une flamme nue ne doit être déplacée ou placée à proximité d'un objet inflammable, d'un carburant ou d'un combustible.
  • Jamais une source de grande chaleur ne doit être placée à proximité d'un objet inflammable, d'un carburant ou d'un combustible.
  • Si on choisit de s'éclairer à la flamme lorsque l'électricité n'est plus distribuée, les risques d'incendies s'accroissent considérablement car nous serons déstabilisés par la vie sans électricité et nous pouvons commettre plus facilement des erreurs de manipulation des éclairages par manque de familiarité, inattention ou jugement erroné. Des précautions supplémentaires sont de rigueur.
  • Ne laissez jamais de jeunes enfants utiliser seuls des éclairage à combustible ou des éclairage produisant une grande chaleur.

Il faut porter une attention particulière aux éclairages à carburant liquide car ils peuvent couler, suinter ou être renversés et si certains liquides s'enflamment mal sans mèche, d'autres ne demandent que ça (kérosène).

La fumée


Il n'existe aucun moyen naturel de se protéger de la fumée, sinon de respirer là où elle ne se trouve pas. La fumée montre vers le plafond, il faudra donc ramper au sol en présence de fumée.

Les respirateurs à filtres usuels ne filtrent PAS la fumée. Il faut pour cela un respirateur autonome alimenté en air par une bouteille ou un respirateur spécialement conçu pour filtrer la fumée. Ce genre d'équipement ne se trouve pas normalement dans une maison.

Le masque anti-fumée procure 60 min de filtration de la fumée d'incendie.
C'est un équipement spécialisé. Notez qu'il ne procure pas d'oxygène.

Équipements

Dans la cuisine: un extincteur de Classe BC et/ou du bicarbonate de soude. Comme précaution utile: ayez toujours à portée de main un couvercle ajusté à la casserole que vous utilisez: en le remettant en place vous bloquez l'arrivée d'oxygène donc vous tuez l'incendie naissant.

Dans l'atelier: un extincteur de Classe ABC.

Dans la chambre à coucher: un extincteur de Classe AC de grande capacité afin de vous frayer un chemin vers les chambres des enfants.

Note: les extincteurs ABC conviennent à toutes les pièces de la maison.

De plus, prévoyez un moyen de casser les vitres pour évacuer par les fenêtres, comme une hache, une hachette ou un pied de biche assez long et d'un bon poids. Note: quand vous brisez une vitre, mettez-vous en hauteur et frappez tout en haut, vous diminuerez les risques de coupures. Attention aux éclats de verre dans les yeux.
Si vous vivez à l'étage, munissez vous aussi d'une échelle de corde ou d'une corde solide qui offre une bonne prise en main et prévoyez d'avance le moyen de la fixer solidement, c'est à dire de savoir faire un nœud solide et de la fixer sur un objet qui supportera le poids d'un adulte transportant un jeune enfant.

Vigilance


Le feu est un élément imprévisible. Il apparait sans qu'on s'y attende, très souvent à la suite d'une imprudence. Il peut rester circonscrit ou au contraire se propager très rapidement. Dans nos sociétés, des maisons et des biens brûlent certes mais ces incendies sont très rarement une menace majeure pour une ville comme dans le passé.

Que notre réalité soit dégradée par une crise importante ou un Effondrement et les conséquences des incendies prennent une toute autre ampleur.

Nous ne devrions pas négliger la protection contre les incendies même si notre contexte actuel les maintient rares et sans grande ampleur. Cela peut changer.

Commentaires

Joel Deplanque a dit…
C'est vrai qu'en situation d'autarcie, si tout crame on est mal, plus mal qu'en ville... De là un autre avantage d'une BAD en climat tropical ! Construction en briques et béton, toiture en tôles antithermiques. Pas vitres, mais des moustiquaires métalliques assurant une bonne ventilation.
Ensuite, les précautions pour limiter les risques d'incendie sont réduites. Dans un premier temps tu n'as aucun appareil de chauffage. Les seuls trucs à protéger sont la réserve de carburant ainsi que les environs du four à bois, barbecue et plancha. Il suffit de stocker les containers de carburant dans un périmètre fermé en briques avec un second pour le groupe électrogène. La disposition de la zone four/barbecue/plancha par rapport à ladite réserve de carburant est évidemment étudiée en fonction des impératifs élémentaires de sécurité, notamment en termes de distances.
Il faudra aussi veiller à ne pas laisser la cuve de réserve d'eau située en hauteur en-dessous de 50% de sa capacité. Maintenir les environs sans herbes sèches ou autres combustibles et veiller à éteindre tout feu de four, barbecue une fois les préparations terminées..
Mais le risque zéro n'existe pas. Exemple le coup classique se produisant en cuisine et consistant à arroser d'eau une poêle à frire dont l'huile vient de s'enflammer. Bonjour les dégâts...
Anonyme a dit…
Grand feu du Saguenay–Lac-Saint-Jean 1870.

Résilience populaire. Une belle leçon que cette histoire. Bien au delà de la préparation...
Marc Desmeuzes a dit…
Merci encore une fois Vic au grand coeur ! Je la fais passer comme souvent ! On ne dit pas assez que les accidents domestiques sont souvent les plus nombreux, pour les enfants et ça arrive bêtement. A++ Marc.

Printfriendly

Articles les plus consultés