Entretien survivaliste avec Julie Texane sur l'actualité US

Entretien survivaliste avec Julie Texane sur l'actualité US




Entretien d'une heure vingt avec Julie Texane qui nous parle des récents événements de Dallas (assassinat de policiers), de l'élection présidentielle US, des relations raciales, de BLM, de l'éducation et d'autres sujets reliés.

Julie Texane est une canadienne-française du Québec qui a fait le choix d'aller vivre au Texas il y a 13 ans. Elle est survivaliste, libertarienne et a beaucoup d'expérience comme communicatrice à titre de chroniqueuse au Prince Arthur Herald ainsi qu'à la radio. Elle a notamment co-animé Deux filles en liberté, une émission de radio à laquelle j'ai eu le plaisir d'être invité pour commenter l'Affaire Bundy Ranch.



Commentaires

Joel Deplanque a dit…
Bonjour tout le monde !

Il me semble que l'humanisme dont fait preuve Julie TEXANE confine à une sorte d'angélisme sous-jacent. Je m'explique...
Ayant passé un peu plus de 20 ans au sein d'une société composé d'environ 90% de "noirs la plupart assistés" en Guyane française, là où la paix sociale est achetée à n'importe quel prix de façon à ce que les fusées décollent sans turbulences, j'ai constaté à de nombreuses reprises le repli communautaire systématique.
- Qu'un policier blanc verbalise un intouchable créole et c'est le rassemblement ethnique devant la gendarmerie !
- Qu'un "black" soit jugé au tribunal de Cayenne et c'est rassemblement ethnique devant le bâtiment de ce tribunal !
- Obama élu président des USA ? La Guyane noire danse de joie !
- Un blanc élu maire de Kourou ? Grosses manifestations dans la ville de la base spatiale ! On fait de nouvelles élections et un noir est élu. Le calme revient.
- Que Mme Taubira ministre de la justice commette n'importe quelle bourde ? Pas grave ! Elle sait pouvoir compter sur le soutien massif de ses "semblables".
- Etc.
Bref, le repli ou la solidarité ethnique est un réflexe mécanique survenant en première instance et devançant toute analyse des événements. Et encore, lorsque analyse il y a... Si les terroristes frappant la France ou l'Allemagne étaient Suédois, nous en voudrions aux blonds aux yeux bleus.
Le comportement personnel jouera beaucoup, surtout lorsque les conflits éventuels ne sont pas d'un niveau tel que des camps monochromes d'irréductibles se soient constitués suite à un puissant manichéisme. Les propos ci-dessus ne constituent pas une règle absolue : en Guyane, ce sont les blancs qui m'ont le plus tiré dans les pattes. Surtout ces braves enseignants de gauche (désolé pour le pléonasme...) sans doute jaloux de voir un facho pâlichon comme moi avoir plein d'amis noirs... Peut-être qu'au fond des méandres de leurs raisonnements, inconsciemment ou non, considéraient-ils que je trahissais une solidarité ethnique qu'ils niaient par ailleurs ? J'en doute, car il n'existe pas de "ligue des blancs" constituée, contrairement à la "ligue des noirs".

Autre forme d'angélisme, cette intervention sur la femme tabassant son gamin. En général les noirs sont bien plus durs que les blancs sur cette question. J'ai souvent vu des gamins black se faire cogner à coups de poing ou de trique pour un oui pour un non. En Afrique, quand un flic ordonne à une foule de reculer, l'ordre est suivi de coups de bâton sans ménagement. La culture est totalement différente. Je ne suis pas un bourreau d'enfants, mais ne pense pas que nous soyons fondés à donner des leçons en la matière. Je jugerai donc totalement malvenue toute intervention de quelque partisan de l'enfant-roi que ce soit (du type de celle évoquée par Julie). On pourra causer de cette question quand les peuples de vaillants guerriers moralisateurs et autres gendarmes du monde que nous sommes seront capables de se faire obéir par des gamins en culottes courtes... Ceci peut expliquer en partie le fait que les Africains jugent majoritairement les blancs ridicules.
Verbo Lyriko a dit…
C'est une belle interview, et aussi une belle interviewé ;-)

ça serait mon rêve de partir dans un pays un peu moins frileux au niveau de la défense personnelle et où on peut avoir des valeurs traditionnelles sans être mal vu par son entourage comme les laique intégriste qu'on a ici en France.
Vive le Texas ! Merci beaucoup à Julie !

Printfriendly

Articles les plus consultés