Les Cassandre ou l'interminable imminence de la 3e guerre mondiale

 Les Cassandre: l'interminable imminence de la 3e guerre mondiale



Ça me lasse d'entendre toutes ces Cassandre qui clament depuis plusieurs années que la guerre mondiale est imminente.

Mettons les choses au point et rien de mieux pour ce faire que de les mettre en perspective.

Guerre et guerre mondiale


On ne déclare pas la guerre mondiale. On déclare la guerre tout court — ou pas, les déclarations de guerre sont passées de mode, spécialement quand les objectifs peuvent être détruits moins de trente minutes après le début des hostilités. 

Une guerre mondiale est une des évolutions possible d'un conflit entre deux parties. Par le jeu des alliances ou des intérêts du moment, la guerre devient "mondiale" quand toutes ou presque toutes les régions de la planète sont un théâtre d'opération où des combats sont susceptibles de se dérouler et qu'une bonne partie pays qui s'y trouvent sont des belligérants.

Tiens? Et si aujourd'hui on faisait la guerre?


Non, dans la vraie vie, ça ne se passe pas comme ça. 

Les deux derniers conflits mondiaux — on peut parler au total de trois si on y inclut la vraie première guerre mondiale: la Guerre de Sept Ans (1756-1763) — ont tous deux commencés quelques années avant le premier coup de feu.

Et ça commence toujours de la même manière: concurrence commerciale et idéologique puis rivalités, puis différents, puis conflits et enfin guerre.

Les préparatifs d'une guerre commencent aux stades du différent ou du conflit, quand il apparait manifeste que le litige ne se réglera pas dans les missions diplomatiques mais par la continuation de la politique d'une manière différente, comme le dirait Von Clausewitz.

Carl Von Clausevitz 1780-1831

Dès lors les États s'arment: ils produisent des équipements militaires et des munitions, ils forment des régiments ou les amènent à leur pleine dotation, ils ressortent des plans de conversion industrielle, ils sécurisent leurs lignes approvisionnements et de logistique, ils accélèrent le développement des armes nouvelles ou lancent de nouveaux programmes de recherche en technologie militaire, et ils commencent à stocker du pétrole et des matières dites stratégiques. Tout cela demande des années de planification et de préparation.

C'est comme ça que se prépare une guerre, ni avant car il est trop tôt, ni après car il est trop tard.

Dès 1935-36 on s'agitait dans les capitales européennes et on commençait sinon à s'armer, du moins à en discuter. Idem dès 1910. Il n'y aurait pas de guerre mondiale sans une soigneuse et rigoureuse préparation chez toutes les parties, autrement ça ne s'appellerait pas une guerre mais une invasion et ça durerait quelques jours ou quelques semaines, par quatre à sept ans.

Alors, on se réarme présentement?


Pour le moment, ce qu'on voit, c'est le réarmement de la Russie qui, disons le clairement, partait de loin suite à l'effondrement de l'Union Soviétique. Rien d'inquiétant, surtout que la Russie ne développe pas réellement de capacités de projection de forces, donc ne vise pas l'attaque des USA ni de ses alliés. À l'heure actuelle, la Russie aurait probablement les moyens d'attaquer les pays de l'OTAN et de conquérir l'Europe mais les USA seraient une toute autre noix à croquer. Et les russes le savent.

La Chine par contre se réarme mais différemment. Il ne s'agit pas seulement d'une très nécessaire mise à jour de son arsenal mais bien d'une réarmement assorti d'un changement de vocation avec le développement de capacités importantes de projection de force. Ce pays veut retrouver son statut impérial et il s'en donne les moyens.

Les américains, les occidentaux en général, sont plutôt en décroissance militaire. L'armée de terre US est en constante réduction d'effectifs, l'armée de l'air US doit maintenir en état de vol des appareils périmés car elle ne peut plus les remplacer à cause des coûts du dindon volant qu'est le F-35 et la Navy, bien qu'elle touche du nouveau matériel, n'est pas aussi puissante qu'elle en a l'air car le nouveau matériel (porte-avion et destroyers furtifs) n'est pas réellement au point.

Côté européen, c'est pire. L'armée de l'air allemande était jusqu'à récemment très peu opérationnelle et le reste des forces armées des pays européens n'est pas en mesure de combattre sérieusement ou longtemps dans un conflit conventionnel généralisé.

En résumé:

  • On ne se prépare pas à une guerre chez l'OTAN
    • Les USA réduisent leurs effectifs terrestres
    • L'Air Force a des frais de maintenance grandissants à cause l'achat des F35 et une disponibilité réduite des appareils
    • La Navy a de nouveaux navires peu au point
    • L'Europe est en réduction d'effectifs et de budgets
  • La Russie met à jour ses capacités militaires mais ne développe pas de grandes capacités de projection et 
  • Seule la Chine développe une force armée capable de se projeter — les américains ayant déjà de telles capacités militaires — mais il s'en faut de plusieurs années avant qu'elle ne soit opérationnelle.

On ne planifie donc pas déclencher volontairement une guerre entre puissances majeures dans un horizon de deux à quatre ans. Chez les Puissances, on doit s'imaginer être capable de parvenir à ses fins autrement.

Zbigniew Brzezinski 




Zbigniew Brzezinski, le théoricien de la doctrine américaine d'empire global, a émis récemment un bémol sur cette approche, considérant que l'occasion pour les USA de dominer le monde était maintenant manquée:

« The first of these verities is that the United States is still the world’s politically, economically, and militarily most powerful entity but, given complex geopolitical shifts in regional balances, it is no longer the globally imperial power. »
Traduction libre: « La première de ces vérités est que les États-Unis est toujours la plus puissante entité politique, économique et militaire mais, compte tenu des changements géopolitiques dans les équilibres régionaux, il n'est plus la puissance impériale globale. »
(les caractères gras sont de moi)

Dans cette optique, le « plan Brzezinski » est, de l'aveu même de son auteur, maintenant irréalisable et condamné à l'échec. Il se peut que des gens, dans l'État Profond US, croient qu'il soit encore possible de le réaliser et de ce fait continuent de l'appliquer.

Il se peut aussi que ce même État Profond ait accordé foi aux conclusions récentes de Brzezinski ou ait déjà pris consciente de cette déchéance avant cette sortie et qu'il soit en désarroi, ne poursuivant la politique initiée auparavant que parce qu'il n'en a pas d'autre pour le moment.

Il est cependant plus probable que deux visions de la destinée de la « US Corporation » coexistent dans l'État Profond: celle du Grand Échiquier et celle du Post-Grand-Échiquier et si c'est le cas, la bataille électorale présidentielle actuelle entre Donald Trump et Hillary Clinton serait la parfaite incarnation de ce conflit de visions, au point même d'envisager qu'ils soient les poulains respectifs de chacun des camps, Clinton du Grand Échiquier contre Trump du Post-Grand-Échiquier.

À la lumière des affaires des courriels de Clinton et la subite volte-face du FBI qui a rouvert très récemment l'enquête sur la candidate démocrate, il se peut que nous assistions présentement, en cette fin de campagne présidentielle US, à un affrontement entre deux visions coexistantes au sein de l'État Profond, via des proxy que seraient les candidats à la présidence.

Ce sera la guerre un jour mais pas aujourd'hui


Pour dire le vrai, la guerre est déjà commencée. En fait elle n'a jamais cessée. Seulement, elle n'est plus froide, elle s'est tiédie. La guerre « chaude », totale,  c'est pour demain mais pas demain matin, plutôt demain soir ou même après-demain.

Entendons-nous bien: dire que les USA déclencheront la guerre, ce n'est pas faire preuve de voyance. Si nous considérons toute la durée de l'existence des USA, ce pays a été plus que la moitié du temps en guerre et c'étaient très rarement des guerres défensives. Cela fait partie de la logique interne de la USA Corporation que d'appuyer le commerce par la force armée.

Les USA ont donc toujours fait la guerre et feront encore la guerre. La question, c'est de savoir s'ils feront une guerre majeure qui affectera toute la planète.

Selon beaucoup d'analystes, la réponse est oui. Pour le moment ils ne s'y préparent pas mais un jour, ils la feront.

Oui, les USA et leurs féaux déploient des troupes en bordure de la Russie. Oui, la Russie répond par un exercice de guerre nucléaire impliquant 40 millions de russes. Il s'agit plutôt de gesticulations sans grandes conséquences:

— « J'approche mes tanks de chez vous. Ça en jette hein? ». 
— « Ah ouais? Je ne peux pas approcher mes tanks de tes frontières mais que dis-tu de ça?  Exercice à super-grande échelle de frappe (et contre-frappe) nucléaire. Ouhouhouuuuu! Dans tes dents! »

Ce n'est rien de plus et rien de moins.
En attendant, rien n'exclut qu'un incident survienne, incident qui peut dégénérer et escalader, tant en Syrie qu'aux frontières de la Russie. On a vécu un tel incident en 2013 quand les forces navales russes ont abattus deux missiles de croisière US en Méditerranée, en direction de la Syrie. Les américains ont compris alors que s'ils s'obstinaient, ils risquaient d'y perdre leur flotte et leur aviation embarquée, et plus grave, la face et leur prestige. Ils se sont donc retirés.

Que faire avec les Cassandre?


Si j'ai un conseil à donner aux gens qui sont inquiets des prédictions alarmistes des Cassandre: assurez-vous de comprendre une situation donnée dans sa globalité, en tenant compte des réalités concrètes, des capacités réelles des États, de leurs préparatifs et des enjeux géostratégiques.

Ainsi, vous verrez que c'est beaucoup, beaucoup plus compliqué que ça, une guerre mondiale. Il ne suffit pas de twitter un entrefilet sur des déplacements de troupes en le titrant:

"Boom! On prépare la guerre!"

Encore faut-il savoir analyser les tendances lourdes et celles-ci ne sont pas perceptibles sans une connaissance approfondie du sujet. Ceci étant dit, même un analyste peut se tromper. Peut-être prépare-t-on une guerre nucléaire de première frappe, auquel cas la montée en force des pays et de leurs armées est inutile? Quoiqu'il en soit, si on se prépare à la guerre, on n'a aucun signe de préparation de guerre conventionnelle.

On ne peut pas voir le vent. En revanche on peut voir ses effets sur ce qui nous entoure. C'est pareil pour la décision de faire la guerre: on ne peut pas la voir mais on peut en percevoir les signes et les manifestations. Et, mes amis, on n'en est pas encore là.

L'OTAN joue un jeu risqué et dangereux et les risques de dérapage et d'escalade sont présents mais il n'y a pas d'intention de guerre totale pour demain et sauf accident, pas avant quelques années.

En attendant, continuez votre préparation et développez votre autonomie.




Commentaires

Joel Deplanque a dit…
Bonjour Vic,

Je pense et j'espère que tu as raison.
Pour autant, il sera difficile de nier les prémisses d'un conflit de grande ampleur dont la chute de l'économie sera le déclencheur. Cf, livre de Piero San Giorgio, Pierre Jovanovic et - dusse ma modestie en souffrir - mon dernier livre. Plus bien d'autres que je ne saurais qualifier de Cassandre.
Il n'est pas impossible qu'un évènement imprévu en soit le déclencheur soudain, surtout dans un contexte où les yankees et l'OTAN ne cessent de provoquer la Russie.

Piero expose fort à propos le caractère mondial de plusieurs éléments :
- Épuisement des énergies fossiles.
- Dettes de niveaux colossaux.
- Terrorisme.
- Dédollarisation.
- Etc.
Cet aspect mondial de chaque problématique est une première dans l'histoire de l'humanité. Le conflit mondial à venir sera sans doute d'intensité proportionnelle à la somme des éléments évoqués.
Les confits régionaux, encouragés, financés, appuyés par Pierre, Paul ou Jacques peuvent déraper et s'étendre à chaque instant. Faute de disposer de mobile crédible, il est toujours possible d'en créer (11/09) et/ou de pratiquer des attaques sous faux drapeaux, d'encourager des rivalités (sunnites/chiites; chrétiens/musulmans) et de les exploiter afin de susciter le chaos.
La WW3 aura lieu et je suis persuadé que nous en consommons actuellement les premiers amuse-gueules. La bouteille d'apéro nous pétera inéluctablement à la gueule. Quand ? Aucune idée.
Piero vient même de sortir un livre sur le comment survivre à un conflit nucléaire. Pas très optimiste tout ça...
En attendant d'être atomisé, ce breuvage étant introuvable en Bolivie, je me suis préparé quatre litres d'Amer Picon maison, ce qui améliore grandement la bière. Ça aussi c'est de bonne guerre... LOL.
Vic Survivaliste a dit…
Non mais tu comprends que ceux qui annoncent la guerre mondiale imminente depuis 20 ans, ne font pas preuve d'un grand succès dans leurs prévisions, ce sont des émotifs ou des démagogues, la réalité est bien plus complexe qu'une photo d'un convoi de tanks qui reviennent de manoeuvre dans le Mid-West US et qui retourne à leurs bases normales...
Fred Deion a dit…
Merci pour ce très bon article, auquel j'adhère.
Vu que les Etats-nations poursuivront leur déclin, les guerres futures seront de moins en moins des affrontements entre armées conventionnelles, mais entre forces gouvernementales d'une part et ennemis non-étatiques d'autre part.
On assistera de plus en plus à des conflits asymétriques (comme c'est le cas depuis 1945 avec des guerres civiles ou de décolonisation sous forme de guérillas), de basse intensité (low tech-low cost) qui se déroulent à l'intérieur même des sociétés (terrorisme), ou entre des protagonistes informels (groupes armés, seigneurs de guerre, mafias, gangs et narco-guérillas).
Fred Deion
Joel Deplanque a dit…
C'est évident.
La complexité "saute aux yeux" ! En Syrie et Irak, c'est un beau boxon avec tout le monde contre tout le monde ou presque. Comme on dit dans mon Limousin natal "Une truie n'y retrouverait pas ses porcelets".
Les conflits entre alliés interposés augurent à peu près des forces en présence. L’œuvre de déstabilisation du Moyen-Orient préfigure la volonté de domination mondiale des impérialistes yankees. Le maintien à flot de la monnaie criminelle nommée dollar passe par la case guerres. Ils ne sont pourtant pas à l'abri d'une guerre civile chez eux via un large conflit inter-ethnique qui pourrait cristalliser quelque énergie belliqueuse.

Au fait, quand je disais dans mon message précédent "Je pense et j'espère que tu as raison", c'était non pas pour souhaiter la WW3, mais relativement au délai de déclenchement assez long dudit conflit, ce qui laisse tout de même et sans trop y croire le temps et l'espoir d'un règlement pacifique. Mais avec l'autre hystérique de Clinton, no chance...

Pendant ce temps, les Français chassent le pokémon et continuent d'écoper le Titanic. Soyons donc optimistes !
Anonyme a dit…
Salut

Finance et financier se portent bien pourquoi une 3WW ? Il n'y a plus de véritable armée capable et comme dit l'article...à moins de la préparer...et la préparer veut dire des jours heureux, c'est du boulot pour tout le monde.
En France pour changer un process sur une ligne de montage automobile, peut prendre 2 ou 3 ans.
Le déclenchement nucléaire est bien plus probable et à mon avis moins onéreux en préparation.
La Chine impliquée au plus haut point dans l'économie Américaine, ils n'ont peut-être pas trop envie de se battre, mise à part qu'ils ont les moyens de s'armer, ont-ils un commandement à la hauteur d'une guerre de grande envergure, les Chinois sont au courant que le reste du monde n'est pas le Tibet.
Bon billet Vic.
Joel Deplanque a dit…
Dan, je ne pense pas que la finance se porte bien, même si certaines banques ont engrangé des profits records.
La dédollarisation généralisée risque de signer la fin des USA en plein déclin, menacés par une guerre civile.
Le dollar a déjà perdu 98% de sa valeur en quelques décennies. Il ne tient que grâce aux conflits à droite à gauche.
Saddam combattait les islamistes ? Éliminé !
De même pour Kadhafi qui de surcroit, voulait une monnaie nouvelle contre son pétrole ? Éliminé !
Le shah d'Iran souhaitait un pays vivant à l'occidentale ? Il lui a été balancé Khomeini dans les pattes...
DSK souhaitait une monnaie composée d'un tiers de dollar, un autre d'euro, et un dernier tiers de yuan. Il aura gagné la turlutte la plus chère de l’histoire...
L'Europe caniche des USA... (Sarkozy surnommé l'Américain, Hollande et ses 4% d'opinions favorable qui prétend punir la Russie... Il faut oser !)
Et maintenant, la Syrie, dernier verrou sur la route de l'Iran... Mais là, il y a Poutine et les Chinois...
Et je ne me fais pas de souci quant à la capacité de commandement des Chinois !
De toute façon, le point de rupture sera le moment où l'équilibre de la terreur sera rompu. On assiste au déclin des USA et à la montée ou remontée en puissance de la Chine et des Russes. Fatalement, un jour les courbes se croiseront.
Crise financière, guerre civile aux USA et l'Uncle Sam se casse la gueule. Un truc que je cite parfois : la faille de San Andreas qui fait des siennes et c'est le big bang. Un simple gros caprice de mère nature peut mettre les USA à genoux. Ce n'est qu'un colosse aux pieds d'argile.
Je serai bien plus OK avec toi sur la possibilité d'un conflit nucléaire. On commence d'ailleurs à préparer les esprits en racontant que l'on peut dans certaines conditions, y survivre. Alors, pourquoi s'en priver ?
Voila pour mon avis de Café du Commerce...
Actuellement + 35 Celsius dans le bureau...
Marc Desmeuzes a dit…
Je sors de ma tanière.
Ce qui est à mon sens le plus probable (j'allais écrire certain) c'est le développement d'un CHAOS généralisé et pas seulement en France mais un peu partout dans le monde. La notion de Bien commun se perd c'est le moins que l'on puisse dire et même la morale personnelle au sein de la famille vole en éclat avec la destruction voulue par nos zélites de toute notion de famille. Tout cela sert l'oligarchie mondialiste : c'est voulu pour pouvoir par la suite imposer sa "religion mondialiste" (car pour moi c'est plus qu'une idéologie, c'est une "religion satanique") avec une dictature mondiale (gouvernement mondial, etc ...).
A suivre ...
Merci à Vic pour ses articles et vidéos hebdomadaires ainsi que les commentaires de Joel Deplanque que j'apprécie pour son éternel bon sens !
Joel Deplanque a dit…
Évident !
On crée ou on laisse se créer le chaos tout en l'organisant et in fine on dégaine le sauveur mondial providentiel comme le pigeon du chapeau du magicien... Ça rejoint tout-à-fait les thèses de manipulation des masses chères à Noam Chomsky.
Le chaos régnant dans les "psychologies" ou plus largement au plan moral sera le pire de tous et le plus efficace, puisqu'il débouchera inéluctablement sur de graves conséquences matérielles. La "libération" de la femme, le bouleversement de l'emploi avec la mobilité et l'expatriation accrues sont aussi quelques éléments pouvant fragiliser la famille. Dans tous les cas un couple uni sera plus armé face aux aléas du quotidien que la famille "tuyau de poêle" partant en brioche dans tous les coins. Il est d'ailleurs très symptomatique que l'essentiel des attaques porte sur la famille.
Il y a aussi le travail de sape effectué sur les traditions, les spécificités culturelles régionales que le système s'efforce de gommer en exploitant les rivalités et en essayant d'introduire des folklores allogènes. Je prendrai l'exemple des corridas. Le système utilise la rivalité existant entre les Catalans et les autres Espagnols. Il y ajoute la sensiblerie et l'émotionnel, mettant en avant les souffrances de l'animal, etc. Évidemment, ce genre de discours fonctionne. Quand je dis à ces mêmes Catalans que leur coutume de la (délicieuse) cargolade, consistant à faire griller vivants des escargots sur la braise après les avoir faits dégorger dans du sel est aussi un acte de torture, c'est le silence radio. Que serait l’Espagne sans ses corridas ? Ils vont les remplacer par quoi ? Halloween ?
Imaginons un instant que d'autres illuminés ouvrent toute grande leur boite à conneries et lancent une opération médiatique contre le sirop d'érable ! C'est qu'un érable "est un être vivant, poussant dans des conditions difficiles et auquel on vient voler le sang printanier en le perçant sauvagement... Etc.". En termes de connerie, je crois que tout est possible et que le secteur n'a pas fini de se perfectionner et de nous en distiller des pas tristes.
Bref, dans un contexte de dégradation globale touchant jusqu'à la famille, la résistance sera avant tout individuelle avant d'être collective. C'est dans ce cadre que la nécessité du lien social évoquée par Vic et Piero prend tout son sens.
Surtout si dans quelque cerveau réac venait à germer l’idée d'une nouvelle recette, telle qu'un T-Bone de toro au sirop d'érable... Un concentré de souffrances servi sur un plateau ! LOL !
PS : merci Marc pour ton message. Je contesterai néanmoins l'aspect éternel de mon bon sens. D’ailleurs il m'arrive même de dérailler en route. Si si...
Bsr,
En ce qui concerne la France, une guerre civile court, à doigts d'éclater:
-la sur-fiscalisation car l'etat socialiste à la recherche illégale de toute rentrée d'argent écrase le peuple d'impôts & de taxes

-l'accueil imposé par les socialopes de migrants/envahisseurs sollicitant logements & aides sociales coûte aux contribuables et à leurs descendants puisque la dette causée par cette invasion est & sera phénoménale (1migrant =1480€/mois)
même les sdf ont été mis & laissés dans la rue aux béfices des migrants sans compter que dans ceux-ci des taupes de Daesh doivent s'y trouver avec le risque d'attentats élevé.

-la police part en guerre contre cet état qui pense à sauver son cul plutôt que de s'occuper de ses citoyens

-des gaspillages et dilapidations de l'argent des contribuables sont même plus dissimulés par ces politocards privilégiés et incompétents surs d'être intouchables.

-l'islamisation écrasante du pays et ses moultes exactions

-la racaille des cités narguent les policiers, les blessent et rien ne bouge.Relachés par la justice, ils continuent leurs trafics divers.

-les journalopes préférant se taire et/ou dissimulant les viols, vols, exactions de la population musulmane/migrante afin de conserver leurs avantages fiscaux(l'exemple d'E.Plenel avec son ardoise fiscale effacée mettant à profit son journal pour embellir une gauche moribonde et incompétente!

-l'élection présidentielle de 2017 va perdurer dans la descente aux enfers car on ne peut prétendre résoudre les problêmes avec (toujours les mêmes)ceux qui les ont causés depuis 40ans!

Tout les ingédients sont présents pour constituer l'explosif manque plus que le détonateur.

Printfriendly

Articles les plus consultés