Question d'un survivaliste sur les produits cosmétiques

Question d'un survivaliste sur les produits cosmétiques

 

 

Je termine le mois d'avril loin des élections présidentielles françaises et de tous les grands sujets pour revenir vers du terre à terre, du concret, avec la question d'un de mes donateurs sur Tipeee.


« Ma question : que penses-tu des réserves "stratégiques" du genre cosmétique comme le maquillage, les déodorants,.. pour faire du troc en cas de crise ? »

Ma réponse


« Réserve stratégique » est un terme qu'on utilise pour désigner les réserves de pétrole de pays généralement importateurs de pétrole.

Elles servent une fin: permettre au pays de continuer à fonctionner pendant un certain temps — le temps d'attaquer, soumettre et occuper un pays producteur de pétrole... ^^

À moins d'être un comédien, une péripatéticienne ou encore un drag queen qui entend poursuivre ses activités après un effondrement, le terme de « réserve stratégique » pour le maquillage, les déodos et cie n'est pas applicable.

Par contre l'idée n'est pas mauvaise du tout, même qu'elle a ses mérites.

Rappelez-vous mon billet Survivalisme en zone de conflit dans lequel je mentionnais justement:

  • Mesdames, ne vous maquillez plus progressivement, au même rythme d'épuisement du maquillage des femmes de votre environnement. Le maquillage est un luxe et qui peut se payer du luxe peut se payer de la nourriture.

  • Idem pour les désodorisants: quand les gens commencent à sentir la transpiration, faites comme eux.

Tout cela est valable en période de grave crise, quand la situation ne s'est pas encore stabilisée et que tout est en suspend, comme dans une zone de conflit par exemple.

On peut même envisager le maquillage comme moyen d'être perçu volontairement comme étant en mauvaise santé, histoire de ne pas attirer l'attention d'autrui sur nos approvisionnements alimentaires qui sont plus abondants que pour le reste de la population.

Toutefois, les choses finissent toujours par se tasser: tout le monde s'adapte à la nouvelle réalité et finissent par la considérer normale, les jeunes gens tombent amoureux, se marient, ont des enfants, les femmes veulent avoir l'air belles et en santé, les jeunes hommes veulent impressionner les jeunes femmes en faisant toutes sortes de folies stupides mais qui leur procurent un statut, le reste à l'avenant.

Dans un contexte de stabilité en situation dégradée, les produits cosmétiques vaudront probablement leur pesant d'or puisqu'il est à parier que les approvisionnements seront limités et que l'essentiel sera produit avant le superflu — les cosmétiques.



Comme les cosmétiques utilisent beaucoup de matières premières différentes et que certaines seront difficiles à obtenir, on peut raisonnablement envisager que leur production sera lente à redémarrer, peu abondante et très chère.

Peu importe la réalité, il y aura toujours une clientèle pour des produits de luxe même si hier ces produits n'étaient que de simples commodités. Si en temps normal les marques de la richesse sont les sacs à main de grands designers, les bijoux de prix et les voitures de luxe, en réalité dégradée ces marques se tourneront vers ce qui est rare et cher parmi ce qui sera disponible. Les cosmétiques en feront probablement partie après l'épuisement des abondants stocks.

Alors dans ce contexte, stocker pour vendre est probablement une bonne initiative, à ceci près que c'est tout de même spéculatif et qu'il vaut mieux se préparer correctement avant de stocker des produits d'hygiène et de maquillage, d'autant plus que beaucoup se détériorent avec le temps.

Le stockage préventif


De manière générale, le stockage de produits à commercer d'une manière ou d'une autre — par échange, troc, vente — ne sert qu'à accumuler de la valeur qui sera utilisée plus tard afin de se procurer des produits dont nous ne disposerons assurément pas le moment venu.

La règle de bon sens en cette matière consiste donc à stocker tout ce qu'on peut pour maximiser notre autonomie plutôt que stocker une abondance de biens particuliers à échanger plus tard dans l'espoir de se procurer ce qu'on aurait pu engranger avant.

Par contre, dans le cas des cosmétiques, on peut parler d'un type de produits qui aura son utilité.


Faites-le vous-même


Que ce soit à titre de réserve stratégique ou pour faire commerce en réalité dégradée, ile st possible de fabriquer des cosmétiques-maison pour peu qu'on dispose des ingrédients de base ou qu'on sache se les procurer.

Quelques exemples:





Rappelons que les composants de base d'un produit sont généralement plus stables quand ils sont stockés séparément que quand ils sont pré-mélangés. Pour stocker, les cosmétiques fait maison sont plus durables quand leurs composants ne sont pas mélangés.

Rajoutons que certains composants ne se conservent pas longtemps, surtout quand il est question de gras animal. Dans ces conditions, si vous voulez faire commerce de cosmétiques en réalité dégradée et que vous vous y connaissez déjà dans leur fabrication, cela pourrait devenir une occupation qui vous permettrait de subvenir à vos besoins ou à défaut, d'arrondir vos fins de mois.


Une vérité peu discutée


On n'aime pas y réfléchir mais il faut le dire: en période de difficultés économiques ou politiques ou sécuritaires, beaucoup de femmes, en fait un pourcentage significatif de femmes, recourent à la prostitution pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants.





Ne pensez pas que les « avancées » du féminisme aient éliminé cette pratique de temps difficiles. Tout est question d'offre et de demande. En période de grand chômage les emplois sont rares, qu'hommes et femmes soient « égaux » ou pas et quand il faut nourrir les enfants, les femmes sans autre ressources font ce qu'elles peuvent. D'un point de vue économique, la prostitution est très accessible car elle ne nécessite aucun investissement, aucune infrastructure et peut se pratiquer dans la minute suivant la décision de s'y adonner, sans permis et sans formation à payer et suivre.

Les cosmétiques, dans ces conditions, pourront être en demande mais encore plus les préservatifs. Je dis ça au passage...

Je tiens à dire ici aux moralistes que constater et analyser n'est pas promouvoir ni souhaiter. Et, mieux vaut une femme seule avec ses enfants qui peut les nourrir en se prostituant qu'une femme seule avec ses enfants qui les regarde crever de faim. La vie est sacrée...


En définitive


Si on veut stocker des biens pour échange futur, on doit s'assurer que ces biens soient durables et ne se détérioreront pas avec le temps, qu'on a rempli nos entrepôts avec tout le nécessaire avant d'y stocker le superflu et qu'on ait l'intention de faire commerce, avec les risques que ça suppose dont notamment la perception chez les autres qu'on est riche et par conséquent une grasse poule à plumer.

Dans tous les cas, depuis les premières civilisations que les archéologues ont pu étudier, les cosmétiques sont en usage et il est à parier qu'ils le seront toujours.



Merci à:
FG
J.
Dan Sullivan
Ainsi qu'aux autres tipeurs et donateurs.





Print this post Imprimez ce billet

Commentaires

Anne a dit…
le déodorant marche trés bien, je l'avais testé: 1/3 maizena, 1/3 bicarbonate de soude, 1/3 huile de coco... et voila, c'est tout.
anne

Posts les plus consultés de ce blog

Mythe 5: antibiotiques et autonomie survivaliste

Boites de conserves: un choix intelligent

Armes à feu: les fondamentaux